Navigation – Plan du site

Claude Carozzi et Huguette Taviani-Carozzi (éds.), Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Claude Carozzi et Huguette Taviani-Carozzi (éds.), Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence (« Le temps de l’histoire »), 2004, 316 p., 15 x 20,5 cm
ISBN 2-85399-565-8

Texte intégral

1Le volume réunit seize contributions initialement présentées au séminaire de l’Équipe de Recherches « Sociétés, Idéologies et Croyances au Moyen Âge » de l’université de Provence en 2000-2001 et 2001-2002. Outre que l’ensemble ne cherche pas à couvrir la totalité des sources dont le médiéviste fait son miel, il se partage en deux sous-ensembles. Un premier privilégie fort utilement le status quaestionis de diverses sources. Il contient, en reprenant l’ordre de leur distribution dans le volume, les contributions de Jean-Loup Lemaître sur les nécrologues et les obituaires ; d’Anne Lefebre-Teillard sur les décrétales pontificales ; de Pierre Guichard sur les sources jurisprudentielles de l’Occident musulman ; de Daniel Le Blévec sur les délibérations du chapitre général des chartreux ; de Jean Kerhervé sur les sources financières de la fin du Moyen Âge ; de Pierre Racine sur les libri iurium des communes italiennes ; de Noël Coulet sur les délibérations communales provençales ; de Louis Stouf sur les registres notariaux de Provence et, enfin, de Thierry Pécout sur les actes de reconnaissances provençaux du XIIIe siècle. Un second sous-ensemble, moins fourni que le précédent, présente des résultats neufs relatifs aux sources dont il traite. Il comprend, toujours selon l’ordre de leur distribution, les contributions de Claude Carozzi sur les rapports entre les chroniques universelles et le comput, d’Eusèbe de Césarée à Bède le Vénérable ; de Jean-Hervé sur les sermons de Geoffroy Babion ; de Christian Heck sur une des miniatures qui ornent un traité de Bernard de Clairvaux ; de Thomas Granier sur les Versus Romae ; de Sho-ïchi Sato sur la fiscalité de l’État mérovingien et d’Huguette Taviani-Carozzi sur la chronique de Falcon de Bénévent.

2Ces seize contributions sont précédées d’un Avant-propos rédigé par Claude Carozzi. En même temps qu’il les présente et s’efforce d’en dégager la continuité et la cohérence, l’auteur y mène mezza voce une réflexion sur la notion de source en histoire, qui n’est explicitée que dans sa conclusion. Il rapproche la notion de source de la vision créationniste du monde et de la pratique de l’auctoritas. Et c’est le résultat qu’il obtient au terme de cette réflexion qui ordonne en fait le volume : sa présentation suppose acquis sa conclusion. Le volume tel que l’auteur l’a voulu se divise donc en deux parties équilibrées, qui ont peu à voir avec les critères tout pragmatiques que j’ai retenus au début de cette recension : Ordre du monde et temps du salut et Ordre et société. Une telle répartition vaut ce que vaut la réflexion qui la fonde. Carozzi s’appuie au final sur un fait lexical : toutes les langues européennes emploient la métaphore de la source pour désigner les documents sur lesquels l’historien travaille. Il en déduit que : 1/ l’histoire est implicitement conçue en Europe comme un fleuve dont l’origine est clairement repérée ; 2/ toute histoire est une histoire du salut pour le fidèle, sinon pour l’historien qui travaille dans une culture marquée par une forte tradition de foi.

3Que la source soit, dans les usages de la corporation des historiens, une métaphore commode est une chose. Qu’elle soit un concept rationnellement fondé pour aborder l’histoire médiévale en est une autre. La démonstration de Carozzi aurait été plus convaincante si une au moins des deux conditions ci-après avait été remplie. Les philosophes et les théologiens médiévaux ont parlé d’emanatio, de fluxus, de causa essentialis – toutes notions qui, en se rapprochant de l’image de la source, se chargent d’un poids de réflexions et d’analyses apte à les soustraire à l’emprise de la seule rhétorique. Or rien n’est dit de ce pan massif de la réflexion médiévale et de ses relations, possibles ou inexistantes, avec les historiens du Moyen Âge. Autre condition souhaitable : est-ce qu’au Moyen Âge les historiens ont utilisé la métaphore de la source ? Est-ce qu’ils l’ont exploitée au point d’en faire le concept organisateur de leur narration ? Carozzi laisse ses lecteurs poser ces questions. Il n’envisage pas que lui-même doive rechercher des réponses. Il lèse ainsi sa propre analyse. Ce fleuve sans ancrage médiéval déterminant serpente entre des rives de surinterprétation et dans un lit d’approximations, sauf à considérer – ce qui est heureusement le cas – que les contributeurs ont conçu et livré leurs études indépendamment du cadrage retenu pour la publication. Ordre du monde et temps du salut/Ordre et société sont de jolies expressions. Elles sont, dans le contexte de l’ouvrage, dépourvues de puissance analytique et de pouvoir d’intelligibilité. Je reste finalement attaché à la distinction faite au début de cette recension, même si elle ne préside nullement à l’ordonnancement de l’ouvrage recensé : status quaestionis/recherches s’imposent à l’esprit du lecteur. Cette distorsion entre le cadre du recueil et le contenu des contributions recueillies est trop flagrante pour n’être pas signalée. Elle vise, non le recueil et ses contributions, mais son Avant-propos et sa composition.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Claude Carozzi et Huguette Taviani-Carozzi (éds.), Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/181

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org