Navigation – Plan du site

Xavier Barral i Altet (dir.), L’art du vitrail XIe-XVIe siècles

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Xavier Barral i Altet (dir.), L’art du vitrail XIe-XVIe siècles, trad. de l’espagnol [Barcelone, Lunwerg Editores, 2003] par Christiane de Montclos, Paris, Éditions Mengès, 2004, 288 p., 27,5 x 32 cm, nombreuses photos en couleurs non numérotées, bibliographie
ISBN 2-8562-0440-6

Texte intégral

1Onze spécialistes du vitrail médiéval, dont sept appartiennent au Corpus Vitrearum Medii Aevi, présentent les réalisations de l’espèce dans neuf pays ou régions européens (une double signature est effectivement apposée à deux contributions). Chaque présentation suit un même schéma d’exposition : une esquisse des productions dans le territoire retenu est complétée par une monographie qui porte sur les vitraux d’un ou deux monuments. L’un des auteurs, Xavier Barral i Altet, introduit l’ensemble en brossant un panorama de l’art du vitrail à l’échelle européenne. Les textes sont dans l’ensemble de bon aloi. Ils alternent avec de nombreuses et superbes reproductions. Les plus importantes forment des mini-cahiers autonomes imprimés pleine page, suivis par deux pages de vignettes qui les légendent. Et c’est là que le bât blesse. Aucun système de renvoi n’assure la liaison entre les textes et les reproductions ; les deux séries se juxtaposent dans une fière et imbécile autonomie. Si les chantiers des cathédrales avaient fonctionné selon ce mode, « le blanc manteau » aurait été une guenille ! À force de tourner et de retourner les pages en quête des reproductions qui lui permettraient de suivre les savantes dissertations des auteurs et, au moins une fois sur deux, de revenir bredouille, le lecteur est envahi par une sainte colère, qu’exaspère la bibliographie qui termine l’ouvrage. Elle est excellente et c’est cette excellence qui le fâche. Avant de pousser plus loin ses investigations, il aimerait tirer pleinement profit de l’ouvrage qu’il a entre les mains. Aucun index des monuments ne vient pallier le manque de renvoi. Plus encore : aucun index des architectes, des verriers ou des ateliers ne lui permet de retrouver commodément la riche matière des différentes présentations. L’éditeur a pris soin de se mettre à l’abri des lois en recensant sur une page les crédits photographiques. Il aurait été souhaitable qu’il prévînt l’exaspération des lecteurs en se pliant aux règles de l’édition des livres d’art : pas de développement sur une œuvre sans la reproduction de celle-ci, dûment référencée dans le texte ; pas de mention d’artistes ou de monuments sans un index qui les recensent ; et même : pas de parcours de monuments sans une carte qui les localise. Un livre d’art n’est pas seulement un bel objet à poser sur le rayonnage d’une bibliothèque. Il est rédigé – et je suis navré de devoir rappeler cette évidence – pour embellir l’esprit des lecteurs en informant leur intelligence et en formant leur sensibilité. La pédagogie reste un mot très honorable.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Xavier Barral i Altet (dir.), L’art du vitrail XIe-XVIe siècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/200

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org