Navigation – Plan du site

Claude Letellier et Denis Hüe (dir.), Le Roman de Brut, entre mythe et histoire

M. Cavagna
Référence(s) :

Claude Letellier et Denis Hüe (dir.), Le Roman de Brut, entre mythe et histoire, Actes du colloque de Bagnoles de l’Orne (sept. 2001), éd. Claude Letellier et Denis Hüe, Paradigme, Orléans, 2003, 170 pages

Texte intégral

1Ce volume d’actes rend finalement accessibles les travaux d’un colloque aussi important qu’éloigné des circuits habituels, qui s’est déroulé dans la ville de Bagnoles de l’Orne. Une telle localisation constitue bien évidemment un choix programmatique dans la mesure où les participants ont eu l’occasion de parcourir l’« espace Plantagenêt » dans un sens à la fois intellectuel et physique : les contributions sont suivies par le suggestif compte-rendu d’une excursion à travers la région comprise entre le Maine, l’Anjou et la Bretagne, si bien que le regret du lecteur qui n’a pu assister au colloque n’en est que plus grand.

2Pour ce qui est du contenu des actes, le point de focalisation principal de toutes les contributions est constitué par la fusion entre la dimension mythique et la dimension historique qui caractérise l’ouvrage fondateur de la matière arthurienne. Le présupposé fondamental des ces études concerne la relativisation de la dichotomie entre mythe et histoire. À l’instar du mythe, l’histoire contribue à la « fondation du présent », elle est porteuse d’un sens que l’esprit médiéval s’efforce de comprendre à travers une exégèse de type allégorique : les deux participent donc de la même logique et rentrent au même titre dans l’œuvre littéraire. Claude Herzfeld, dans son intervention concernant les racines anthropologiques de l’identité souveraine,rappelle en effet avant toute chose que la notion de « vérité historique » n’appartient qu’à la conception moderne et positiviste. Le volume s’ouvre avec l’étude d’Emmanuelle Baumgartner qui parle de l’œuvre de Wace comme d’une « odyssée fondatrice ». Elle souligne en particulier l’approche différente adoptée par le clerc normand vis-à-vis de sa source, l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Montmouth. Si les écarts entre les deux textes ne sont pas très évidents, EB parle en revanche d’une « différente polarisation » qui est déterminée par un contexte historique différent : les éléments mythiques introduits par Wace se situent dans la perspective de la célébration du nouveau roi d’Angleterre Henri II. La stature mythique du roi Arthur, déjà présente dans la source latine, atteint maintenant la dimension de « héros civilisateur ». Les trois contributions de Laurence Mathey-Maille, de Jean-Guy Gouttebroze et de Claude Sterckx présentent trois enquêtes complémentaires relatives aux sources qui constituent la trame historique et littéraire de l’œuvre, respectivement l’histoire de la Normandie, le mythe celtique et l’histoire romaine. À partir de l’image de l’île d’Avallon, JGG mène une enquête particulièrement intéressante sur le thème central du merveilleux ; son analyse exploite les sources celtiques des immrama, comme l’Immram Mael Duin,pour arriver jusqu’à la Navigation de saint Brendan et à un poème, le Draco normannicus, qui semble traiter le thème du voyage vers les Antipodes dans une perspective à la fois scientifique et ironique. D’autres interventions se focalisent sur des thèmes ou épisodes plus précis, en se situant toujours dans la perspective d’une récupération mythique de l’actualité politique et culturelle de la cour anglaise. Huguette Legros analyse le combat d’Arthur contre le géant : ce dernier symbolise le monde barbare que le roi civilisateur doit vaincre ou, éventuellement, apprivoiser. Denis Hüe se concentre sur la naissance mythique d’Arthur qui se situe à l’origine du pouvoir souverain. L’autorité du héros sur le peuple est liée à trois aspects : la transmission héréditaire, le signe divin, la cérémonie de l’investiture. Ces trois aspects se trouvent réinterprétés dans la perspective de la légitimation du pouvoir d’Henri II. DH souligne l’importance qui est accordée par Wace à la naissance du roi et à l’amour entre ses parents. L’attention que Wace porte à ces épisodes est mise en exergue à travers des comparaisons ponctuelles entre le texte français et sa source latine, des comparaisons d’autant plus claires et efficaces que, pour une fois, le texte latin n’est pas relégué en bas de page mais est présenté au fil du texte. Claude Letellier étudie le personnage de Mordret, le neveu traître auquel le roi Arthur confie la régence – ainsi que sa femme Guenièvre – lorsqu’il part à la guerre contre les Romains. CL s’attache à analyser ce personnage sous une perspective double : il souligne d’abord ses aspects symboliques, qui mettent en exergue un jeu d’identifications et de substitutions successives, à l’intérieur de la famille royale. Loin de constituer une sur-interprétation, le fait d’avoir recours à des concepts psychanalytiques – qui depuis Freud reposent en tout cas pour la plupart sur le mythe – contribue à approfondir la lecture et l’explication de certains passages qui seraient autrement incompréhensibles. Par la suite, CL propose également une lecture historique : derrière son conflit avec l’oncle, il faut reconnaître l’ancien conflit qui a eu lieu entre Henri le premier et Guillaume le Conquérant. Pour conclure les actes, Fabienne Pomel insiste finalement sur l’attitude sceptique et critique manifestée par Wace vis-à-vis des conteurs de fables. Il s’agit évidemment d’une attitude qui relève de l’artifice rhétorique et qui contribue d’une façon programmatique à remettre en perspective la limite entre fabula et historia. L’intelligente analyse de FP reconnaît l’ironie qui se cache derrière la démarche de Wace, en insistant par exemple sur le moment où il appelle Merlin comme garant de sa position. Les deux personnages de l’auteur – c’est-à-dire de l’historien – et du prophète se trouvent en effet en concurrence sous plusieurs points de vue et notamment dans le pouvoir évocateur et ambivalent de la parole prophétique.

3Les neufs contributions présentées ici constituent un volume d’une densité extraordinaire, un volume destiné à présenter un nouveau point de départ obligé pour toutes les études à venir qui seront consacrées à l’ouvrage de Wace. En même temps, la question du rapport entre le mythe et l’histoire ne concerne pas seulement cet ouvrage fondateur, mais intéresse la littérature moderne tout entière au moment de sa naissance : une naissance qui coïncide justement avec l’affranchissement progressif et conscient du fardeau de l’histoire de l’Antiquité.

Pour citer cet article

Référence électronique

M. Cavagna, « Claude Letellier et Denis Hüe (dir.), Le Roman de Brut, entre mythe et histoire », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 28 juin 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://crm.revues.org/207

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org