Navigation – Plan du site

Élisabeth Gaucher, Robert le Diable. Histoire d’une légende

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Élisabeth Gaucher, Robert le Diable. Histoire d’une légende, Paris, Champion (« Essais sur le Moyen Âge » 29), 2003, 285 p.ISBN 2-7453-0714-2

Texte intégral

1Cela fait plusieurs années qu’Elisabeth Gaucher poursuit une recherche approfondie sur le personnage de Robert le Diable, dont elle avait eu l’occasion de parler à différents colloques et sur lequel elle a publié plusieurs articles. Elle présente en ce livre la synthèse de ses travaux. L’ouvrage est articulé en deux grands mouvements, le premier concernant le Robert médiéval, alors que le second conduit le lecteur vers les adaptations post-médiévales. C’est cependant la partie médiévale qui occupe la plus large part, puisque seulement une vingtaine de pages traitent de cette postérité. Un dernier très court chapitre traite des images et de leur relation avec le texte, dans les manuscrits et les premières éditions. On pourrait d’ailleurs regretter que cette partie (8 pages) soit si courte : le lecteur reste un peu sur sa faim, en dépit de la présence de reproductions (hélas, pour d’évidentes raisons économiques, en noir et blanc). De fait, le rapport texte-image est surtout effleuré et ce chapitre reste essentiellement descriptif. Saluons en revanche la présence d’annexes fort riches et particulièrement utiles permettant de découvrir de nombreux textes réinterprétant la légende de Robert le Diable, contes, pièces de théâtre, opéra et même tableaux de Guignol. Élisabeth Gaucher commence par s’interroger sur les origines de la légende : pour ce faire, elle s’appuie d’abord sur les travaux de Philippe Walter en posant la question de la mythologie indo-européenne. Cette rubrique assez courte (2 pages) rapporte un certain nombre d’associations entre Robert et différentes légendes. Par exemple, si Robert évoque bien l’histoire des ducs de Normandie, le prénom renvoie au latin robigo et à la fête des Robigalia destinée à se protéger de la colère de deux dieux redoutables provoquant la rouille des céréales. Les Rogations pourraient alors être, dans le monde chrétien, la survie de cette fête, car elles ont lieu à l’époque de la lune rousse. Robert, personnage initialement particulièrement violent, renvoie aussi à la couleur rouge du sang, du feu des incendies qu’il allume. On peut donc faire l’association. J’avoue que ce type de raisonnement, pour séduisant et excitant pour l’esprit qu’il soit, ne me convainc guère, car on peut procéder en tous domaines à toutes sortes d’associations et toujours trouver des origines mythiques diverses et variées. Élisabeth Gaucher d’ailleurs ne semble elle-même que peu convaincue, puisqu’elle abandonne vite cette piste pour celle de la narration, qui impose une première étape de contes populaires, dont elle donne les différents types, puis, dès la page 21, l’étude du texte, dans sa version en vers du XIIIe siècle, à laquelle elle consacre une très large part de cet ouvrage. On y sent ici l’érudition, la maîtrise des enjeux de ce texte et c’est véritablement un très beau chapitre, de près de cinquante pages, qui est donné à lire. Après une présentation des deux versions manuscrites, E. Gaucher s’intéresse aux motifs romanesques, en commençant par une étude comparative qui s’impose de toute évidence : celle de Robert et de Merlin., tous deux « mi-anges, mi démons » qui, pour E. Gaucher, illustrent peut être cette notion encore récente qu’est celle du Purgatoire ; hypothèse astucieuse et intéressante qu’on regrette de ne pas voir ici davantage développée. Poursuivant avec logique son exploration des motifs, E. Gaucher passe naturellement aux rapports mère/fils, en montrant bien comment le traitement est inversé dans Robert le Diable, puisque ici la mater mediatrix devient le péché originel, « d’où procèdent le sacrifice et la rédemption du fils » (p. 29). E. Gaucher développe avec bonheur, dans un paragraphe convaincant (qui reprend en partie un article de Bien dire et bien aprandre) l’analyse du rôle fonctionnel de la mère, dans un motif où l’on retrouve Perceval, le Lai de Fresne et le motif de la mère dénonciatrice du crime. Après la mère, un court paragraphe fait état des personnages stéréotypés mis en scène dans le roman, puis E. Gaucher s’interroge sur un motif très productif, après Tristan et Yvain, celui de la folie et montre bien comment le motif de la folie de Robert se construit à partir de différents topoi. La cinquième rubrique reprend une conférence donnée en 1997 au IVe colloque du C.R.I.S.I.M.A. et se penche sur le motif du sang. Après ces motifs romanesques, E. Gaucher s’intéresse à ce qu’elle nomme des motifs féeriques, essentiellement, après P. Gallais, celui de la fée à la fontaine et à l’arbre. Bien que ce féerique ne soit guère prégnant dans un récit dont la coloration est essentiellement chrétienne, le décor de Robert le Diable évoque bien le motif de la fontaine, réexploité en contexte chrétien : si Robert ne rencontre pas de fée, il fait la connaissance d’un ange et d’une princesse et E. Gaucher établit les rapports existant entre cette rencontre mi-céleste, mi-mondaine avec celle de la fée : mais Robert choisira la voie céleste. Toujours dans sa recherche des motifs, l’auteur s’intéresse ensuite aux motifs épiques, avec en premier lieu celui de la démesure et propose une comparaison avec d’autres personnages épiques, Beuves, Aiol et Élie, dont le choix se justifie par le caractère non traditionnel de ces héros, dont le destin ne se confond plus avec celui de la collectivité. Ce chapitre éclairant appelle cependant un certain nombre de prolongements que l’auteur n’a pas voulu poursuivre. Ne faudrait-il pas en effet poser la question complète de l’éventuelle dimension épique de Robert, avec étude de motifs traditionnels à l’appui (motifs de combat par exemple) afin de bien déterminer les véritables rapports que Robert le Diable entretient avec le genre épique ? Cette étude de motif se conclut avec celle des motifs hagiographiques, centré surtout sur celui de la pénitence, vu essentiellement en rapport avec la folie. La question est intéressante et l’on regrettera qu’elle n’ait pas fait l’objet d’un plus long développement. E. Gaucher s’intéresse ensuite à la part de l’histoire, pour poursuivre avec une étude littéraire du discours. On pourra regretter cet ordre : en effet, le chapitre suivant, consacré aux réécritures médiévales, propose une étude de la Chronique de Normandie : n’aurait-il pas été plus ‘logique’ alors de terminer le chapitre par la question historique, d’autant plus que l’étude du discours s’enchaînait bien avec celle des motifs littéraires ? E. Gaucher poursuit son étude avec les réécritures de Robert le Diable, médiévales, puis post-médiévales. Elle ouvre ici de nombreuses pistes de travail, surtout avec le chapitre sur les réinterprétations modernes. Le lecteur regrettera certes que les choses ne soient pas davantage développées, mais le chercheur y trouvera de stimulantes voies de recherche., alimentées en particulier par les textes donnés en annexe (je pense surtout au Guignol en huit tableaux). Si donc l’on regrette le caractère sommaire des mentions à la Bibliothèque bleue, saluons toutefois la mise en valeur de Jean de Castilhon et l’analyse fine de Scribe et de son livret de l’opéra de Meyerbeer. Pour conclure, cet essai d’E. Gaucher est d’une lecture agréable, fait état d’une recherche soignée et approfondie et a de plus le très grand mérite d’être particulièrement stimulant et de donner envie de se pencher sur cette légende et ses multiples réinterprétations. Une lecture recommandée donc.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Élisabeth Gaucher, Robert le Diable. Histoire d’une légende », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/224

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org