Navigation – Plan du site

Dominique Mielle de Becdelièvre, Prêcher en silence. Enquête codicologique sur les manuscrits du XIIe siècle provenant de la Grande Chartreuse

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Dominique Mielle de Becdelièvre, Prêcher en silence. Enquête codicologique sur les manuscrits du XIIe siècle provenant de la Grande Chartreuse, préface de Pierrette Paravy, Saint-Étienne, Publications de l’Université Jean-Monnet (« Travaux et recherches/CERCOR, Centre européen de recherches sur les congrégations et ordres religieux », XVII), 2004, 592 p., 22,5 x 29,5 cm, un cahier de 122 planches en noir et blanc et en couleurs, tableaux dans le texte non numérotés, annexes, bibliographie, 2 index (1/ des auteurs et des titres ; 2/ des manuscrits cités)
ISBN 2-86272-280-4

Texte intégral

1L’antonymie du titre n’est pas une antilogie. Elle renvoie au travail que Cassiodore avait fixé à ses moines et que les Coutumes de Chartreuse reprennent à leur compte : en recopiant dans le silence de sa cellule les meilleurs textes, le Chartreux dispense la bonne parole. Le sous-titre relève pour sa part d’un usage strictement informatif de la langue : l’auteur analyse les manuscrits réalisés au XIIe s. à la Grande Chartreuse.

2Silence, anonymat, groupe restreint dont les membres sont dispersés dans des cellules autonomes : les conditions de l’existence cartusienne donnent au travail de copie des particularités qui dictent au codicologue sa méthode d’enquête. S’il bénéficie de la liste exhaustive des instruments nécessaires au moine copiste isolé dans sa cellule (Coutumes, chap. IX et XXVIII), là où les autres coutumiers monastiques se contentent d’un « quibuslibet rebus » ou d’une liste partielle qu’un échange oral facilité par le cénobitisme peut aisément suppléer, il est en revanche confronté à l’anonymat rigoureux des scribes et des donateurs et à l’absence de souscription et d’ex-libris originel. Il gagne en précision instrumentale ce qu’il perd en saisie des individus. C’est à partir de ces caractéristiques que Dominique Mielle de Becdelièvre organise son livre. Les deux premiers chapitres ont, si je puis dire, l’agrément des hors-d’œuvre. Dans le premier, l’auteur met à profit l’apport technique des Coutumes et y traite des différentes étapes de la fabrication du livre, depuis la réception de la peau de mouton jusqu’à la reliure des cahiers. Le deuxième rappelle la constitution et le destin de la bibliothèque de la Grande Chartreuse. La plupart des volumes qui ont été sauvés des aléas climatiques et des fureurs de l’histoire appartiennent à la bibliothèque municipale de Grenoble ; le nombre de manuscrits datés du XIIe siècle s’élève à cent vingt-huit (cent trente-un, si on ajoute ceux de même provenance conservés ailleurs qu’à Grenoble). Les actes les plus anciens de la Grande Chartreuse et de la chartreuse de Portes, qui se trouvent aux archives départementales de l’Isère et de l’Ain, apportent d’éventuels compléments.

3L’enquête commence véritablement avec le troisième chapitre et se prolonge avec les deux suivants. Trois chapitres qui sont autant d’étapes chronologiques qui divisent le XIIe siècle en trois parties de durée à peu près équivalente. Chacune d’elles est dominée par une œuvre majeure et est caractérisée par des critères communs d’ordre paléographique, codicologique, iconographique et bibliologique. Une telle mise en ordre permet notamment à Mielle de Becdelièvre de donner à la Bible de Notre-Dame de Casalibus un point d’ancrage, en la rattachant fermement au premier tiers de la production, au temps du premier ermitage. Une influence clunisienne est perceptible dans cette production. Le deuxième tiers s’organise à partir du copiste des Méditations de Guignes 1er. Il est le plus abondant des trois. Le dernier tiers est dominé par la Grosse Bible de Chartreuse.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Dominique Mielle de Becdelièvre, Prêcher en silence. Enquête codicologique sur les manuscrits du XIIe siècle provenant de la Grande Chartreuse », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/183

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org