Navigation – Plan du site

Hélène Charpentier et Patricia Victorin (éds.), Le Conte du Papegau. Roman arthurien du XVe siècle

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Le Conte du Papegau. Roman arthurien du XVe siècle, éd. et trad. par Hélène Charpentier et Patricia Victorin, Paris, H. Champion (« Champion classiques. Série Moyen Âge », 11), 2004, 303 p.

Texte intégral

1C’est à n’en pas douter une bonne idée que de rééditer Le Chevalier au Papegau, ou Le Conte du Papegau, si l’on s’en tient au titre retenu par HC et PV, donné dans l’explicit de l’unique manuscrit à nous avoir conservé ce roman. En effet, malgré deux traductions récentes (dont une, facilement accessible, par D. Régnier-Bohler, dans La Légende arthurienne, Paris, Laffont, 1989) l’unique édition du texte datait tout de même de 1896. De fait ce roman arthurien en prose, que l’on peut probablement dater du début du XVe siècle, est digne à plus d’un titre de susciter l’intérêt, aussi bien comme jalon tardif dans l’évolution de la matière arthurienne que dans son recours à un stock de motifs certes peu originaux mais habilement orchestrés. Par ailleurs Le Conte du Papegau offre deux particularités notables : Arthur en est le héros, roi et néanmoins chevalier errant (d’où de possibles rapprochements avec d’autres textes où il occupe, même temporairement, cette position, comme Perlesvaus) ; et dans l’essentiel de son périple il est accompagné d’un papegau, un perroquet, qui joue en tout point (et avant tout, plus que ne le reconnaît PV, selon nous : voir sur ce point le bon article de M. Lawrence, signalé dans la bibliographie) à ses côtés le rôle de ménestrel (d’où un autre parallèle à établir, cette fois avec le roman de Sone de Nansay, où un personnage de ménestrel porte précisément le nom de Papegai).

2Tout cela se trouve fort bien exposé dans l’intéressante introduction de PV, à laquelle on pourra tout de même reprocher de vouloir à tout prix (voir aussi une note symptomatique p. 215) placer Le Conte du Papegau sous l’influence de Chrétien de Troyes qui, en dépit du succès qu’on lui connaît, ne constitue pas forcément la matrice de tous les romans arthuriens qui ont été écrits après lui, surtout à plus de deux siècles d’écart. Après cette introduction, qui comprend également une rapide étude linguistique due à HC, suivent texte et traduction (on peut évidemment s’interroger sur sa nécessité, étant donné l’âge du texte, mais il est vrai que la collection qui l’accueille a vocation bilingue), un dossier d’extraits consacrés au perroquet, index, glossaire, et enfin bibliographie.

3Heureuse initiative donc que de faire entrer ce roman dans une collection qui se donne pour objectif de laisser place, à côté des « classiques » du Moyen Âge, à « des œuvres moins connues, souvent peu accessibles », en attendant peut-être de nouvelles éditions, par exemple, des Merveilles de Rigomer, de Fergus ou d’Eledus et Serene.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Hélène Charpentier et Patricia Victorin (éds.), Le Conte du Papegau. Roman arthurien du XVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/186

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org