Navigation – Plan du site

René Noël, Isabelle Paquay et Jean-Pierre Sosson (dir.), Au-delà de l’écrit. Les hommes et leurs vécus matériels au Moyen Âge à la lumière des sciences et des techniques. Nouvelles perspectives

Max Lejbowicz
Référence(s) :

René Noël, Isabelle Paquay et Jean-Pierre Sosson (dir.), Au-delà de l’écrit. Les hommes et leurs vécus matériels au Moyen Âge à la lumière des sciences et des techniques. Nouvelles perspectives, Actes du Colloque international de Marche-en-Famenne, 16-20 octobre 2002, Turnhout, Brepols (« Typologie des sources du Moyen, Âge occidental » Hors-série), 2003, 520 p., 16x24cm, Tables des tableaux, des figures, des planches, Index des sites, des auteurs, des œuvres littéraires et artistiques
ISBN 2-503-51467-7

Texte intégral

1À l’occasion des trente ans de la Typologie des sources du Moyen Âge occidental, les responsables actuels de la collection, René Noël et Jean-Pierre Sosson, ont souhaité, avec l’aide d’Isabelle Paquay, secrétaire d’édition, faire le point sur l’œuvre accomplie et, surtout, préparer l’œuvre à venir. Sur les 85 fascicules déjà parus, 67 ont été consacrés aux sources écrites et 18 seulement aux documents non écrits. Ils ont donc décidé de faire la part belle à ces derniers et ont demandé aux intervenants sollicités d’insister sur les perspectives que l’au-delà de l’écrit ouvre : elles semblent les plus prometteuses dans la conjoncture présente des études médiévales.

2Ce bilan aux accents fortement prospectifs a été réalisé à l’occasion d’un colloque international qui a réuni neuf chercheurs belges et autant de chercheurs français, trois chercheurs allemands (dont un Suisse allemand) et un chercheur américain (mais les communications rédigées par les Français ne sont que six, deux d’entre elles ayant été signées, respectivement, par trois et deux auteurs). Parmi ces intervenants, six ont déjà apporté leur contribution, ou s’apprêtent à le faire, à la collection en rédigeant au moins un fascicule. Le volume sous examen se répartit pour sa part en deux ensembles très inégaux. Le premier, qui comprend trois communications, porte sur la méthodologie et se veut délibérément futuriste avec celle de Michael McCormik, qui complète heureusement celles, plus rassises, des deux responsables de la collection. Le second ensemble, qui comprend seize communications, étudie des cas ou explore des thèmes ; il s’organise selon l’ordre alphabétique des auteurs, alors qu’un regroupement thématique en aurait certainement facilité la lecture.

3L’au-delà de l’écrit, c’est bien évidemment et tout d’abord l’archéologie et les monographies que les fouilles produisent par nature. Plusieurs communications lui sont consacrées, qui renouvellent la connaissance des objets auxquels elles s’appliquent, qu’il s’agisse de la ville (Emmanuel Bodart ; Rolf d’Aujoud’hui), des mottes (Michel Brand’Honneur) ou des sites funéraires (Philippe Mignot ; Laurent Verslype). Mais l’archéologie cantonnée à elle-même ne parle qu’à mi-voix. Les techniques de laboratoire, avec l’archéométrie, doivent le plus souvent prendre le relais du chantier et jouer leur rôle d’amplificateur. L’analyse physico-chimique des vestiges exhumés, ou des simples objets anciens, à laquelle elle se livre apporte des précisions décisives. Grâce à la paléoparasitologie, Françoise Bouchet, Stéphanie Harter et Matthieu Le Bailly font le point sur les pathologies infectieuses. Philippe Braustein montre la nécessité de prendre en compte la longue durée, maîtrisée en l’espèce grâce à la datation au carbone 14, pour déchiffrer, avec le concours de l’archéologie expérimentale, les énigmes posées par les mines et la métallurgie. Philippe Dillmann et Philippe Bernardi mettent à jour l’emploi à grande échelle des matériaux ferreux dans la construction monumentale à la faveur d’un cas, le Palais des Papes d’Avignon ; l’analyse métallographique leur fait quantifier la qualité des fers utilisés et leur permet de retrouver le plus souvent les lieux de productions et les circuits de distribution. Gisela Grupe tire des informations sur l’espérance de vie et l’alimentation des hommes du Moyen Âge grâce à la biogéochimie isotopique. Patrick Hoffsummer se livre à un exercice décapant en illustrant le bon usage de la dendrochronologie. Caroline Polet dresse un inventaire exhaustif des informations qu’il est possible de tirer de l’examen minutieux des os et des dents. Julian Wiethold insiste sur les ressources de l’archéobotanique. L’archéométrie est aussi utilisée avec bonheur dans la connaissance des œuvres d’art (Dominique Allart ; Anne-Françoise Cannella).

  • 1 Max Planck, Autobiographie scientifique et derniers écrits, introduction, traduction [Wissenschaftl (...)

4Un sort doit être fait à une communication qui se démarque elle-même des autres, celle de Gérard Chouquer, « Les formes des paysages médiévaux ; déclaration d’ouverture de controverse ». L’auteur revendique son originalité, en défendant et illustrant une analyse novatrice des paysages, et plus largement de l’espace, progressivement élaborée durant ses plus de vingt ans d’une carrière riche en travaux et en animation d’équipes. L’espace géographique n’est intelligible que dans la longue durée et, dans ce cas précis, celle-ci ne l’est que par la morphologie historique – autrement dit par une réflexion sur la transformation des formes. Il regrette que ses vues ne soient pas mieux prises en compte par les historiens et les géographes. Je me permets de lui rappeler la forte remarque faite au soir d’une vie d’une fécondité extrême par un esprit éminent entre tous : « Une vérité nouvelle en science n’arrive jamais à triompher en convainquant les adversaires et en les amenant à voir la lumière, mais plutôt parce que finalement ces adversaires meurent et qu’une nouvelle génération grandit, à qui cette vérité est familière. » 1 Qu’ajouter, sinon que Gérard Chouquer et son équipe continuent à produire en se conformant à leur méthode et sans perdre leur temps à croiser le fer avec des pisse-vinaigre.

5Peut-on rallier sans réserve la bannière brandie par les responsables du volume et, avec eux, se réclamer tout crûment d’un « au-delà de l’écrit » ? Les travaux réunis dans ces pages mettent en avant des méthodes en usage dans « les sciences dures » qu’ils appliquent à l’étude des traces laissées par les générations précédentes. En procédant ainsi, ils se placent plutôt dans un « au-delà des méthodes » qui ont été en usage pendant des siècles dans la recherche historique et qui, ces dernières décennies, ont été dépossédées de l’exclusivité séculaire dont elles avaient bénéficié. Mais pour enrichissantes qu’elles soient, ces nouvelles méthodes s’accomplissent lorsqu’elles reviennent vers l’écrit qu’elles avaient un temps débordé ; elles l’affinent, le corrigent ou le confirment ; et, au final, elles l’entendent dire, mieux qu’autrefois, ce à quoi il avait prioritairement servi : humaniser coûte que coûte le cours tumultueux de l’histoire. L’écrit a perdu son monopole dans la collecte et l’analyse des faits, et les études historiques s’en trouvent enrichies ; il reste malgré tout indépassable pour comprendre le passé.

Notes

1 Max Planck, Autobiographie scientifique et derniers écrits, introduction, traduction [Wissenschaftliche Selbstbiographie, Leipzig, 1948] et notes d’André Georges, Paris, Éditions Albin Michel (Les savants et le monde), 1960, pp. 84-85.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « René Noël, Isabelle Paquay et Jean-Pierre Sosson (dir.), Au-delà de l’écrit. Les hommes et leurs vécus matériels au Moyen Âge à la lumière des sciences et des techniques. Nouvelles perspectives », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/204

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org