Navigation – Plan du site

Jeannine Quillet, De Charles V à Christine de Pizan

Olivier Bertrand
Référence(s) :

Jeannine Quillet, De Charles V à Christine de Pizan, Paris, Champion (« Études christiniennes », 8), 2004, 174 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Jeannine Quillet retrace en vingt-deux chapitres d’inégale longueur les conceptions politiques en France à la fin du XIVe siècle. De l’influence augustinienne aux œuvres de Christine de Pizan, l’auteur parcourt volontiers les tensions doctrinales qui marquent les différentes visions du pouvoir politique à cette époque. Quelle est l’essence du pouvoir suprême ? La sempiternelle querelle des pouvoirs spirituel et temporel – et corollairement la suprématie de l’un sur l’autre – fait alors rage. JQ confronte les belligérants. Ainsi sont convoqués, au fil des pages, les grands auteurs de référence tels saint Augustin et Aristote, bien sûr, mais également les acteurs de la vie politique de l’entourage des rois de France : Évrard de Trémaugon, Philippe de Mézières, Nicole Oresme et plus tard Eustache Deschamps, Christine de Pizan, Jean Gerson et Pierre d’Ailly ont tous participé de leur plume, d’une manière ou d’une autre, à la réalité de la guerre des pouvoirs.

2Dans la première partie, il est question de théologie tout autant que de philosophie et de politique. L’auteur interroge les conceptions philosophiques de la politique dualiste de Dante, celles – plus spirituelles – de saint Bernard, les assertions d’ordre ontologique de Jean Duns Scot et tente de circonscrire ce qu’est la réalité du vocabulaire du pouvoir politique à la fin du Moyen Âge. Ce faisant, JQ lance un certain nombre de pistes de recherche et avec justesse questionne les notions d’aristotélisme politique, d’augustinisme et dans une certaine mesure d’averroïsme.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée en premier lieu aux tensions entre les deux pouvoirs et leur expression dans les textes. À partir d’œuvres majeures – le Songe du vergier par exemple au chapitre V de cette partie – JQ montre à quel point l’agencement rhétorique participe de l’élaboration d’une métaphore du pouvoir politique.

4La troisième partie s’intéresse davantage aux travaux scientifiques de Nicole Oresme ainsi qu’aux « intellectuels » sous Charles V et montre, là encore, le rôle primordial de « l’imagination dans la science oresmienne » (chapitre V). Dans de brefs chapitres, l’auteur revisite Le Livre du ciel et du monde et les difficultés d’une science de la nature.

5Enfin, dans la quatrième et dernière partie, plusieurs auteurs sont étudiés. Le premier chapitre analyse les notions de sagesse et de folie dans Le Miroir de mariage d’Eustache Deschamps et montre assez la force des allégories, symboles de l’écriture du pouvoir. Puis vient le tour de l’Imago mundi de Pierre d’Ailly et enfin celui de la Cité des Dames. C’est alors que JQ étudie les liens entre l’œuvre d’Augustin, notamment à partir de sa traduction par Raoul de Presles, et l’ouvrage de Christine de Pizan. Un détour par la pensée de Jean Gerson et sa véritable ferveur pour la pratique de l’oraison amène le lecteur vers une conclusion bien nommée « De Charles V le roi lettré à Christine de Pizan » et boucle ainsi le panorama annoncé en introduction.

6Ainsi au fil des chapitres JQ parcourt rapidement mais de manière assez systématique les thèmes fondamentaux de la pensée et des conceptions politiques à la fin du Moyen Âge et montre combien la rhétorique participe totalement de l’écriture du politique : allégories, songes, métaphores servent les auteurs dans leur entreprise d’argumentation. À ce titre, l’ouvrage de JQ, clair et concis, permet de mieux circonscrire les tensions et les enjeux de pouvoir sous Charles V principalement. Il complète un précédent ouvrage, D’une cité à l’autre (Champion, 1990).

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bertrand, « Jeannine Quillet, De Charles V à Christine de Pizan », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/189

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org