Navigation – Plan du site

Andrea Fassò, Il sogno del cavaliere. Chrétien de Troyes e la regalità

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Andrea Fassò, Il sogno del cavaliere. Chrétien de Troyes e la regalità, Rome, Carocci, 2003, 235 p.

Texte intégral

1Il faut souligner d’emblée le courage de certains éditeurs italiens, tels Carocci dans le cas présent (mais on pourrait citer aussi dell’Orso), qui n’ont pas renoncé, en dépit des difficultés, à rendre accessibles au public de nombreuses œuvres médiévales, connues ou moins connues, dans une perspective non pas étroitement nationale, mais largement européenne, non plus qu’à publier divers travaux critiques issus de la recherche universitaire italienne. On regrettera d’autant plus, d’ailleurs, que cette recherche semble parfois éprouver quelque difficulté à faire porter sa voix au-delà des Alpes, alors que dans bien des cas les perspectives adoptées, les problématiques envisagées permettent notamment d’éclairer les textes français d’une lumière sinon tout à fait nouvelle, du moins différente, ne serait-ce qu’en vertu de quelque particularisme national qui fait que la critique italienne est italienne et non pas française, allemande ou anglo-saxonne.

2C’est ce dont on se rend bien compte dans le présent ouvrage, qui ne nous propose pas seulement de revenir une fois encore sur Chrétien de Troyes, mais qui nous permet surtout d’entrer dans une perspective singulière, d’en mesurer les évolutions, bref qui nous donne aussi à voir une sorte de parcours critique de l’auteur. Ce parcours, on en prend d’abord la mesure, tout simplement, à la lecture de la notice bibliographique placée en quatrième de couverture : Andrea Fassò, professeur de philologie romane à l’Université de Bologne, a notamment édité et traduit La Chanson de Guillaume (chez le même éditeur, en 1995), et a publié depuis une trentaine d’années de nombreuses études consacrées en particulier à l’idéologie trifonctionnelle et au concept de courtoisie dans la civilisation médiévale, à la lyrique des troubadours ou à la chanson de geste française. Tous ces travaux fournissent d’ailleurs autant de mises en perspective utiles à la lecture de Chrétien de Troyes, et on ne s’étonnera pas de trouver dans cet ouvrage divers rapprochements avec la poésie lyrique occitane ou bien une lecture dumézilienne de la triade Arthur / Gauvain / Keu. Plus précisément cependant, c’est la composition même de l’ouvrage, recueil de sept études déjà publiées par AF entre 1973 et 1989, qui permet de mesurer les évolutions d’une pensée, ses hésitations et ses repentirs, dont l’auteur ne cherche d’ailleurs pas à se cacher. À cet égard l’introduction est d’ailleurs on ne peut plus claire, en exposant comment AF, partant du principe que dans le domaine médiéval la recherche se doit d’être « longue et patiente, et surtout libre de préjugés » (p. 14), a pu passer d’une lecture « de surface » (p. 10) de Chrétien de Troyes (que le premier chapitre, consacré au Chevalier de la Charrette, est chargé d’illustrer, et dont l’auteur reconnaît lui-même que « pour une bonne part il tourne à vide ») à une approche, ou plutôt une combinaison d’approches, à la fois anthropologiques, sociologiques, psychanalytiques et symboliques, à même de rendre les romans de Chrétien dans toute leur complexité, peut-être d’en résoudre aussi les contradictions ou les incohérences, du moins apparentes, sans prétendre, in fine, à des conclusions autres que provisoires.

3Après donc un premier chapitre portant sur Le Chevalier de la Charrette, on en vient au cœur de l’ouvrage, essentiellement consacré à Erec et Enide (chapitres 2, 3 et 5) et dans une moindre mesure au Chevalier au Lion (chapitre 4), les analyses de ces deux romans aboutissant à des remarques plus générales sur l’art de Chrétien de Troyes et les « origines du roman moderne » (chapitres 3 et 7). Concernant Erec et Enide, AF s’attarde notamment sur l’épisode initial et la symbolique du cerf et de l’épervier, ce dernier offrant « la métaphore de la soumission courtoise de l’homme à la femme (le cavalier offre l’épervier), opposée à l’amour ‘prédateur’ symbolisé par la chasse au cerf » (p. 80), et plus largement (dans le chapitre 3) tâche de mettre en évidence la « logique onirique » à l’œuvre dans ce roman, en faisant un large recours à la psychanalyse. Quant au Chevalier au Lion, AF en propose une lecture à la fois sociologique et psychanalytique, où « l’aspiration à la souveraineté » du héros se traduit par un conflit de caractère œdipien qui l’oppose au roi, ou plus exactement à la triade Arthur / Gauvain / Keu, pour la possession de la reine (ou d’autres figures féminines la représentant). Enfin, avant le dernier chapitre, qui a valeur de conclusion plus générale sur les œuvres du romancier champenois, l’auteur complète son propos par une étude sur le songe, ses rapports avec la vérité et le mensonge, de Chrétien à Jean de Meun.

4Si ces pages ne nous ont pas toutes semblé convaincantes, du moins sont-elle toujours stimulantes. En outre, à mesure que l’on progresse dans l’ouvrage, que les analyses de détails, souvent très fines, se coupent et se recoupent, une perspective d’ensemble se dégage, où situer les romans de Chrétien de Troyes, perspective qui vaut surtout, selon nous, pour réussir le pari assez improbable d’associer une lecture de type sociologique à la E. Köhler à une lecture psychanalytique (AF fait notamment le point sur cette lecture d’ensemble p. 107-109, 134-135 et dans le dernier chapitre). Comme E. Köhler de fait, AF reconnaît bien dans les romans de Chrétien de Troyes une manifestation des aspirations et des craintes de la noblesse, ou plus précisément de la petite noblesse, qui se traduisent notamment par un désir de conquêtes aussi bien territoriales que féminines, une « aspiration à la souveraineté », et donc une forme de rivalité avec le roi et une « lutte pour la reine ». Envisagée sur le plan psychanalytique, cette situation aboutit à une sorte de conflit œdipien entre le héros et le roi qui, ne pouvant espérer de résolution sur le plan des faits, ne peut se traduire que dans la logique du songe, celle mise en œuvre dans les romans de Chrétien de Troyes, qui de cette manière atteignent à l’universalité, exprimant au-delà des aspirations de la petite noblesse des problèmes liés à la condition humaine en général. Ainsi on parvient à une synthèse originale permettant d’éclairer les « origines du roman moderne » : « d’un côté une réalité sociale âpre, violente, parcourue de tensions et de conflits, qui persiste à ne pas se conformer au modèle idéal ; à l’intérieur de la classe chevaleresque, des strates nettement différenciées, par la richesse, le pouvoir, les aspirations ; à l’extérieur, des forces menaçantes, représentant des intérêts, mais aussi une éthique profondément étrangers au monde noble. De l’autre côté, l’absence d’instruments intellectuels à même de créer un système conceptuel cohérent, qui puisse s’affirmer comme une philosophie de la noblesse et concevoir un projet de société, idéal si l’on veut, mais digne d’être poursuivi. Or on dit de celui qui ne peut user de sa raison qu’il ne lui reste plus qu’à rêver, et c’est pourquoi la dimension onirique apparaît, en particulier dans cette période de fondation, comme la plus adaptée à la construction d’un idéal unitaire pour la classe chevaleresque » (p. 109).

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Andrea Fassò, Il sogno del cavaliere. Chrétien de Troyes e la regalità », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 10 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/220

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org