Navigation – Plan du site

Anne-Marie De Gendt, L’Art d’éduquer les nobles damoiselles. Le Livre du Chevalier de la Tour Landry

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Anne-Marie De Gendt, L’Art d’éduquer les nobles damoiselles. Le Livre du Chevalier de la Tour Landry, Paris, Champion, 2003, EMA 28, 290 p.
ISBN 2-7453-0668-5

Texte intégral

1Avec ce livre, paraît enfin une étude sur le Livre du Chevalier de la Tour Landry, ouvrage didactique important boudé par la critique et qui d’ailleurs ne connaît toujours pas d’édition critique moderne accessible. Cet ouvrage s’inscrit dans la tradition des enseignements aux descendants d’un auteur, fils ou filles et, dans le cas particulier du choix des filles, plus généralement dans celle des traités d’éducation pour les femmes, dont le Livre des trois vertus de Christine de Pizan peut être considéré comme un modèle. L’ouvrage du Chevalier a ceci de particulier, comme le note l’auteur, qu’à la différence de la plupart de ces enseignements pratiques, comme ceux de saint Louis ou ceux d’Anne de France, l’auteur appartient à une petite noblesse de province, sans grand éclat. L’auteur esquisse donc un ensemble de normes de conduite qui sont un bon reflet des aspirations de sa classe, bien que son texte soit également largement marqué par des sources traditionnelles, religieuse en particulier (p. 15, A.-M. De Gendt parle d’ « idées néoaristotéliciennes », dont on aimerait bien comprendre de quoi il s’agit). Parmi les sources du Livre, compte surtout le Miroir des bonnes femmes, ouvrage passé en général inaperçu de la critique médiéviste, que l’auteur présente au chapitre 2 de la première partie son ouvrage. Celle-ci débute avec la présentation historique de l’auteur et de son milieu. Il s’agit ici de généralités connues, après la thèse de P. Boisard, mais qu’il n’était pas inutile de rappeler en préambule. L’esquisse sommaire qui suit et qui concerne la situation historique , avec la crise de société que connaît le Moyen Âge tardif aurait pu être par contre omise : il s’agit d’un simple ‘digest’ d’ouvrages historiques généraux et qui n’apporte rien à l’étude proposée ici. Plus intéressant, le chapitre 2, même s’il reprend des éléments de travaux antérieurs (Stolingwa, Grigsby, Eckrich, Harvey), propose une étude des sources de La Tour Landry, en insistant sur le Miroir des bonnes femmes. Paragraphe stimulant, qui annonce une étude comparative plus complète, située en deuxième partie de l’ouvrage. Le chapitre se termine avec un regard sur la réception de l’œuvre, avec un aperçu des manuscrits et des éditions anciennes : on pourra noter en particulier la fortune particulière de la traduction allemande, Der Ritter vom Turn. Ce survol sur la réception fait état des quelques rares, trop rares, études récentes…un appel donc à les prolonger !

2Dans le chapitre 3, A.-M. De Gendt s’intéresse au prologue de l’ouvrage du Chevalier. L’intérêt pour les prologues des œuvres médiévales n’est plus à démontrer, en particulier dans le cas des ouvrages didactiques (voir par exemple les deux récents volumes publiés sous la direction d’E. Baumgartner et L. Harf aux Presses de la Sorbonne nouvelle, Seuils de l’œuvre médiévale). Ce prologue, à tonalité littéraire, commence par une entrée printanière, ce qui est bien original pour une œuvre didactique, d’autant plus qu’il consiste en une succession de vers octosyllabiques, alors que l’ouvrage est écrit en prose. Début déroutant que J. Ferrier considère comme sans rapport avec le reste de l’œuvre. Pour A.-M. De Gendt, ce début serait à mettre en parallèle avec le souvenir d’œuvres poétiques que le Chevalier prétend lui-même avoir créées. Elle note également le « glissement » du topos vers des données moralisatrices et autobiographiques qui, elles, correspondent bien à la tonalité de l’œuvre. On pourrait aussi y voir une réminiscence du Roman de la Rose, qui, ne l’oublions pas, est reçu dans sa postérité médiévale comme l’œuvre globale de Jean de Meun, dont le caractère savant et didactique est patent. Christine de Pizan utilisera également l’entrée printanière, tout en la ‘détournant’ vers des objectifs plus moraux. Le Chevalier connoterait ainsi son ouvrage, marqué du sceau de la courtoisie, à la fois d’un point de vue moral et sociologique (il éduque des filles devant répondre à des normes courtoises), tout en se référant à une littérature qui l’identifie en retour comme auteur, tout en signant une appartenance de classe. Ce qui serait logique avec le rappel de ses antérieures créations poétiques. On peut ici encore faire un parallèle avec Christine, qui, bien que répétant qu’elle aime à écrire des choses « soutilles », n’en compose pas moins des ballades d’« amoureus sentements ». Une des caractéristiques de ce prologue, relevée par A.-M. De Gendt, est le choix du ‘je’ de ne pas s’adresser aux filles-réceptrices, comme le fait le reste du texte (avec une deuxième personne), mais à un récepteur général, comme si le prologue signifiait que le livre était conçu, d’entrée de jeu, pour un large public. L’hypothèse est vraisemblable, même si la suite du livre insiste sur le caractère familial du discours. Ce pourrait être aussi une rhétorique de la vérité, reposant sur un effet de réalisme : proche des interlocuteurs, jouant sur l’autobiographie et l’anecdote familiale, l’auteur inscrit son discours dans la vérité, ce que confirme par ailleurs l’analyse du monologue paternel, truffé d’attestations de vérité (cf. p. 104sq.). Notons au passage, toujours à propos du prologue l’analyse intéressante du verbe « romancier » que le Chevalier emploie à plusieurs reprises. A.-M. De Gendt s’appuie sur les analyses de Pabst, qui donnait un équivalent de « romancier » avec « dire des nouvelles ». L’auteur s’inscrit ici en contre de cette interprétation, tout en reconnaissant l’importance du verbe par rapport au langage et à ses effets trompeurs. Pour le chevalier, il s’agit finalement d’apprendre à « romancier », à lire correctement un ouvrage, écrit en langue vulgaire, qui évitera, justement, de tomber dans les pièges du faux langage. On retrouve donc encore ici une sorte d’esthétique de la vérité, dont on sait qu’elle préside largement à l’élaboration des ouvrages didactiques médiévaux. La deuxième partie de l’ouvrage d’A.-M. De Gendt est consacrée aux « stratégies discursives » mises en place par le Chevalier. Une première partie revient sur le Miroir des bonnes femmes et montre comment la structure du Miroir a pu influencer la composition du livre du Chevalier. A.-M. De Gendt s’intéresse ensuite aux stratégies de persuasion apparaissant dans le livre du Chevalier. On pense en premier lieu aux stratégies de la prédication et, comme le note l’auteur, on est au « point de rencontre entre les traditions écrites et orales «  (p. 100). L’exemplaire figure évidemment en bonne place dans un discours où le narratif et le discursif ne sont pas toujours bien distincts. Selon la belle formule de l’auteur, se met en place une « rhétorique paternelle », portée par le monologue qui raconte (modèle des exempla) et commente (modèle de la moralisation et de la prédication). A.-M. De Gendt propose à ce sujet une ‘mise en structure’ de cette rhétorique fondée sur l’exemple (pp. 108-9). A la suite de l’analyse de la « rhétorique paternelle », l’auteur, après avoir esquissé quelques éléments sur la vision des « grands de ce monde » (la comparaison avec le Livre de Jehan le Maingre aurait peut-être mérité d’être approfondie et l’on regrettera l’absence de référence aux travaux d’E. Gaucher), s’intéresse dans sa troisième partie à ce qui constitue la pédagogie du Chevalier, dans la perspective du « miroir » de son époque. Le Chevalier ne prend pas de position misogyne, ce qui d’ailleurs est logique pour un homme qui entend éduquer ses filles : il y a des femmes mauvaises et des femmes vertueuses et le pédagogue donnera des exemples des deux catégories, en choisissant même des exemples contemporains. Dans ce cadre, l’influence du Miroir des bonnes femmes dmeure encore essentielle et c’est dans un manichéisme Bien/Mal que se situe le Chevalier, qui fait reposer largement son argumentaire sur le dipode vertu/péché qu’il oppose deux à deux (luxure/chasteté, orgueil/humilité, etc.). De son étude des catégories vices/vertus, A.-M. De Gendt tire, peut-être un peu hâtivement, des conclusions de type sociologiques touchant à l’époque où vit le Chevalier. Elle note justement que le discours du Chevalier est imprégné des valeurs de la noblesse (p. 178), mais n’est-ce pas justement cette imprégnation très traditionnelle, avec des valeurs véhiculées par les textes sources qui importent en premier lieu, plus qu’un reflet réel de la société contemporaine ? C’est d’ailleurs, plus généralement, une des difficultés de l’approche des textes didactiques médiévaux pour lesquels le poids de l’autorité est particulièrement écrasant. Le chapitre 8 de l’ouvrage reprend un article déjà paru dans Mediaeval Studies (58) et le chapitre suivant part à la recherche de l’écho du Livre dans l’œuvre de Christine de Pizan. La fin du Livre en effet prend la forme du débat pour traiter de la question de l’amour ; dans une première partie, il est question de l’amour entre deux célibataires, dans la seconde de l’amour adultère. Les protagonistes du débat sont le Chevalier et son épouse. L’auteur présente d’abord ce débat peu étudié, dont elle propose une analyse et s’interroge sur les voix mises en jeu, comme sur le choix du Chevalier qui, selon elle, « est toujours quelque peu attiré, sinon séduit par les doctrines courtoises, tout en s’opposant aux abus auxquels elles ont donné lieu » (p. 205). La fin de ce chapitre est une contribution aux études christiniennes : en se basant surtout sur le Livre du duc des vrais amans et sur le Livre des trois vertus, A.-M. De Gendt tente de définir l’influence du Livre du Chevalier de la Tour Landry sur Christine. Avec tout d’abord des arguments de comparaison intéressants mais qui, comme le note l’auteur, ne sont pas décisifs, car il s’agit somme toutes de lieux communs qui se retrouvent dans quantité d’œuvres didactiques de l’époque. A.-M. De Gendt s’interroge avec pertinence sur la Sebile de la Tour de Christine et remarque le changement de nom dans certains manuscrits du Livre du Chevalier de la reine de Sabba en Sibylle, ce qui pourrait effectivement montrer que Christine a eu sous les yeux un tel manuscrit et qu’elle a repris à son compte des éléments du débat entre le Chevalier et son épouse, éléments qui étaient en accord avec sa propre démonstration. Le dernier chapitre du livre s’intéresse au discours du Chevalier sur les comportements conjugaux. Un ouvrage particulièrement intéressant nous est donc offert par A.-M. De Gendt, qui ouvre vraiment la voie aux études sur le Livre du Chevalier de la Tour Landry et donne une contribution importante à l’étude des textes didactiques du Moyen Âge tardif.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Anne-Marie De Gendt, L’Art d’éduquer les nobles damoiselles. Le Livre du Chevalier de la Tour Landry », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 10 juillet 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/215

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org