Navigation – Plan du site

Claire Thiellet, Femmes, reines et saintes (Ve-XIe siècles)

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Claire Thiellet, Femmes, reines et saintes (Ve-XIe siècles), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (« Cultures et civilisations médiévales », 28), 2004

Texte intégral

1Peut-on être au haut Moyen Âge, en tant que femme, à la fois sainte et reine, conciliant ainsi en une seule personne l’idéal de l’élue de Dieu et l’idéal de reine, épouse et mère ? Claire Thiellet propose une réflexion fine et approfondie en essayant de dissoudre cet apparent paradoxe qui nierait à toute reine, épouse de roi et souvent mère de famille, l’accès à cet état autre qu’est la sainteté. Si l’on connaît surtout la figure du saint roi, tel un saint Oswald, roi de Northumbrie, roi martyr mort héroïquement au combat qu’il mena contre les païens, la sainteté féminine royale ne semble pas se fonder sur le martyre. L’édition de la thèse de CT, Sainteté féminine, sainteté royale dans le haut Moyen Âge occidental (Ve-XIe siècles), dirigée par Michel Rouche et soutenue au mois de décembre 2000 à l’université de Paris IV-Sorbonne, vient donc apporter une contribution majeure à la compréhension de la sainteté royale et féminine entre le Ve et le XIe siècles.

2Après les enquêtes menées par Robert Folz (Les Saints rois au Moyen Âge en Occident, Bruxelles, 1984 ; Les Saintes reines du Moyen Âge en Occident, Bruxelles, 1992) et par Patrick Corbet (Les Saints Ottoniens. Sainteté dynastique, sainteté royale et féminine autour de l’an mil, Sigmaringen, 1986), une nouvelle attention est portée à ces femmes « hors du commun » qui ont marqué l’histoire de leur temps, histoire religieuse, familiale, dynastique et politique. On rejoint ainsi les préoccupations de la gender history anglo-saxonne mais aussi les travaux de Régine le Jean (Femmes, pouvoirs et société dans le haut Moyen Âge, Paris, 2001), de Nira Pancer sur la place des femmes à l’époque mérovingienne (Sans peur et sans vergogne. De l’honneur des femmes aux premiers temps mérovingiens, Paris, 2001) ou encore d’Emmanuelle Santinelli sur l’univers du veuvage dans le haut Moyen Âge (Des femmes éplorées ? Les veuves dans la société aristocratique du haut Moyen Âge, Lille, 2003).

3Le haut Moyen Âge est riche en saints et saintes. Les modèles divergent, les topoï hagiographiques évoluent, mais des constantes demeurent. Les hagiographes témoignent de l’extraordinaire destinée de ces femmes. Au-delà du modèle idéal chargé en exemplarité qu’ils construisent, leur récit nous apprend beaucoup de la perception qu’on pouvait avoir de ces reines saintes. Entre la sainte souffrante et martyre, la grande abbesse et la sainte vierge, ce qui s’impose au fil des siècles est bien le modèle d’une sainteté laïque, active et indissociable d’un engagement dans le siècle. La sainteté, aux Xe-XIe siècles, trouve dans le mariage et la maternité son propre fondement. Ceci correspond à l’évolution de la vision du mariage à l’époque carolingienne visant à une réhabilitation de la vie de couple alors que les modèles patristiques plaçaient sur l’échelle des vertus les vierges en haut et les femmes mariées en bas. L’histoire de ces femmes est donc indissociable du contexte politique et social que l’auteur analyse en profondeur. Elle est aussi déterminée par le regard qui est porté envers elles. C’est sans doute un des grands mérites du livre de CT que d’inscrire cette histoire dans la longue durée, montrant ainsi l’originalité et la spécificité de la sainteté féminine dans l’évolution et la permanence du modèle, de l’idéal.

4La démarche choisie est celle d’une enquête comparative entre la Gaule et l’Angleterre des vies de saintes reines franques, anglo-saxonnes et germaniques. Dialoguent ainsi, dans le temps et dans l’espace, des figures féminines fortes. On découvre la personnalité des saintes reines mérovingiennes comme Clotilde, Radegonde et Bathilde, reine et abbesse de Chelles ; mais aussi des reines anglo-saxonnes, comme sainte Berthe, reine de Kent, sainte Osithe, reine d’Essex, sainte Ermenilde, reine de Mercie, ou sainte Cuthberge, reine de Northumbrie ; enfin des saintes carolingiennes, comme sainte Hildegarde, une des épouses de Charlemagne, des saintes reines de Wessex, comme sainte Etheldwithe, des reines ottoniennes, comme sainte Mathilde, épouse de Henri Ier roi de Germanie ou de sainte Marguerite d’Écosse, vivant au XIe siècle.

5Les Vitae de ces saintes constituent la source principale qu’il faut interroger. Parmi elles, citons par exemple la Vita de sainte Radegonde dans ses deux versions, celle de Venance Fortunat, poète, historien, évêque de Poitiers, établie vers 587 à la mort de la sainte, et celle de la nonne du monastère de Poitiers fondé par Radegonde elle même, Baudonivie qui date du VIIe siècle ; la Vita de sainte Bathilde, épouse de Clovis II dans ses versions du VIIe et du VIIIe siècle ; la Vita de sainte Clotilde, épouse de Clovis, rédigée au Xe siècle probablement par Adson de Montier-en-Der. Mais l’auteur fait appel, et cela est très précieux, à d’autres types de témoignages, parmi lesquels des chroniques, des annales et des histoires dont l’Historia ecclesiastica gentis Anglorum de Bède le Vénérable. Les lois, les décrets conciliaires, les oeuvres morales, comme le De virginate de Aldhelm et les Carmina de Venance Fortunat, les correspondances, par exemple les lettres de Grégoire le Grand ou de Lanfranc, les livres liturgiques et les règles monastiques viennent compléter le paysage documentaire, témoignant ainsi de l’ampleur des investigations menées par CT. Méthode, sources et biographies des saintes trouvent d’ailleurs place dans une partie introductive de l’ouvrage tout à fait précieuse.

6Trois temps majeurs rythment la réflexion. D’abord, il est question de l’intime et profonde spiritualité de ces femmes. Une étude de portraits en quelque sorte. Leur origine et leur lignage tiennent dans le discours des hagiographes une place de choix, mais ce qui fonde la sainteté de ces reines c’est avant tout la vie intérieure consacrée toute entière au Christ dans l’esprit des Béatitudes : une vie d’humilité, de charité et d’intense spiritualité. Leur point commun est la soif brûlante d’imiter le Christ. Cette spiritualité n’assume pas toujours, au cours des siècles, les mêmes formes et les mêmes colorations. Néanmoins quelques constantes peuvent être soulignées. Les hagiographes insistent sur la prière intense de jour comme de nuit. Dans la Vita de sainte Radegonde de Fortunat, on raconte que la nuit Radegonde désertait la couche royale pour prier dans le froid à tel point que les gens disaient au roi qu’il s’était plutôt uni à une nonne qu’à une reine. Le Christ était sa seule nourriture, elle n’avait faim que du Christ. Un jour, pendant le Carême, elle se mit autour du cou et des bras trois larges anneaux de fer et y fit passer trois chaînes ; elle s’en lia le corps si étroitement que sa tendre chair en gonflant recouvrit le dur métal. Prière et ascèse constituent donc les fondements premiers de leur sainteté. Pauvreté, simplicité, miséricorde, charité, paix et humilité sont les valeurs que les hagiographes aiment souligner, rappelant ainsi l’importance de vivre en complète adhésion aux idéaux évangéliques. Il reste que ces valeurs chrétiennes sont difficiles à associer à une vie de cour et de princesse. Les solutions divergent : elles décident alors d’abandonner les richesses de leurs parures ou elles les assument dans le respect de leur dignité royale mais avec humilité.

7Dans un deuxième temps, la réflexion se déplace sur le statut des reines : vierges, épouses et veuves. Les cas de figures sont multiples. Si au départ le modèle semble être celui de la sainte vierge ou celui de la martyre d’une vie conjugale forcée, autour de l’an mil se fait jour la figure de la sainte épouse et mère qui tient un rôle actif dans le mariage, dans l’éducation des enfants et dans la destinée dynastique. Des saintes reines vierges anglo-saxonnes, comme Etheldrède, aux saintes épouses et mères comme Clotilde, le modèle patristique ne s’impose plus de manière exclusive. Ce sont donc avant tout les vertus de la femme qui comptent, plus que son statut. Dans leur veuvage, elles choisissent pour la plupart de quitter la cour pour se préparer au trépas en vivant une vie toute religieuse dans le silence et l’ombre du monastère que souvent, comme c’est le cas de la reine Bathilde, elles avaient fondé. Le monastère devient ainsi le lieu de la consécration de leur quête de spiritualité personnelle, mais aussi le lieu d’une véritable politique dynastique.

8Enfin, dans un troisième et dernier temps, se pose la question de l’association entre le service de Dieu et le service royal. Si les sources hagiographiques attribuent à la vie spirituelle de ces femmes un rôle essentiel dans la dynamique de leur sainteté, qu’en est-il de leur fonction royale ? Là aussi leur rôle se doit d’être reconnu. Elles ont d’abord contribué de près à la conversion de leur mari et donc du royaume. L’évangélisation et la christianisation passe par les femmes. Maîtresses de maison, elles se sont imposées comme de véritables gardiennes de la dignitas royale, cela dans un esprit chrétien, humble et charitable. En dispensant la bonne parole et le message évangélique auprès de leur époux et dans l’entourage de la cour, elles ont contribué à l’affirmation d’un idéal de paix et de miséricorde. Elles ont enfin permis la fondation d’une dynastie régale chrétienne dont le couple Clotilde-Clovis est une illustration bien connue. Les sources, à la fin de la période étudiée, comme la Vita Chrotildis du Xe siècle, insistent donc sur une sainteté active, au service du roi, de la dynastie et de l’Église. L’approche comparative proposée par l’auteur permet de bien mettre en exergue les changements et les constantes qui caractérisent l’élaboration du modèle hagiographique de la sainte reine. Ainsi, si entre le VIe et VIIe siècle, les textes insistent sur la vie contemplative et ascétique des reines, au Xe et XIe siècle, l’accent est davantage porté sur le sens de la mesure, de la discretio, de la droiture du cœur, de la pureté des intentions qui deviennent alors plus importantes que les prouesses du jeûne et de la privation. La beauté de ces femmes ainsi que leur ascendance noble ou royale sont des constantes qui viennent fonder leur sainteté, mais ce qui prime ce sont surtout leurs qualités intimes, intérieures, une intense spiritualité et une généreuse charité.

9L’histoire de la sainte reine, ici retracée avec méthode et écoute intelligente des sources, fait appel alors à deux modèles : celui d’Hélène et de Marie, les deux saintes mères par excellence. Figure médiatrice, suspendue entre ciel et terre, la sainte reine prépare la christianisation du pouvoir et offre un modèle de perfection chrétienne exemplaire. Clotilde et Marguerite d’Écosse, pour ne citer que deux exemples, incarnent à la perfection cette sainteté laïque toute féminine à laquelle ce beau livre rend hommage, celle de l’épouse, de la mère et de la gouvernante chrétienne.

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Claire Thiellet, Femmes, reines et saintes (Ve-XIe siècles) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/197

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org