Navigation – Plan du site

Egnatio Danti, « Les deux règles de la perspective pratique » de Vignole, 1583

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Egnatio Danti, « Les deux règles de la perspective pratique » de Vignole, 1583, trad. et éd. critique (sic) par Pascal Dubourg Glatigny, Paris, CNRS Éditions, 2003, 488 p., 21 x 29,7 cm, 66 figures non répertoriées en plus de celles, non numérotées, de l’ouvrage reproduit, index, bibliographie
ISBN 2-271-06105-9

Texte intégral

1Étrange objet que cet ouvrage ! Il s’annonce comme l’« édition critique » d’un traité alors qu’il n’en reproduit photographiquement que l’editio princeps dans sa Deuxième partie, Les deux règles de la perspective pratique (aux pages paires des pp. 98-407 ; les impaires sont occupées par la première traduction française intégrale). La Tavola delle cose pui notabile (pp. 408-411) n’est néanmoins pas traduite et la page de référence de l’éditeur de 1583 n’est pas reproduite. Cette Deuxième partie commence avec la reproduction du frontispice originel (p. 86), passe ensuite à une Présentation de la traduction (pp. 89-91), puis à un Petit lexique comparé italiano-français (pp. 93-96). Après les deux morceaux de choix dont il vient d’être question, le reprint et la traduction, elle se poursuit avec des Notes (pp. 413-463), une Bibliographie (pp. 465-478), un Index (pp. 479-480) et une Table analytique des Deux règles de la perspective (pp. 481-485), bien utile une fois qu’elle a été dénichée. La distribution de la Première partie, Egnatio Danti et la perspective est tout aussi sinueuse. Une Introduction (pp. 3-19) aborde déjà assez longuement la plupart des matières qui vont être abondamment détaillées. Suit une Annexe consacrée aux annotations que le peintre Jean-Baptiste Corneille a portées sur son exemplaire des Deux règles en 1687 (pp. 21-23) ; puis un premier essai du traducteur, Vie d’Egnatio Danti (pp. 25-54), ensuite un second, Géométrie et apprentissage de la perspective (pp. 55-70). Le tout se termine par des Notes (pp. 71-85). Ces zigzags ne facilitent pas la continuité de la lecture. Ils sont eux-mêmes submergés par un véritable déluge d’une érudition qui s’avère le plus souvent approximative, sinon franchement fausse ; et au final, en dépit de sa masse, et ce n’est pas banal, elle est incomplète. Dans les limites de ce compte rendu, j’illustrerai mon jugement par deux exemples. Ils permettent de saisir aisément l’irritante constante de l’ouvrage : les sources et la littérature secondaire y sont mal lues.

  • 1 Rappelons que: 1/ Albert le Grand a peut-être commenté Euclide: Paul M. J. E. Tummers, Albertus (Ma (...)

2Si j’en crois Pascal Dubourg Glatigny, p. 58, Paul Lawrence Rose, The Italian Renaissance of Mathematics, Genève, Droz, 1975, p. 51, trouve l’Euclide de Campanus de Novare : « obscurément barbare, ridiculement et méchamment confus, altéré et détruit par ignorance ». J’ai pratiqué l’historien en question et je travaille épisodiquement sur les textes de ce grand savant qu’est Campanus. Un jugement aussi sommaire ne s’accorde pas avec mes souvenirs de lecture. Vérification faite, il résume, sous la plume de Rose, celui de Bartolomeo Zamberti. Il relève donc de cette rhétorique diffamatoire qui est usuelle aux humanistes quand ils parlent de leurs prédécesseurs médiévaux. Quel historien prendra les querelles entre générations pour argent comptant ? Sûrement pas P. L. Rose. L’erreur d’attribution que Dubourg Glatigny commet est facilitée par l’ignorance de la tradition mathématique médiévale dont il fait preuve. Il aborde l’Euclide médiéval en méconnaissant les travaux d’Hubert Busard et de Menso Folkerts (il ne cite de ce dernier que l’étude sur Piero della Francesca…). Il parle en 2003 de la version arabo-latine euclidienne d’Adélard II, sans savoir qu’elle est devenue depuis 1992 la compilation de Robert de Chester. Selon lui, la version de Campanus « suit la lignée de l’Euclide qui dominait au Moyen Âge en mêlant son texte à de petits traités grecs et arabes dont on sait aujourd’hui qu’ils appartiennent à d’autres auteurs » (p. 58). Il énumère, dans sa note 287, les titres des traités ainsi visés : « le commentaire d’al-Nayrīzī, l’Epistola de Ahmad ben Yūsuf, l’Arithmétique de Nemorarius et le De triangulis du pseudo-Nemorarius », en renvoyant à la contribution qu’André Allard a donnée à l’Histoire des sciences arabes parue sous la direction de Roshdi Rashed avec la collaboration de Régis Morelon (t. 2, p. 215). Aucun médiéviste frotté de sciences médiévales n’admettra qu’Allard a écrit pareilles sornettes. De fait, celui-ci cite bien ces traités, mais comme des sources vraisemblables de Campanus, non comme des textes qu’il aurait malencontreusement intégrés à sa version d’Euclide. Autrement dit, la culture mathématique que Campanus a acquise, et qui lui permet d’exploiter au mieux un texte aussi difficile que les Éléments, se retourne contre lui ! La preuve de sa compétence passe pour de l’incompétence. Dans son texte, Danti aborde, p. 125, « les lignes parallèles perspectives » : elles convergent. Il convient donc, ajoute-t-il, de les distinguer « des lignes parallèles géométriques », qui, selon Euclide, livre I, définition 35, ne convergent pas, même si elles sont prolongées indéfiniment. Dubourg Glatigny estime dans sa note 164 que, pour étayer cette distinction, Danti aurait dû se référer, non à la proposition (sic) 35 du livre I des Éléments (à laquelle il croit devoir ajouter la 36), mais à la définition 23 de ce même livre. Cette dernière est effectivement la seule appropriée à la démonstration de Danti. Hélas pour notre historien : il recourt, pour « corriger » Danti, à la version italienne d’Euclide par Niccolò Tartaglia parue en 1543. Il suffit d’ouvrir la version latine de Campanus (je me suis servi de l’édition parue à Bâle en 1537) : le contenu de la définition 23 de Tartaglia est identique à celui de la définition 35 de Campanus… Danti connaît bien son Euclide et il est inutile de chercher à l’« amender ». C’est Dubourg Glatigny qui ne connaît pas l’Euclide de Danti et qui surcharge ses notes d’un vain savoir. Est-ce qu’un des réflexes du bon historien n’est pas de douter de ses propres références plutôt que de la perspicacité de son auteur ? Admettant cette évidence, Dubourg Glatigny aurait pu se demander comment un homme porté sur les mathématiques, et qui est entré, en 1554, à dix-huit ans, au couvent Saint-Dominique de Pérouse pour revêtir un an plus tard l’habit des frères prêcheurs, aurait été initié à Euclide par Tartaglia plutôt que par Campanus1. Ayant atteint sa maturité, cet homme est resté fidèle à l’Euclide qui avait accompagné au XIIIe siècle le développement du cursus universitaire de son ordre et qui a formé des générations de ses frères en religion.

  • 2 En dernier, et l’un des plus pertinents: Gérard Simon, Le regard, l’être et l’apparence dans l’opti (...)

3Danti consacre la 4e définition du livre I de son traité à l’anatomie de l’œil. Il insiste sur l’emplacement d’une des trois humeurs : la distance qui sépare les centres du cristallin et du globe oculaire vaut environ le cinquième du diamètre du globe oculaire. Il tient à cette valeur, différente de celle soutenue par « Vésale et d’autres, qui indiquèrent que le cristallin était concentrique au globe » (p. 123). Qu’un perspectiviste situe le cristallin mieux qu’une des gloires de l’anatomie, voilà qui mérite d’être noté. Encore ne faut-il pas exagérer la nouveauté de ses propos, même s’ils s’appuient sur les dissections qu’il a menées. Dans les « autres » contre lesquels Danti s’élève, Dubourg Glatigny croit reconnaître « notamment Realdo Colombo, élève de Vésale lui-même, qui publie à Venise en 1559 le De re anatomica » (note 158). Colombo se démarque pourtant sur ce point de Vésale (De re anatomica, pp. 219-220), comme l’a relevé l’historien des théories médiévales de la vision, que Dubourg Glatigny cite dans sa bibliographie (David C. Lindberg, Theories of Vision from al-Kindi to Kepler, Chicago, The University of Chicago Press, 1976, pp. 173-174). À quoi bon fournir une copieuse bibliographie si c’est pour ne pas y recourir aux moments opportuns ? Dans le même passage, Dubourg Glatigny traduit « diametro dell’occhio » par « axe optique ». Comment peut-on se spécialiser dans l’histoire de la perspective et ignorer qu’appliquée à l’œil cette expression a été créée quelque vingt ans plus tard par Kepler, dont les théories de l’image rétinienne et des lentilles ont révolutionné l’histoire de l’optique géométrique et celle de la vision ? De fait, pour copieuse que soit la bibliographie qui termine le volume, elle ignore les travaux que Kepler a consacrés à l’optique et ceux qu’il a suscités chez les historiens2. L’auteur n’en évoque pas moins l’image rétinienne (pp. 424, n. 138 ; 426, n. 148…).

4Il vaut mieux oublier le fouillis dont Pascal Dubourg Glatigny entoure le traité d’Egnatio Danti et la traduction qu’il en donne, et s’en tenir à l’essentiel : un jalon important de l’histoire de la perspective est maintenant disponible en librairie. L’accès en sera facilité pour le francophone qui aura su dissiper les brumes toutes contemporaines qui l’enveloppent.

Notes

1 Rappelons que: 1/ Albert le Grand a peut-être commenté Euclide: Paul M. J. E. Tummers, Albertus (Magnus)’ commentaar op Euclides’ Elementen der geometrie, Nimègue, 1984; 2/ la Compagnie de Jésus est fondée en 1540; 3/ Danti se forme pendant le déroulement du concile de Trente (1545-1563). Né trente ans plus tard, il serait probablement devenu jésuite et aurait travaillé Euclide dans les versions gréco-latines de Zamberti (1505) et de Commandino (1572). Et, à supposer qu’il n’ait pas embrassé l’état religieux et qu’il ait été toujours attiré par les mathématiques, il aurait privilégié l’Euclide gréco-latin. L’accès au nouvel Euclide dépend autant des événements ponctuels que sont les éditions que de ces mouvements de fond que sont les modes de socialisation; et ces derniers ne se transforment radicalement qu’à moyen terme.

2 En dernier, et l’un des plus pertinents: Gérard Simon, Le regard, l’être et l’apparence dans l’optique de l’antiquité, Paris, Éditions du Seuil, 1988 et son récent recueil d’articles qui s’échelonnent de 1981 à 2003, Archéologie de la vision. L’optique, le corps, la peinture, Paris, Éditions du Seuil, 2003. Autre grosse lacune bibliographique dans un autre domaine: John L. Heilbron, The Sun in the Church. Cathedrals as Solar Observatories, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1999, dont le chapitre 2 est consacré à Egnatio Danti et à ses travaux d’astronomie, ceux que Dubourg Glatigny aborde aux pp. 35 et 38-40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Egnatio Danti, « Les deux règles de la perspective pratique » de Vignole, 1583 », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/214

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org