Navigation – Plan du site

Élisabeth Taburet-Delahaye (dir.), Paris, 1400. Les arts sous Charles VI

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Élisabeth Taburet-Delahaye (dir.), Paris, 1400. Les arts sous Charles VI, préface de Henri Loyrette, catalogue de l’exposition du musée du Louvre, 26 mars-12 juillet 2004, Paris, Fayard/Réunion des musées nationaux, 416 p., 22 x 28 cm, 104 reproductions en couleurs, 2 annexes (sur les emblèmes et sur les émaux sur or), bibliographie, liste des manuscrits exposés, un index des personnes et des lieux
ISBN 2-213-62022-9

Texte intégral

1La magie des dates et des lieux a encore frappé ! Par « Paris, 1400 », il faut entendre un règne, celui de Charles VI (1380-1422), et un territoire, celui de la France à cette époque. Durant ces quarante-deux ans, le royaume offre à la création artistique des conditions particulièrement favorables. Une classe de privilégiés investit dans l’architecture, dans la sculpture, dans la bibliophilie, dans l’enluminure, dans la peinture et dans l’artisan de luxe des fortunes acquises grâce au prélèvement fiscal du règne précédent – étant entendu que depuis l’institution de l’impôt par Charles  V, elle-même en est exempte. Ce flux monétaire exceptionnel permet d’attirer et de faire vivre à Paris de nombreux artistes et artisans, qu’ils soient nationaux ou étrangers. Par les richesses qu’elle concentre et qu’elle dispense aussitôt, la capitale du royaume se transforme en une ville dynamique et cosmopolite, qui favorise les émulations et la création. Une carte illustre le volume, celle du Paris de 1380, établie en 1975 par Jacqueline Leuridan et Jacques-Albert Mallet (p. 22) ; elle a été retouchée pour la circonstance afin d’être adaptée à la thématique de l’exposition. Pour rendre compte de l’ampleur du phénomène dont le Paris de ces années-là est le siège, elle aurait pu être complétée par une carte des voies de communications de l’Europe occidentale et plus spécialement de celles de la France, où le réseau routier converge déjà vers Paris. La capitale vit sous la dépendance d’un royaume dont il exprime la quintessence. Elle est inconcevable sans lui. Qui s’attache à analyser les œuvres ainsi produites, ou du moins celles d’entre elles qui ont traversé les siècles, est happé par un entrecroisement de maîtres et d’ateliers d’une grande densité. La somme des savoirs nécessaire au déchiffrement de ces milieux et de leurs productions est immense. Or elle est dispensée tout au long des plus de quatre cents pages du volume, dont l’érudition est presque écrasante. Rien n’y manque des œuvres et de leurs histoires, des commanditaires et de leurs extravagances, des exécutants et de leurs rapports, rien n’y manque sauf les pesanteurs de l’histoire. Moins d’une dizaine de pages s’attache à L’idéal chevaleresque et courtois, qui exploite le thème des Preux et des Preuses (p. 220-228), et présente à cette occasion un ensemble d’enluminures, de sculptures et de tapisseries. Mais la désastreuse expédition de Mahdia est passée sous silence et la non moins désastreuse bataille de Nicopolis est mentionnée ailleurs (p. 136 et 139) et pour tout autre chose. Que devient le thème des Preux quand il est confronté à la réalité de l’histoire ? Certes, chacune des trois parties qui scandaient le parcours de l’exposition et qui composent l’ouvrage, 1/ Le milieu artistique parisien vers 1380, 2/ Vers 1400 : l’apogée et 3/ Le temps des troubles et de l’occupation anglaise, est introduite par un chapitre consacré à la politique monétaire. En présentant à cette occasion les émissions de monnaies, Michel Dhénin esquisse chaque fois un bilan économique du royaume. Il est bien le seul à se préoccuper de ce qui apparaît dans le volume comme une quasi-incongruité, comme un en deçà de l’art, que la numismatique aide à tolérer. Le monde de Paris, 1400 est policé à l’extrême ; il présente une humanité qui oscille entre la gravité et la douceur, même quand il aborde, p. 252-259 La mise en scène du macabre. Il lui manque l’aptitude à entrer dans les fureurs de l’histoire et dans la folie des hommes. Peut-être qu’une approche qui aurait parfaitement assimilé l’érudition nécessaire à l’intelligence de l’art sous Charles VI saurait entrevoir les rapports entre le réel et l’imaginaire et déceler, derrière tant de graves et de douces beautés, des tremblements et des ruptures.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Élisabeth Taburet-Delahaye (dir.), Paris, 1400. Les arts sous Charles VI », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/187

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org