Navigation – Plan du site

Jean-Michel Doulet, Quand les démons enlevaient les enfants. Les changelins: étude d’une figure mythique

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Jean-Michel Doulet, Quand les démons enlevaient les enfants. Les changelins: étude d’une figure mythique, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (Croyances & Traditions), 2003, 434p., 14,5x21cm
ISBN 2-84050-236-4

Texte intégral

  • 1 : « Le mot ‘changelin’est un anglicisme dû aux folkloristes. Le français disposait cependant d’un t (...)

1Par la magie de l’édition, les pages qui, réunies sous la forme d’une thèse, s’étaient annoncées comme Les Changelins1. Étude sur les récits de tradition orale relatifs aux enfants substitués, Université Paris VII, 2000, sont maintenant devenues, une fois réunies sous la forme d’un livre, Quand les démons enlevaient les enfants. Les changelins : étude d’une figure mythique, Université Paris IV, 2003. Le statut que les mythes et les croyances de l’ancienne Europe assignent au langage transforme cette substitution de désignation en une substitution de progéniture. Ou, en adoptant un autre point de vue : le changement de nom est le symptôme d’un changement d’ascendants, tant maternel que paternel. En acceptant cette modification, même avec des réserves, l’auteur s’est lui-même laissé déposséder de son œuvre au profit d’un être merveilleux. Il reste à déterminer l’agent de la métamorphose. Le passage de tradition orale à figure mythique oriente la recherche vers l’univers de la féminité. Le père de la thèse devient la mère du livre. Est-il possible de cerner davantage l’enjeu ? Serait-il entre les mains d’une fée marraine des contes mélusiniens ? Serait-il entre celles d’une fée amante des contes morganiens, selon la typologie rappelée opportunément aux pages 17-19 du livre ? Pour trancher, il faut mettre en avant l’événement extraordinaire qui s’est produit entre les deux dates de naissance, celle de la thèse et celle du livre. Le séisme électoral du 21 avril 2002 conduit clairement à privilégier la problématique morganienne, c’est-à-dire à s’arrêter sur les conséquences de la transgression d’un interdit. L’union d’un être surnaturel avec un être humain, qui s’est accomplie dans l’autre monde, s’accompagne de la disparition définitive du mortel dans cet ailleurs irréductible ou, s’il revient parmi les siens, par sa mort à très brève échéance. Dans les deux cas, l’union demeure stérile et la lignée s’éteint, quoiqu’en disent les bateleurs entichés de marine : la réalité de la mort est l’ombre portée des jeux du sexe et de l’écriture. La typographie aux normes habituelles de l’édition ne doit pas égarer l’anthropologue. La réduction des deux tomes en 21 x 29,7 cm de la thèse au tome unique en 14,5 x 21 cm du livre appartient sans conteste à la thématique du changelin. Trois ans plus tard, le fruit de l’accouplement contre nature est diminué d’une unité et se présente de surcroît sous une taille chétive. Il est possible d’évaluer cette diminution hors norme : de 2/3 linéairement et de 5/9 en surface ; soit au final, si l’on se souvient que l’empilement des pages réalise un volume, de 19/27, tout en négligeant le sort des tomes pour ne pas compliquer autre mesure. Angoisse de la mère devant l’aventure de la naissance, angoisse de l’auteur devant le succès de son livre : quand elle sait dépasser les frontières des disciples, l’histoire des mentalités européennes établit les invariants de la psyché. À ce jour, une question demeure toutefois sans réponse : Est-ce que Henry Institoris et Jacques Sprenger troqueraient le marteau des sorcières pour le maillet des médias ? Gageons que l’auteur saura apporter des éléments de réponse dans son prochain livre.

Notes

1 : « Le mot ‘changelin’est un anglicisme dû aux folkloristes. Le français disposait cependant d’un très vieux terme: chanjon ou changeon. (…) C’est outre-Rhin, au début du XIe siècle, que l’on trouve le vocable le plus ancien désignant un enfant changé. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Jean-Michel Doulet, Quand les démons enlevaient les enfants. Les changelins: étude d’une figure mythique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 10 juillet 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/219

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org