Navigation – Plan du site

Franck Collard, Le Crime de poison au Moyen Âge

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Franck Collard, Le Crime de poison au Moyen Âge, Paris, PUF (« Le nœud gordien »), 2003, 303 p.
ISBN 2-13-052470-2

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un dossier d’habilitation ; F. C. poursuit depuis longtemps cette recherche sur les venins au Moyen Âge qui s’est concrétisée par une série d’articles, la plupart récents (dont le passionnant « Veneficiis vel maleficiis. Réflexions sur les relations entre le crime de poison et la sorcellerie dans l’Occident médiéval », Le Moyen Âge, 2003, pp. 9-57) ; F. C. avait aussi co-dirigé, avec E. Samana, un recueil d’études sur les poisons dans l’Antiquité et au Moyen Âge orientées par un regard sur la médecine et la chirurgie (Langres, Gueniot, 2002). C’est ici l’aspect judiciaire qui inaugure l’ouvrage et l’on ne sera pas surpris de voir l’ouvrage édité dans une collection dirigée par Cl. Gauvard. Ce livre est particulièrement intéressant parce que novateur. Cl. Gauvard elle-même avait signalé, à partir de certaines lettres de rémission, des cas d’empoisonnement, mais l’étude systématique du crime de poison restait à faire, en dépit de quelques articles parus sur le sujet, mais en général restreints à des cas d’empoisonnement particuliers, tels celui dont furent accusés les lépreux ou les juifs (les littéraires connaissent bien les reproches faits après la Grande Peste, comme en témoigne Guillaume de Machaut dans son Jugement du roi de Navarre) ; il y a aussi le cas de Valentine Visconti, dont parle Froissart ou d’un éventuel empoisonnement de Charles V au cœur duquel aurait été le père de Christine de Pizan, Thomas de Bologne, si l’on en croit les méchants propos de Pèlerin de Prusse ; de nombreux cas aussi, locaux, en général liés à des règlements de comptes en certains monastères. Belle et nécessaire étude donc que nous propose F. C., avec le soin de déterminer ce qu’est le crime de poison, comment il est jugé et comment il est puni. C’est que, comme le note l’auteur en titre de son premier chapitre (« un crime insaisissable ? »), le crime de poison est bien difficile à cerner. Sa procédure cachée le rend difficilement saisissable aux autorités du temps, et cette forme d’homicide est particulièrement difficile à identifier. D’autre part, il apparaît particulièrement difficile de faire des mesures, car, plus que tout autre crime, celui de poison résiste à la quantification et les informations que l’on peut récolter pour l’analyse sont le fruit d’une collecte aléatoire et forcément parcellaire, les documents d’archives, s’ils considèrent effectivement le crime vénéneux, ne prennent pas soin, dans la plupart des cas, de l’identifier comme tel : on note l’homicide, éventuellement la sorcellerie, mais bien peu, de façon explicite, la toxicatio. La première démarche est donc d’examiner les textes afin de déterminer les occurrences où un narrateur juge bon de parler d’empoisonnement. L’enquête est menée dans différentes traditions textuelles : chroniques, fictions littéraires, récits exemplaires. Pour les chroniques, on peut enregistrer deux attitudes ; soit l’écrivain, surtout désireux de mettre en valeur de hauts faits d’armes, considère que le crime de poison est indigne de figurer dans sa chronique. Mais on trouve aussi certains chroniqueurs, comme Orderic Vital, qui relatent certains crimes vénéneux avec détails (p. 10). C’est en tout cas à partir du XIIIe siècle que la figure de l’empoisonneur prend un peu d’épaisseur, comme d’ailleurs la victime du meurtre. Dans la fiction littéraire, l’empoisonnement peut donner lieu à certains développements, sans pour autant que de tels événements structurent l’histoire. F. C. donne quelques exemples (pp. 18-20) et ouvre des pistes que l’historien de la littérature devra suivre. Dans la littérature exemplaire, il semble que le motif de l’empoisonnement demeure très marginal ; le veneficium est surtout utilisé comme symbole du péché. Du point de vue de son existence judiciaire, le crime de poison n’est pas ignoré, mais il ne constitue pas une catégorie à part et l’on ne peut pas parler de perception affinée du veneficium dans la production législative, qu’elle soit civile ou canonique. Dans ce dernier cas, on enregistre surtout une association entre l’empoisonnement et le sortilège. de fait, c’est surtout en tant que substance que le poison a suscité un large intérêt, surtout après le XIIIe siècle, alors que le crime d’empoisonnement n’a pas produit de traité particulier, ni même de catégorisation judiciaire. Dans ce contexte, il paraît difficile d’évaluer la pratique du crime vénéneux, ce que propose cependant F. C., en s’appuyant sur les documents dont il dispose. Il apparaît, en dépit des imprécisions de la documentation, que certaines tendances se font jour ; c’est, comme on pouvait s’y attendre, vers la fin du Moyen Âge que l’on enregistre un développement de ce type de crime ; un moment de bascule pourrait être situé entre 1240 et 1300. Mais il semble bien toutefois que le crime par empoisonnement demeure marginal. ce qui n’empêche pas la prolifération des traités sur les venins à partir du XIVe siècle : Franciscus de Sienne, Pietro d’Abano, Armangaud Blaise, Jean de Capoue, Arnaud de Villeneuve… Après ces constats de difficulté, voire d’ambiguïté (instabilité sémantique de veneficium), F. C. s’intéresse, dans une deuxième partie de l’ouvrage, au poison lui-même : son marché, ses différents produits et leurs effets et ses remèdes. L’Orient semble majoritairement le lieu de production des matières vénéneuses, tant du point de vue réel que dans l’imaginaire médiéval. Ici encore, il me semble que le travail de F. C. ouvre quelques perspectives de recherches, en particulier dans les encyclopédies. On enregistre donc un véritable marché des toxiques et un développement, encore à partir du XIIIe siècle, d’un tel marché. Même si les substances demeurent en petit nombre, les poisons se multiplient, fournis par la nature elle-même ou venus de la main de l’homme. On s’intéresse, de façon corrélative, aux remèdes, et certains sont même efficaces, d’autant plus que l’administration d’une substance empoisonnée reste souvent approximative. La troisième partie de l’ouvrage de F. C. propose une sociologie du crime de poison. Il apparaît qu’elle relève plus de l’imaginaire social que de la statistique criminelle. Un tel imaginaire répond évidemment à ce qui avait été enregistré auparavant dans le livre : le manque de visibilité du crime vénéneux. On peut cependant enregistrer certaines tendances, que F. C. met en lumière en étudiant le profil de l’empoisonneur et celui de l’empoisonné. Il en conclut l’existence d’une relation hiérarchique, l’empoisonné étant vu comme supérieur socialement à l’empoisonneur. De manière générale, cet imaginaire sociologique du poison révèle la prégnance d’un milieu fermé (famille, couvent, cour…), l’empoisonneur étant rejeté dans l’extériorité du milieu où le crime s’est opéré. Ce crime de poison, s’il est difficile à bien cerner, si les registres ne le particularisent guère dans l’ensemble des crimes, en revanche, est jugé d’une façon particulière sur le plan moral : il est abominable, horrendum scelus. C’est une véritable obligation morale qui se fait jour en associant au veneficium une extrême cruauté. Et la série de dénominations, que F. C. égrène, révèlent bien que l’empoisonneur mérite tous les châtiments de l’enfer ; il est bien le pire des traîtres (p. 141 sq.). Les conditions du crime apparaissent en effet comme particulièrement négatives pour les médiévaux. Dans la mentalité de l’époque, le violence est un état de fait, avec ses règles et ses codes. Les chansons de geste ou les romans de chevalerie montrent qu’il y a une violence légitime et qu’il y a un code d’honneur : il est en particulier légitime d’être cruel envers l’adversaire. Mais le poison implique un acte prémédité, soigneusement organisé, appelant le secret, l’esquive, le mensonge, tous éléments inacceptables dans les codes féodaux de la violence. Il ne peut donc être vu que comme un acte inhumain. Ce qui ajoute à cette perception est le but qui est en général assigné à l’empoisonneur (p. 160 sq.). F. C. montre bien, en de fort belles pages, comment le crime de poison est considéré comme une atteinte majeure aux structures fondamentales de la société : famille (pp. 160-4), société (pp. 164-72), voire même chrétienté (pp. 173-80). Il apparaît alors que le veneficium est ‘en concurrence’ avec la pratique démoniaque ; il s’en approche et parfois les deux peuvent se confondre, l’empoisonneur tirant vers le sorcier. Mais c’est quand même la chasse aux sorcières qui prime et, comme le remarque F. C., on enregistre une sorte d’alternance entre les considérations horrifiées sur le crime de poison et la fièvre anti-satanique, ce qui n’empêche pas de riches intersections. Il reste alors, devant cet horrendum scelus, à étudier le châtiment ou, au moins, l’imaginaire du châtiment ; ce que fait l’auteur en cinquième partie du texte. L’étude de la condamnation souligne les tendances que les chapitres précédents avaient mises en lumière : « la poursuite et la répression du crime de poison médiéval reflètent davantage l’évolution de la conjoncture judiciaire et politique qu’une volonté particulière de sanctionner une forme d’homicide abominable » (p. 230). On peut toutefois noter, ce qui va dans le sens de l’affirmation des structures judiciaires, associée à une volonté spirituelle renforcée de lutter contre le Mal, une évolution parallèle dans l’accroissement, à partir du XIIIe siècle, des procès en sorcellerie et des affaires d’empoisonnement. Le dernier chapitre de l’ouvrage, chapitre d’ouverture, s’interroge sur les fonctions que remplit la question de l’empoisonnement : il apparaît, démontré de façon très convaincante par F. C., que l’accusation ou l’allégation d’empoisonnement revêtent des fonctions idéologiques et politiques. Cela peut être le moyen, thèse audacieuse de l’auteur, mais qui soulève un grand intérêt, de rétablir un équilibre politique menacé, par un jeu sur la déconsidération de l’adversaire et, a contrario, sur le rehaussement de la victime. Je ne peux que recommander la lecture de cet ouvrage passionnant, bien documenté en dépit de la difficulté liée justement à la documentation, et dont les analyses sont éclairantes et stimulantes. Il me semble en particulier que F. C. ouvre des pistes nombreuses, en particulier à propos de l’imaginaire, et que celles-ci pourraient être empruntées par des historiens de la littérature pour des études systématiques sur fiction et poison.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Franck Collard, Le Crime de poison au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 09 juillet 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/212

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org