Navigation – Plan du site

Michel Rousse, La Scène et les trétaux. Le théâtre de la farce au Moyen Âge

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Michel Rousse, La Scène et les trétaux. Le théâtre de la farce au Moyen Âge, Orléans, Paradigme (« Medievalia », 50), 2004, 336 p.

Texte intégral

1Au cœur de cet ouvrage, rassemblant une quinzaine d’articles publiés par M. Rousse entre 1978 et 1998, il y a la farce médiévale, que l’auteur connaît évidemment fort bien, puisqu’il y a consacré sa thèse (malheureusement inédite) et de nombreux travaux, comme le rappelle Jean Dufournet dans sa préface. Ainsi on trouvera dans ce recueil plusieurs contributions spécifiquement consacrées à ce genre florissant aux XVe et XVIe siècles (voir « Le dénombrement du fief de la jonglerie à Beauvais »), à ses liens avec d’autres genres comme le conte ou la chanson (cette dernière volontiers insérée dans la farce), à ses conditions de production et de représentation, et plus largement, en l’envisageant aussi en regard des mystères, à la place de ce théâtre profane dans la cité à la fin du Moyen Âge (voir en particulier « Angers et le théâtre profane médiéval » et « Mystères et farces à la fin du Moyen Âge : problèmes de théâtre populaire »).

2L’intérêt majeur de cet ouvrage – au sous-titre sinon trompeur, du moins trop restrictif – nous semble néanmoins résider ailleurs, dans les multiples analyses visant à montrer, et y parvenant de façon très convaincante, l’existence dès les XIIIe et XIVe siècles d’une activité théâtrale antérieure à la farce, mais qui lui est similaire et que l’on peut reconstituer par elle, à côté des rares réalisations qui en témoignent effectivement, du Jeu de saint Nicolas au Jeu de la Feuillée (auxquels sont par ailleurs consacrés deux articles spécifiques, « Le Jeu de saint Nicolas : du clerc au jongleur » et « Le Jeu de la Feuillée et les coutumes du cycle de mai »). Dans une telle perspective, en multipliant le recours aussi bien aux textes théâtraux eux-mêmes qu’à divers témoignages documentaires, MR produit quelques arguments décisifs, d’abord en insistant – souci constant de l’auteur – sur les conditions de représentation propres à ce théâtre et en mettant en évidence l’ancienneté du dispositif scénique caractéristique des farces, « dispositif extrêmement simple, constitué d’une estrade surélevée et munie sur sa partie postérieure d’un espace clos de rideaux servant de coulisse » (p. 80), cette dernière, sans équivalent dans le théâtre religieux, étant particulièrement importante dans la mesure où elle « offre à l’imagination une extension capitale de l’espace de jeu » (p. 82) ; ensuite en suggérant la richesse insoupçonnée du théâtre profane des XIIIe et XIVe siècles, à condition de tenir compte d’œuvres un peu atypiques comme le Babio latin ou le Dit de dame Jouenne, ou encore de savoir reconnaître dans certains fabliaux, comme dans Estormi, les indices des liens qu’ils peuvent entretenir avec la représentation théâtrale. Ainsi il apparaît plus que probable qu’à côté du théâtre religieux, le Moyen Âge a vu très tôt le développement, parallèle, mais aussi croisé, d’un théâtre profane, populaire, un théâtre de jongleurs, facile à concevoir et à représenter, avec quelques acteurs et un dispositif scénique minimal dessinant « un espace sans contrainte, un espace polyvalent », et facile à appréhender par le public puisqu’il « naît de la vie publique, s’en nourrit et ne privilégie aucun de ceux auquel il s’adresse » (p. 100). Mais ce ne sont là que quelques lignes directrices présidant à l’organisation de ce recueil. Pour la richesse de sa documentation comme pour la finesse de ses analyses, toujours très nuancées, c’est dans le détail qu’il faut lire l’ouvrage de MR, ce que tout amateur de théâtre, médiéval ou non, s’emploiera à faire pour son plus grand profit.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Michel Rousse, La Scène et les trétaux. Le théâtre de la farce au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/193

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org