Navigation – Plan du site

José Chabás, Bernard R. Goldstein (éds.), The Alfonsine Tables of Toledo

Max Lejbowicz
Référence(s) :

The Alfonsine Tables of Toledo, éd. José Chabás, Bernard R. Goldstein, Dordrecht-Boston-Londres, Kluwer Academic Publishers (“Archimedes, New Studies in the History and Philosophy of Science and Technology” 8), 2003, XIV-342 p., 16,5x24,5cm, 11 figures, bibliographie, liste des manuscrits, liste des paramètres, index
ISBN 1-4020-1572-0

Texte intégral

1Les Tables alphonsines n’ont pas pour auteurs Isaac ben Sid et Judah ben Moses ha-Cohen, deux astronomes travaillant à Tolède sous la patronage du roi de Castille et de Léon, Alphonse X, comme il avait été admis jusqu’ici. Elles sont dues à la créativité de Jean de Murs, Jean de Lignières et Jean de Saxe, trois astronomes travaillant à Paris dans les années 1320. Telle est la thèse qu’Emmanuel Poulle a cherché à établir il y a un quart de siècle et qu’il défend depuis. Telle est la thèse à laquelle José Chabás et Bernard R. Goldstein s’opposent plus ou moins explicitement depuis une dizaine d’années, dans des études ponctuelles. Leur dernière publication prend le taureau par les cornes: elle met à profit leurs recherches précédentes pour se consacrer entièrement à l’établissement de la paternité des Tables alphonsines et à la diffusion de celles-ci jusqu’à la fin du XIVe siècle. Leur ouvrage est un bel exemple d’une conception externaliste de l’histoire des sciences qui, une fois posé l’environnement social et culturel, sait entrer dans le détail des analyses les plus techniques.

2Si la qualification des Tables alphonsines ne relève pas de l’arbitraire, une étude qui leur est consacrée doit commencer par la présentation du programme culturel qu’Alphonse X s’est fixé. Le premier chapitre donne les principales caractéristiques de ce moment, unique à tous égards, de l’histoire intellectuelle de l’Europe latine, qu’est l’entreprise de traductions patronnée par le roi (mise en avant du castillan, indépendance à l’égard de l’Université et de l’Église, équipe multiconfessionnelle et polyglotte, prédominance de l’astronomie). Il donne  aussi un aperçu des liens qui unissent la dynastie castillane aux Capétiens et des rencontres qu’ils ont occasionnées.

3À la suite des historiens qui se sont penchés sur elle, Chabás et Goldstein trouvent très contestable l’édition de la probable version initiale, en castillan, des canons des Tables alphonsines (les tables au sens strict n’ont pas été retrouvées) par Manuel Rico Sinobas, en 1866. Mais ils sont les premiers à en proposer, dans le chapitre 2, une nouvelle édition, à partir du seul manuscrit connu (Madrid, Biblioteca Nacional, ms 3306, ff. 34v-73v). Je laisse à des hispanisants le soin de prendre la mesure de ce travail éditorial. Le chapitre 3 contient un glossaire des quelque 300 termes techniques utilisés dans ce Libro de las tablas alfonsies. Ils sont confrontés au lexique de quatre autres textes d’astronomie rédigés également en castillan par des astronomes de l’entourage d’Alphonse X (deux restent anonymes, un est dû à Isaac ben Sid et un autre à Judah ben Moses ha-Cohen). Ainsi armés, Chabás et Goldstein se livrent au commentaire astronomique de ces canons, dont ils font ressortir les particularités techniques (chapitre 4). Un bref chapitre 5 précise l’environnement curial dans lequel le Libro de las tablas alfonsies a été rédigé (genres pratiqués, présentation des traducteurs et du corpus scientifique produit). Le dernier chapitre étudie la diffusion de l’astronomie alphonsine pendant les cent ans qui ont suivi la rédaction du Libro de las tablas alfonsies.

4La place me manque pour reprendre les analyses de stricte technique astronomique menées par Chabás et Goldstein. Je m’en tiens à leur apport le plus net à l’histoire de l’astronomie. Ils montrent de manière convaincante qu’au lieu d’une astronomie alphonsine définie une fois pour toutes, il vaut mieux parler d’un corpus d’astronomie alphonsine, en distinguant les Tables alphonsines de Tolède et les Tables alphonsines parisiennes, dont le succès a éclipsé les antécédents. Bien qu’ils s’en tiennent scrupuleusement aux faits et aux textes, ils écrivent une belle page d’anthropologie culturelle, qui repose au final sur deux notions: 1/ les modalités d’appropriation d’un savoir, surtout visible dans la Tolède d’Alphonse X avec, comme figure de proue, Isaac ben Sid et Judah ben Moses ha-Cohen; 2/ l’émergence d’un nouveau savoir, davantage perceptible dans le Paris de la fin du XIIIe siècle avec Guillaume de Saint Cloud et Jean de Sicile, et dans celui des premières décennies du XIVe avec les deux Pierre– de Saint-Omer et de Dacie–, et les six Jean– Vimond, de Murs, de Lignères, de Saxe, de Gênes et de Monfort.

5José Chabás et Bernard R. Goldstein ont signé un livre qui, par la somme de ses informations et par les nuances de ses analyses, devrait faire date dans l’histoire de l’astronomie médiévale latine.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « José Chabás, Bernard R. Goldstein (éds.), The Alfonsine Tables of Toledo », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2003, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://crm.revues.org/203

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org