Navigation – Plan du site

Marc Le Person (éd.), Fierabras. Chanson de geste du XIIe siècle

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Fierabras. Chanson de geste du XIIe siècle, éd. par Marc Le Person, Paris, Champion (« Les classiques français du Moyen Âge » 142), 2003, 694 p.
ISBN 2-7453-0694-4

Texte intégral

1En dépit d’une fortune et d’une diffusion considérables pendant et après le Moyen Âge, et de l’intérêt qu’elle a très tôt suscité chez les médiévistes, la chanson de Fierabras n’avait jamais encore bénéficié d’une édition critique qui tienne compte de l’ensemble de la tradition manuscrite. C’est le travail qu’a entrepris MLP, dont la présente publication, tirée d’une thèse d’État soutenue en 1999 (présentation dans Perspectives médiévales, 25, 1999), constitue le premier aboutissement, en attendant la parution annoncée d’une traduction et d’une étude littéraire de la chanson dans la collection « Traduction des classiques du Moyen Âge », chez le même éditeur.

2Il existe, pour s’en tenir au domaine médiéval français, trois versions différentes de Fierabras : une version longue en langue d’oc, conservée dans un seul manuscrit ; une version courte en langue d’oïl (1 775 vers), également connue par un seul témoin ; enfin une version longue en langue d’oïl (6 408 vers, dans la présente édition), conservée elle dans une douzaine de manuscrits, dont cinq complets. Les deux premières versions ayant déjà donné lieu à diverses publications, c’est donc sur la version longue en langue d’oïl qu’a porté l’essentiel des efforts de MLP, et c’est celle qui est ici donnée à lire, dans une édition qui nous est apparue en tout point exemplaire.

3Dans une introduction pour le moins fouillée (plus de 230 pages), MLP donne à son lecteur tous les éléments à même d’apprécier l’ampleur de son travail et de s’accorder avec ses choix éditoriaux. Après avoir rapidement rappelé l’exceptionnel succès qu’à connu l’œuvre pendant et après le Moyen Âge (à propos de l’opéra de Schubert, p. 20, on précisera seulement que Claudio Abbado en a donné une gravure sur disque chez Deutsche Grammophon en 1990), l’introduction s’ouvre, classiquement, sur la description précise de l’ensemble des manuscrits, toutes versions confondues ; se poursuit avec l’examen des éditions des versions en langue d’oïl qui ont précédé celle de MLP (deux éditions de la version longue, celle d’A. Kroeber et G. Servois donnée en 1860 pour la collection des « Anciens poètes de la France » et celle, plutôt confidentielle, d’A. de Mandach ; l’édition de L. Brandin de la version courte, avec une liste de corrections) ; la comparaison et le classement des manuscrits, aboutissant au choix du témoin devant servir de base à l’édition (le ms. E, complété à la fin par le ms. A) ; une étude de la langue des copistes des mss. E et A ; enfin divers développements concernant le fonds historique de la chanson, sa datation (MLP propose les environs de 1190) et ses différentes rédactions, quelques remarques d’ordre littéraire, sans compter un long résumé de l’intrigue et une abondante bibliographie, commentée et se donnant pour exhaustive en ce qui concerne le domaine français.

4Le texte lui-même fait suite à cette longue introduction, associé à un riche apparat critique comportant notes et commentaires, un ensemble de variantes (en deux parties, l’une concernant les leçons non retenues des deux manuscrits de base, l’autre proposant un choix de variantes tirées des autres témoins), un index des noms propres et un copieux glossaire d’une centaine de pages.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Marc Le Person (éd.), Fierabras. Chanson de geste du XIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 10 juillet 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/221

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org