Navigation – Plan du site
En hommage à Éric Hicks

Les Études médiévales en deuil

Alain Corbellari
p. 9

Né le 16 novembre 1937 à Brownsville (Pennsylvanie), le médiéviste Eric Hicks s’est éteint à Lausanne le 4 janvier de cette année. Élève de Daniel Poirion, il était le seul Américain à avoir obtenu un poste de professeur ordinaire en littérature française dans une université francophone: après divers postes aux États-Unis et deux ans de maître-assistanat à Valenciennes, il avait en effet été nommé en 1981 à l’Université de Lausanne, où il enseigna pendant vingt-deux ans la littérature française du Moyen Âge, avant de prendre, l’an dernier, une retraite dont il n’aura guère pu profiter.

Spécialiste de Christine de Pizan, il avait rendu accessible au grand public La Cité des dames et Le Livre de Charles V de cette autrice, qu’il avait traduite avec Thérèse Moreau, la compagne de toute une vie, avec qui il avait eu deux enfants et cinq petits-enfants qui furent la joie de ses dernières années.

Ses travaux sur Le Roman de la Rose et la querelle qu’il a suscitée, sur Héloïse et Abélard (dont il préparait avec Thérèse Moreau une traduction radicalement nouvelle de la Correspondance), sur la grossièreté littéraire et sur les problèmes liés à l’édition électronique des textes médiévaux font autorité; il avait en outre participé à l’édition toute récente du Livre du Graal dans la Pléiade. À l’heure où d’autres se reposent sur leurs lauriers, il regorgeait encore de projets de livres; mais il avait heureusement pu terminer, quelques jours avant de mourir, la correction d’un recueil de ses principaux articles qui devrait paraître prochainement.

Esprit libre, original et inquiet, Eric Hicks exerçait une réelle fascination sur ses étudiantes et ses étudiants, tant par son érudition que par son goût du paradoxe et de la contradiction: cet Américain en remontrait volontiers aux francophones sur la correction de leur langue et les exigences de leur typographie, et le volume de Mélanges qui lui avait été offert en 2001 porte un titre emprunté à Villon, l’un de ses auteurs de prédilection, qui le dépeint tout entier: « Rien ne m’est sûr que la chose incertaine ». Collègue attentionné, ami plus que fidèle, mentor inoubliable, Eric Hicks laisse, par sa disparition, un grand vide dans le monde des études romanes.

  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org