Navigation – Plan du site

Jean Lafaurie et Jacqueline Pilet-Lemière, Monnaies du Haut Moyen Âge découvertes en France (Ve-VIIIe siècle)

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Jean Lafaurie et Jacqueline Pilet-Lemière, Monnaies du Haut Moyen Âge découvertes en France (Ve-VIIIe siècle), Paris, CNRS Éditions (« Cahiers Ernest-Babelon » 8), 2003, 462 p., 16,5x23,5 cm, 820 photos, 116 dessins, 5 index (des lieux de trouvailles, des lieux d’émission, des formes anciennes, des monétaires, des autorités), bibliographie
ISBN 2-271-06169-5

Texte intégral

1Avec la lenteur qui sied aux œuvres de longue haleine – huit numéros en vingt ans – les Cahiers Ernest-Babelon dotent les études numismatiques de travaux aussi minutieux que solides. La présente livraison de Jean Lafaurie et Jacqueline Pilet-Lemière couvre près de quatre siècles qui, même centrés sur le seul hexagone, n’ont pas comme caractéristique principale la clarté ou la simplicité.

2La traversée d’un Rhin gelé par les Vandales, les Alains et les Suèves le 31 décembre 406 rend irréversible la cassure qui avait commencé à s’inscrire dans l’histoire de l’Europe occidentale au cours des décennies précédentes. Dans le domaine qui est le leur, les deux numismates commencent leur étude avec l’accession d’Honorius au trône de Constantinople en 393. Son règne est marqué par des événements monétaires nouveaux : émission d’argentei qui imitent les espèces officielles et constituent un groupement stylistique, apparition du type de l’Ister, frappe à Ravenne vers 405. Ils la terminent avec la disparition des opposants de Pépin le Bref en 768, qui coïncide avec la mort de Pépin lui-même : le terrain est alors prêt pour un monnayage spécifiquement carolingien. Entre ces deux bornes, la vie économique a été profondément modifiée et, avec elle, les conditions et le contenu du monnayage.

3Les quelques faits qui viennent d’être évoqués sont l’objet d’un court chapitre, La monnaie en Gaule du Ve au VIIIe siècle. Ce dernier est précédé par une Introduction tout aussi brève d’historiographie numismatique, qui, curieusement, se prolonge dans la conclusion du chapitre dont il vient d’être question. L’essentiel de la livraison est constitué par un inventaire de 330 pages. Il recense toutes les monnaies qui, émises durant la période ainsi bornée, ont été retrouvées. Il s’organise selon l’ordre des départements et des communes français tels qu’ils sont répertoriés dans le Code officiel géographique de l’INSEE. Chaque lieu de découverte est situé sur la carte du département auquel il appartient, lequel est lui-même situé sur une carte de France placée en médaillon. L’article rappelle l’essentiel de la découverte, les particularités des pièces qui la constituent et la localisation actuelle de ces rescapés. Il renvoie, sous une forme abrégée, aux études qui l’ont portée à la connaissance des historiens. C’est dire l’importance que prend la bibliographie finale : elle s’étend sur 37 pages. Des photographies de pièces complètent à l’occasion la présentation, sans que le lecteur soit informé des motifs au nom desquels a été opéré le partage entre les pièces reproduites et celles qui ne le sont pas. Entre l’inventaire et la bibliographie s’insèrent 22 précieuses cartes qui indiquent les lieux soit des émissions à diverses dates, soit des trouvailles selon les ateliers ou selon les époques.

4Lafaurie et Pilet-Lemière ont réalisé un instrument de travail qui s’avère indispensable aux médiévistes préoccupés de synthèses sur la vie économique du Haut Moyen Âge.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Jean Lafaurie et Jacqueline Pilet-Lemière, Monnaies du Haut Moyen Âge découvertes en France (Ve-VIIIe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/236

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org