Navigation – Plan du site

Sérgio Luís de Carvalho, Le Bestiaire inachevé

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Sérgio Luís de Carvalho, Le Bestiaire inachevé, traduit du portugais [Anno Domini 1348, 1990] par Cécile Lombard, Paris, Éditions Phébus (« D’aujourd’hui/Étranger »), 2003, 228 p., 14 x 20,5 cm
ISBN 2-85940-927-0

Texte intégral

1Comme l’indique le titre portugais du roman, l’action se place en 1348. João Lourenço, un veuf sans enfant, est atteint de la peste. Il décide de s’enfermer chez lui et de rédiger son testament. La rédaction dure plusieurs jours. Elle s’achève peu avant que lui-même touche au terme de sa vie. Elle comprend autant de chapitres que le testament d’items, quinze au total. Chacun est construit selon le même schéma. En léguant à telle personne telle partie de ses biens, João Lourenço se remémore les épisodes qui l’attachent à elle, étant entendu que ses rappels successifs suivent à peu près la chronologie de son existence. Comme le suggère cette fois le titre français, chaque chapitre est mis en rapport avec la page d’un bestiaire illustré inachevé, que João Lourenço a reçu en cadeau dans son enfance et que, mourrant, il feuillette une dernière fois. La morale de la page ouverte éclaire celle du chapitre en cours. En rédigeant son roman, de Carvalho brode sur l’acte juridique en train d’être écrit et sur le bestiaire en train d’être lu. Il situe l’existence de son personnage dans un entre-deux que délimitent le schématisme juridique et l’exubérance de l’imaginaire.

2La structure répétitive que l’auteur a choisie de donner à son récit enveloppe celui-ci dans une atmosphère incantatoire, quasi liturgique. C’est une liturgie personnelle de l’affaiblissement physique, de l’engourdissement intellectuel et de la mort. João Lourenço n’est pourtant guère confit en dévotion. L’homme est plutôt raisonnablement ouvert au monde et à ses semblables. Enraciné dans un milieu rural dont il a appris à connaître les contraintes, il s’est accompli dans un métier dont les outils sont l’encre, la plume et le parchemin. Il a eu le bonheur de vivre un amour  partagé, dont le souvenir lui dicte des pages aussi pudiques qu’intenses. La chronique villageoise qui se découpe à l’arrière-plan de son autobiographique associe de calmes enchantements – une nuance de lumière à travers les feuillages ; l’écoulement d’une fontaine – à des crises soudaines – l’assassinat d’un curé quelque peu dévoyé ; la menace d’un pogrom, qu’aidé par un heureux concours de circonstances, il parvient à écarter.

3Sérgio Luís de Carvalho a réussi un roman en inscrivant habilement la trame d’une existence peu à peu assumée dans celle d’une histoire générale qui reste énigmatique par bien des côtés. Est-ce qu’il aurait pu suggérer aussi subtilement cette ambivalence s’il s’était cantonné à son métier d’historien ?

Annexe

Historien médiéviste spécialiste des villes portugaises, Sérgio Luís de Carvalho a délaissé les prudences méthodologiques de sa profession pour se laisser prendre aux sortilèges du roman. Il a cherché à pénétrer dans l’intimité de l’un des notaires de Sintra – ce gros village situé à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Lisbonne auquel il avait consacré une monographie. Ses réflexes professionnels n’en sont pas moins restés intacts : dans un appendice, il fait la part de l’histoire et de la fiction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Sérgio Luís de Carvalho, Le Bestiaire inachevé », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 09 juillet 2008, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/210

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org