Navigation – Plan du site

Gerard L’Estrange Turner, Renaissance Astrolabes and their Makers

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Gerard L’Estrange Turner, Renaissance Astrolabes and their Makers, Aldershot, Hampshire (UK), Ashgate Publishing Limited (« Variorum Collected Studies Series », CS766), 2004, xii-294 p., 24,5 x 170 cm, schémas et illustrations noir et blanc non numérotés en continu, index des noms
ISBN 0-86078-903-3

Texte intégral

1Le volume réunit douze articles abondamment illustrés, écrits entre 1993 et 2001. Cinq l’ont été en collaboration avec, tour à tour, David King, Koenraad Van Cleempoel, Allison D. Morrison-Low et Elly Dekker – cette dernière en a co-signé deux. Trois articles relèvent encore du Moyen Âge, soit partiellement (I et III) soit totalement (II). (II) est extrait du numéro de Physis consacré à l’astrolabe que son inventeur, Marcel Destombes, avait qualifié de « carolingien » en le datant des environs de 980, alors que, pour des raisons de facture, Turner le date des XIIe-XIIIe siècles. (I) ne traite pas uniquement des astrolabes. Il étudie le passage du Moyen Âge à la Renaissance en suivant l’évolution des instruments dévolus à l’étude et à l’observation du ciel. L’ère des grandes navigations nécessite l’exacte connaissance de la longitude (atteinte seulement au milieu du XVIIIe siècle avec le chronomètre de marine de John Harrison) et un relevé de plus en plus précis des positions célestes (le pas décisif est accompli par Tycho Brahe à partir de 1576 dans son observatoire de l’île de Hven). L’ouvrage de Robert Record, The Ground of Artes Teaching the Worke and practise of Arithmetike, 1543, est le symbole de ces nouvelles exigences. (III) relate les diverses tentatives pour dater les astrolabes à partir du point vernal et reste sceptique sur ce procédé. La majorité des articles s’attache à l’étude exhaustive d’astrolabes particuliers. Ils sont particulièrement fascinants par l’étendue des connaissances qu’ils révèlent à partir de l’exploration de quelques centimètres carrés de métal : (IV) se concentre sur celui que le rénovateur de l’astronomie, Regiomontanus, offre en 1462 au cardinal humaniste Bessarion ; (V), sur celui qui aurait appartenu à Galilée ; (VII) et (VIII), sur les trois qui ont été conçus et fabriqués par Gérard Mercator, dont l’un présente la particularité d’être doté d’un double tympan géographique ; (IX), sur l’un de ceux que Thomas Gemini a conçus et fabriqués vers 1550 pour le roi Édouard VI, en y intégrant le disque astrologique de Mercator ; (X), sur celui, véritable chef-d’œuvre, qu’Erasme Habermel a conçu et fabriqué pour Alexandre Farnèse entre 1587 et 1592. (VI) s’intéresse à la riche production d’instruments astronomiques sortis de l’atelier florentin de Giovan Battista Giusti entre 1556 et 1575 et encore aujourd’hui conservés, soit vingt-quatre pièces au total, dont sept astrolabes. (XI) traite du globe d’argent, démontable en deux hémisphères, conçu et fabriqué par Charles Whitwell un peu avant 1592. (XII) relève et corrige l’erreur de date commise par Ernest Zimmer dans la liste des astrolabes qu’il a dressée lors de sa visite au Royal Scottish Museum en 1931 ; la biographie d’Erasme Habermel s’en trouve modifiée.

2Le médiéviste a intérêt à connaître cette page de l’histoire des instruments scientifiques. Elle témoigne, beaucoup plus que ne le pense Turner lui-même, de la continuité qui unit ce qu’on l’on appelle communément, pour les opposer abruptement, le Moyen Âge et la Renaissance. Les lignes que (I) consacre à l’astronomie médiévale sont quelque peu indigentes et poussent facilement à instaurer une opposition qu’avec une meilleure connaissance de la partie la plus ancienne du dossier il atténue, sinon abroge. Les instruments renaissants que Turner présente prolongent ou améliorent les instruments médiévaux. Ils en sont les descendants directs.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Gerard L’Estrange Turner, Renaissance Astrolabes and their Makers », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/199

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org