Navigation – Plan du site

Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin, Le Quotidien au temps des fabliaux

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin, Le Quotidien au temps des fabliaux, Paris, Picard, 2003, 303 p.
ISBN : 2-7084-0694-9

Texte intégral

1Le première remarque qui vient à l’esprit en feuilletant simplement cet ouvrage est qu’il s’agit d’un bel ouvrage, au sens matériel du livre : beau papier, mise en page de qualité, illustrations. Cela peut sembler anecdotique pour un public avant tout soucieux d’instruments de travail, mais il est toujours bon de penser que certains éditeurs essayent de maintenir une tradition de qualité d’édition, même pour des ouvrages qui ne sont pas destinés à un très large public. Il est vrai que ce livre peut être lu par un public beaucoup plus large que celui des universitaires et chercheurs ; cela n’enlève rien d’ailleurs à son intérêt et à sa qualité. Je dirai d’entrée de jeu que la perspective est particulièrement intéressante, dans son souci d’interdisciplinarité, mot, on le sait, fort à la mode dans les discours (officiels ou non), mais qui vaut bien des coups de bâtons académiques à ceux qui se mêlent d’en faire. M.-Th. Lorcin avait déjà produit un bel ouvrage sur les fabliaux, désormais devenu classique, avec son regard d’historienne sur des textes la plupart du temps considérés exclusivement pas des littéraires (Façon de sentir et de penser : les fabliaux français, Paris, Champion, 1979). Le présent ouvrage est donc le fruit du travail d’une historienne et d’une historienne de l’art, toutes deux connaissant d’ailleurs fort bien la littérature médiévale. Les auteurs ont effectivement choisi de convoquer plusieurs disciplines, telles l’archéologie et l’analyse iconographique, afin de comprendre, en partant des fabliaux, quelle pouvait être la vie quotidienne au XIIIe siècle. Le premier chapitre de l’ouvrage présente donc les trois grandes catégories de sources qui seront utilisées lors de l’étude : les fabliaux, les sources archéologiques, les images. Le fabliau offre un terrain particulièrement intéressant pour une telle étude : du point de vue chronologique, le genre est fortement ancré et délimité dans le XIIIe siècle. La plupart de ces « contes à rire » mettent en scène des personnages des différentes couches de la société, urbaine en particulier. Ils offrent ainsi des portraits intéressants de l’homme et de la femme en situation (famille, travail, loisir), avec leurs costumes, leurs instruments de travail et de vie quotidienne. On y voit aussi la maison, quelques meubles et leur contenu. Les sources archéologiques permettent de mesurer la distance entre réalité et image littéraire (distance qui n’est pas très importante dans les fabliaux), et d’attester, de préciser ce que le texte propose. Les images, même avec une dimension symbolique, inscrivent dans leur espace des objets réels, révèlent des gestes, des attitudes, qui portent aussi témoignage du quotidien. Sur cette base, D. A.-B. et M.-Th. L. proposent un regard minutieux sur l’ensemble des realia que peuvent fournir les fabliaux pour tracer un portrait le plus précis possible de la vie au jour le jour des personnages répertoriés statistiquement dans le Nouveau recueil complet des fabliaux de W. Noomen (p. 35). Le livre nous fait alors véritablement vivre cette population et le lecteur ‘se promène’ dans les maisons, autour de la table, au marché ou à la taverne, au milieu de photos, d’images, de textes (ancien français et traduction en F.M.), de dessins, etc. Prenons l’exemple du bain (p. 127 sq.), dans la rubrique « habiter ». Un commentaire explique comment le bain se prépare et dans quel cadre il apparaît. Suivent alors des extraits de textes (Les deux changeurs et Le cuvier). Une enluminure, tirée d’un ms. du Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville, montre une scène de bain. Un livre d’heures (« de Saint-Omer ») sert d’illustration pour les systèmes d’adduction d’eau et un dessin moderne montre une maison à évier ; des photographies de fouilles montre un siège de latrine et tous ces documents sont expliqués et coordonnés par un commentaire. Il est difficile d’ailleurs de véritablement rendre compte de l’‘ambiance’ de ce livre original, car il faudrait pouvoir insérer ici quelques pages sur un thème particulier. De plus, l’ouvrage est pourvu de plusieurs index, dont un des matières, qui rendent la recherche commode. Je ne peux que conclure en recommandant vivement la lecture et l’achat d’un tel livre. Outil riche et intéressant pour tout médiéviste et ouverture vers une méthode de travail particulièrement fructueuse.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin, Le Quotidien au temps des fabliaux », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/205

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org