Navigation – Plan du site

Henrik Wels, Aristoteliches Wissen und Glauben im 15. Jahrhundert

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Henrik Wels, Aristotelisches Wissen und Glauben im 15. Jahrhundert. Ein anonymer Kommentar zum Pariser Verurteilungsdekret von 1277 aus dem Umfeld des Johannes de Nova Domo. Studie und Text, Amsterdam-Philadelphie, B. R. Grüner (« Bochumer Studien zur Philosophie », 41), 2004, clxx-162 p., 15,5x23cm, bibliographie, index auctoritatum et nominum
ISBN 90-6032-370-X

Texte intégral

1Pour Henrik Wels, la réputation médiocre du XVe s. en histoire de la philosophie s’explique par la méconnaissance des textes produits pendant la période. Il est donc indispensable d’en éditer le plus possible avant de porter un jugement motivé. Est-il sûr que l’image d’un XVe siècle philosophique sorte grandie de la lecture des Commentaria in articulos sive errores 219 condemnatos Parisiis a domino Stephano Parisiensis episcopo A. D. 1277 anonymes et de celle des Commentaria in articulos sive errores 10 condemnatos Parisiis a domino Guilielmo A. D. 1241, que les sept manuscrits recensés associent, et que Wels éditent l’un après l’autre, respectivement aux p. 1-118 et 119-127 ? Elle en sort en tout cas précisée, et c’est déjà un point positif.

2Par le jeu des citations, Wels rattache avec vraisemblance l’auteur de ces Commentaria au cercle d’un fervent albertiste, professeur à la Faculté des arts de Paris au début du XVe s., Jean de Maisonneuve († 1418) – Nieuwenhuyze, si l’on tient à rappeler ses origines flamandes. L’Anonyme les a probablement écrits dans la capitale du royaume, entre 1418 et 1454. Chacun sait que la longue liste des articles retenus par la commission réunie par Tempier est d’une lecture austère, rebutante même, pour ceux du moins qui s’intéressent davantage au déploiement d’une argumentation qu’à l’affirmation réitérée d’énoncés hétéroclites. Quelle perversion a conduit ces experts à affirmer la vérité en picorant à droite et à gauche pour épingler au pas de course ce qu’ils estimaient être les erreurs d’autrui ? Quelle déraison leur a fait croire que la vérité se réduisait à affecter d’un signe négatif les erreurs récupérées au hasard d’un vagabondage dans les manuscrits ? Replacée dans son temps, les condamnations de 1277 répondent cependant à un enjeu historique d’une exceptionnelle envergure. Le courant de pensée qui avait été amorcé par les traducteurs arabo-latins du XIIe s. et qui depuis, avec la naissance et le développement des universités, n’avait cessé de croître, se fracasse soudain sur l’obstination d’héritiers repliés sur des certitudes qu’ils sont incapables de faire fructifier.

3Les Commentaria de l’Anonyme sont encore moins attrayants que le syllabus et tout aussi peu ragoûtants. Et ils sont dépourvus de la pression idéologique qui mettait sur le gril l’équipe réunie par Tempier en lui faisant perdre la tête. Ils rappellent un à un les articles de 1277 dans l’ordre qui est celui suivi par le Chartularium Universitatis Parisiensis (l’éditeur a eu l’heureuse idée d’ajouter à chacun d’eux les numérotations adoptées respectivement par Mandonnet et par Plessis d’Argentré). Chaque article est accompagné d’un commentaire plus au moins complaisant qui excède rarement le quart de page et qui commence par : « Ratio falsitatis illius articulus est… », avec, comme variantes, la mention du numéro de l’article ou le renvoi à un autre article ou encore un traitement commun à deux articles successifs. Quelques élucidations sont parfois proposées. Ainsi les 41e, 60e, 66e ou le 85e articles rompent l’affligeante monotonie de l’ensemble : « Sciendum pro isto articulo, quod scientia perpetuatur tribus modis » ; « Sciendum pro isto articulo, quo effectus dicitur necessarius et non necessarius » ; « Iste articulus sexagesimus dupliciter intelligitur » et « Sciendum pro isto articulo, quod scientia intelligentiae est eadem cum intelligentia et etiam non est eadem cum intelligentia. » Les explications qui s’en suivent sont l’exception.

4L’éditeur a consacré un chapitre à l’examen de quelques thèmes qui lui ont paru déterminants pour la compréhension des Commentaria (p. CV-CLXV) : 1/ La localisation des substances séparées ; 2/ La validité de la condamnation de 1277 ; 3/ L’aristotélisme hétérodoxe, l’averroïsme et la double vérité ; 4/ La limitation de la connaissance examinée à partir de la distinction potentia absoluta et potentia ordinata ; 5/ Le néoplatonisme. Je n’ai rien relevé qui puisse renouveler l’interprétation usuellement admise de ces thèmes.

5Wels apporte une pierre nouvelle à l’historiographie des condamnations de 1277, qui a crû dans des proportions considérables ces dernières décennies. Cette abondance de travaux érudits ne doit pas occulter les vérités élémentaires. Dans tous les cas, la censure de la pensée signe un échec de la raison sans assurer le triomphe de la foi. Elle perturbe, sans l’arrêter, l’aventure de la connaissance et ne ramène au bercail que des brebis qu’elle a estropiées. Les actes disciplinaires à l’encontre des exercices de l’intelligence se concluent momentanément par la faillite de l’esprit. Éloigné d’une bataille dont il ne cherche pas à comprendre les tenants et les aboutissants, ce XVe s. thuriféraire du censeur s’enferme dans une orthodoxie étriquée, qui a sans doute beaucoup à voir avec les maladies de la chrétienté mais bien peu avec la vitalité du christianisme, quand celui-ci trouve au contact des Évangiles les mobiles de ses choix. Si les traducteurs arabo-latins du XIIe s. avaient été aussi pusillanimes que certains théologiens du XIIIe et que certains artiens du XVe, l’Europe risquerait d’ânonner aujourd’hui je ne sais quel catéchisme suranné. Wels a fait œuvre utile en montrant, peut-être à son corps défendant, qu’un certain idéal de béatitude fait trop facilement le lit de la servitude de l’esprit.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Henrik Wels, Aristoteliches Wissen und Glauben im 15. Jahrhundert », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/201

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org