Navigation – Plan du site

Marie-Sophie Masse, La description dans les récits d’Antiquité allemands (fin du XIIe-début du XIIIe siècle)

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Marie-Sophie Masse, La description dans les récits d’Antiquité allemands (fin du XIIe-début du XIIIe siècle). Aux origines de l’adaptation et du roman, Paris, Champion (« Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 68), 2004, 514 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, MSM se propose d’examiner un ensemble de textes nettement liés par une thématique et une origine communes, puisqu’il s’agit des trois traductions, ou plutôt des trois adaptations des premiers romans « antiques » français qui nous ont été conservées en langue allemande : l’Alexander de Lamprecht (connu dans deux versions, celle, incomplète, de Vorau et celle de Strasbourg, datée des environs de 1170, qui retient l’essentiel de l’attention de MSM), l’Eneit de Heinrich von Veldeke (œuvre probablement commencée avant 1174 et achevée entre 1181 et 1186) et du Liet von Troye de Herbort von Frizlar (datation controversée, entre 1190 et 1217) – ce dernier roman présentant d’ailleurs la particularité notable d’abréger presque de moitié, et non d’augmenter, sa source. Un Roman de Thèbes manque seul à l’appel, qu’il ait été perdu ou jamais traduit.

2Non seulement pour le germaniste, mais aussi pour le romaniste, ces textes se révèlent évidemment pleins d’intérêt, se situant vis-à-vis de leurs sources françaises un peu comme les romans français face aux textes latins qu’ils adaptent. Ils fournissent donc un terrain idéal pour examiner, à travers un filtre linguistique supplémentaire, la pratique de la traduction-adaptation médiévale et la naissance d’une écriture romanesque, dont il est curieux de constater qu’elle semble suivre le même parcours en Allemagne qu’en France, de la traduction à l’invention. Et c’est bien dans cette perspective que se situe d’emblée MSM, se proposant « d’apporter un éclairage nouveau, d’une part, sur l’écriture et le sens des œuvres choisies, d’autre part, sur l’adaptation de récits romans en terre allemande et sur la genèse de l’écriture romanesque au Moyen Âge » (p. 18). Comme il ne s’agit pas néanmoins d’envisager globalement le travail d’adaptation accompli par ces textes (entreprise de trop d’ampleur, on peut le supposer), MSM a fait le choix d’un angle d’attaque particulier, celui de la description. C’est là, il faut l’avouer, qu’on se trouve un peu déçu, et que quelques difficultés se posent : non seulement cet angle d’approche n’est pas a priori des plus originaux (l’ouvrage de MSM pouvant lui-même apparaître comme un sorte d’adaptation au contexte allemand de l’étude de C. Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage. Poétique de la ville dans le roman antique au XIIe siècle, Paris, Champion, 1994), et conduit le lecteur sur des pistes déjà bien balisées, mais surtout il nous semble que MSM ne parvient pas véritablement à justifier son choix. Certes « la description constitue un véritable creuset où s’articulent de nombreux aspects, rhétoriques, poétiques, esthétiques, culturels et historiques » (p. 16), mais cela en fait-il pour autant un lieu d’observation privilégié du travail d’adaptation des trois romanciers, et ne court-on pas même le risque de manquer ce que ce travail peut avoir de spécifique, en mettant en évidence divers traits liées à une forme d’écriture aussi particulière et qui n’est pas nécessairement (ou du moins, il faudrait savoir selon quels critères) représentative du travail d’ensemble opéré sur le texte source ?

3À partir de là, néanmoins, l’ouvrage s’organise très logiquement en trois parties, partant de la description en elle-même, et des diverses formes qu’elle peut prendre, pour aboutir à une interprétation plus globale des trois œuvres envisagées. La première partie est consacrée à la définition, à la fois théorique (à travers les arts poétiques médio-latins) et pratique, selon l’usage qu’en fait chaque auteur, de la description, ainsi qu’à une typologie, abordant successivement les descriptions d’être animés, de lieux, et d’objets d’art. L’ensemble constitue à n’en pas douter un travail d’analyse précis et bien documenté, mais qui aurait certainement mérité d’être ramené à des proportions plus raisonnables, l’importance des conclusions n’étant pas à la hauteur du développement (ainsi on ne se trouve pas fort avancé p. 98 d’apprendre que « les trois adaptateurs – sans qu’il soit prouvé qu’ils aient recours aux arts poétiques – ont en commun d’être marqués dans leur technique d’adaptation par la théorie diffusée dans ces traités » et que « ce faisant, chaque adaptateur a une manière qui lui est propre »). Le passage était-il obligé d’ailleurs par ces arts poétiques, puisque de toute manière, comme MSM le reconnaît elle-même, les auteurs conservent vis-à-vis d’eux toute leur liberté ? Et pour revenir au problème soulevé plus haut, tant qu’à parler de théorie, n’aurait-il pas été plus intéressant de s’interroger sur le rôle éventuel, dans la pratique de ces trois romanciers, d’une théorie ou du moins de certaines réflexions antiques (saint Jérôme) ou médiévales sur la traduction ? Le phénomène d’amplificatio que MSM trouve bien souvent à l’œuvre en analysant différents passages descriptifs, appartient-il en propre à la description, ou signale-t-il une certaine conception de la traduction-adaptation ?

4Dans une perspective élargie, la seconde partie s’intéresse à la place de la description dans l’économie interne de l’œuvre, à la façon dont elle contribue à l’écriture du texte et à l’élaboration de son sens, envisageant successivement l’Alexander de Strasbourg, l’Eneit et le Liet von Troye. Si là encore certaines conclusions peuvent apparaître assez convenues (ainsi p. 197, « les descriptions […] possèdent dans l’économie du récit des fonctions que l’on ne saurait réduire à une dimension ornementale »), on n’en trouve pas moins de nombreuses remarques fort intéressantes, dans les passages (p. 240-249 et 286-302) où MSM engage une comparaison précise entre l’adaptation et son texte source – cette comparaison étant seulement possible avec l’Eneit et le Liet von Troye, puisque la source de Lamprecht, Le Roman d’Alexandre d’Albéric de Pisançon, n’est conservée qu’à l’état de fragment. Ces remarques trouvent d’ailleurs des prolongements dans la dernière partie, où la perspective se trouve encore élargie, sur un plan plutôt idéologique, à la question du « transfert » culturel et au travail d’acculturation entrepris par les trois romanciers autour de l’idéal courtois, plus ou moins rehaussé ou atténué selon les cas. Cette dernière question, qui donne à nouveau l’occasion d’intéressantes comparaisons entre les adaptations et leurs modèles, est également précédée d’un bon développement (p. 309-326) sur la conscience que manifestent les trois romanciers de leur travail d’adaptateur, qui d’ailleurs aurait peut-être mérité d’être prolongé et mieux mis en valeur.

5En dépit des quelques réserves formulées, il ne s’agit pas de remettre en cause la qualité d’ensemble de l’étude, très solide, bien documentée et bien construite, et comportant de nombreuses analyses de détail, fines et nuancées. Pourtant (réaction de lecteur déçu, peut-être), il nous semble que MSM est en quelque sorte passée à côté de son vrai sujet : maîtrisant aussi bien le français que l’allemand médiéval (ce qui n’est pas donné à tout le monde), c’était l’occasion idéale de se consacrer à une analyse globale du travail de traduction et d’adaptation mené par les romanciers allemands, quand bien même on ne saurait pas précisément quels manuscrits français ils ont pu utiliser. Cette analyse, il est vrai que MSM la mène en partie, mais en partie seulement, et on reste sur sa faim, malgré un certain nombre d’excellentes pages consacrées à cette question. Enfin on regrettera aussi, même si le défaut est partagé, que cet ouvrage ne soit qu’une version trop « légèrement » remaniée de la thèse de l’auteur : si elles visent peut-être la clarté, beaucoup de répétitions, en particulier dans les passages conclusifs (et dans la conclusion générale, qui n’est qu’un long résumé de l’ouvrage), finissent par nuire au plaisir de la lecture.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Marie-Sophie Masse, La description dans les récits d’Antiquité allemands (fin du XIIe-début du XIIIe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 27 août 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/180

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org