Navigation – Plan du site

Stéphane Boissellier, Le peuplement médiéval dans le Sud du Portugal. Constitution et fonctionnement d’un réseau d’habitats et de territoires, XIIe-XVesiècles

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Stéphane Boissellier, Le peuplement médiéval dans le Sud du Portugal. Constitution et fonctionnement d’un réseau d’habitats et de territoires, XIIe-XVesiècles, Paris-Lisbonne, Publications du Centre culturel Calouste Gulbenkian/Fundação Calouste Gulbenkian, 2003, 676 p., 18x25cm, 4tableaux, 28 cartes régionales, 52 figures, 10 photographies, bibliographie (sources manuscrites et éditées, études), un index des tableaux, cartes, figures et photographies
ISBN 972-8462-34-4

Texte intégral

1L’ouvrage traite du peuplement des espaces situés entre le Tage au Nord, les rives de la Guadiana à l’Est et l’Océan Atlantique au Sud et à l’Ouest, pendant les quatre siècles durant lesquels le Portugal s’est formé et constitué. Il se distribue en vingt chapitres, dont dix-sept sont regroupés en trois parties successivement titrées Peuplement et articulations des habitats (pp. 117-254), Construction des territoires : intégration et démembrement (pp. 255-380) et Problèmes de morphologie des habitats (pp. 381-516). Ces trois parties sont précédées par une Introduction : La thématique, la méthodologie et les sources (pp. 15-36) ainsi que par de copieux Prolégomènes : Facteurs et acteurs, qui s’étendent à eux seuls sur trois chapitres (pp. 37-116). L’enquête se termine par une Conclusion qui, curieusement, n’a pas été titrée (pp. 517-528).

2La simple description formelle qui vient d’être faite renseigne déjà sur le point de vue adopté par l’auteur et sur le type de documents qu’il favorise. Stéphane Boissellier cherche à appréhender l’ensemble des processus sociaux à travers la multiplicité de leurs conséquences spatiales. Il privilégie toutefois les sources écrites plutôt que les vestiges archéologiques, même s’il traite des différents modes d’existence de l’espace, qu’ils soient strictement géographiques, économiques, administratifs ou politiques. De fait, c’est l’interaction de ces différents modes qu’il s’efforce de saisir pour mieux camper la réalité humaine. Dans les limites documentaires qu’il s’est fixées, sa démonstration est excellemment informée et menée avec rigueur. Elle laisse clairement apparaître la vigueur de l’organisation municipale et l’importance de l’État monarchique. Elle est malheureusement desservie par l’écriture qu’il pratique. Ses phrases s'étirent trop souvent au-delà du raisonnable. Quand elles ne sont pas coupées par des parenthèses ou par des tirets, elles sont parsemées de mots en italiques ou de renvois à des notes dont le contenu aurait pu être sans dommage intégré au texte pour mieux assurer la continuité de la lecture ; elles sont aussi parfois désarticulées par des appels de note mal placés. La collecte des informations a beau avoir été systématique et l’organisation des propos mûrement réfléchie, l’ouvrage semble avoir été écrit au fil de la plume. L’auteur donne l’impression d’avoir oublié la vertu des relectures attentives et des corrections méthodiques. J’ai relevé des impropriétés dans le maniement des symboles mathématiques. L’expression « plus ou moins x » au sens de « environ x » n’a jamais été équivalente à la notation « ± x » dont il use. Écrire « b « a étant plus petit que b (sic), ne peut pas dire, de toute évidence, que le nombre de foyers d’une agglomération s’est accru en passant « de a à b ».

3Stéphane Boissellier évoque à plusieurs reprises les riches perspectives que les Systèmes d’informations géographiques ouvrent à l’historien des territoires. Je rappelle que ces Systèmes associent à une base de données une multiplicité de cartes pour une même portion de l’espace. Il regrette de ne pas pouvoir utiliser cet outil informatique. Qu’il me permette une question : pourquoi ne prend-il pas le temps de le maîtriser alors que lui-même le juge on ne peut mieux approprié à son type d’analyse ? Son goût pour la rigueur conceptuelle trouverait là un terrain d’élection. Ses analyses ne pourraient que gagner en efficacité pour le plus grand bien des sciences historiques et pour la satisfaction de lecteurs éventuels.

4Son livre est pour l’heure indispensable aux médiévistes, qu’ils soient spécialistes de la péninsule ibérique ou simplement intéressés par elle. Les uns y trouveront rassemblée la quasi-totalité des documents écrits disponibles passés au crible d’une analyse minutieuse. Les autres se convaincront de l’originalité portugaise. Les uns et les autres doivent toutefois s’attendre à une lecture besogneuse, heureusement récompensée par la fécondité des aperçus proposés.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Stéphane Boissellier, Le peuplement médiéval dans le Sud du Portugal. Constitution et fonctionnement d’un réseau d’habitats et de territoires, XIIe-XVesiècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/206

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org