Navigation – Plan du site

Valérie-Marie Marchand, Le verbe géomètre. Numérographies et écritures mathématiques

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Valérie-Marie Marchand, Le verbe géomètre. Numérographies et écritures mathématiques, Paris, Éditions Alternatives (« Écritures »), 2004, 142 p., 15x24 cm, nombreuses illustrations non numérotées réalisées par l’auteur
ISBN 2-86227-4305

Texte intégral

1La vulgarisation n’est pas une entreprise facile. Elle demande une jolie plume – Valérie-Marie Marchand en est gratifiée. Elle demande aussi d’avoir chevillé au corps le goût de l’enquête : son praticien doit avoir assimilé l’état présent du savoir qu’il se propose de faire connaître au plus grand nombre. Sur ce deuxième point, Valérie-Marie Marchand manque à tous ses devoirs. Elle ambitionne de présenter les systèmes de numération et de chiffres qui se sont succédé en divers endroits de la terre depuis la préhistoire. Les dimensions du projet donnent le tournis. Le résultat est catastrophique. L’appétit de Gargantua s’accorde mal aux papilles gustatives d’un fin gourmet. Je m’en tiens prudemment dans ce qui suit à quelques-uns des propos relatifs au Moyen Âge latin.

2Ne voilà-t-il pas que Bède est un natif d’Irlande qui n’a jamais quitté son pays natal, bien que, on nous l’assure, il ait tout le temps vécu dans les abbayes de Jarrow et de Wearmouth (p. 24-25) ! Le coup est rude pour l’historien du peuple anglais, et il l’est d’autant plus que ses activités d’historien sont évoquées. Quant à Gerbert, il franchit la frontière méridionale de la Catalogne que des besogneux osent lui interdire. Il galope jusqu’à Cordoue, il arrive à Séville, il traverse la Méditerranée et se retrouve à Fès (p. 89-90) ! Au cours de ce périple imaginaire, il a suffisamment de loisirs pour se livrer à des activités qui le sont tout autant : « Il vérifie les calculs de son astrolabe (sic) » et fabrique des horloges. À croire que le millénaire de sa mort n’a jamais donné lieu à des publications savantes et à de vigoureuses mises au point. Il est clair que le signataire de ces âneries n’a jamais lu la moindre ligne des auteurs dont il discourt. En fait, Valérie-Marie Marchand a choisi pour fil d’Ariane de son Verbe géomètre l’Histoire universelle des chiffres de Georges Ifrah. Dès lors, que peut-elle faire sinon s’enfermer dans un labyrinthe d’approximations et d’ignorances ? Sinon buter dans le cul-de-sac des surinterprétations ? Je n’ai pas, en la lisant, perdu tout à fait mon temps puisqu’elle me donne l’occasion de rappeler in fine les analyses exhaustives que son maître ès légendes a naguère suscitées bien malgré lui. Six véritables historiens des mathématiques ont pris la peine de relever, dans leur domaine respectif, l’enfilade de semi-vérités et de franches erreurs qui est le propre de l’Histoire universelle des chiffres : Tony Lévy, André Cauty, Pierre Sylvain Filliozat, Michel Guillemot, Jean-Claude Martzloff et James Ritter, « Histoire des mathématiques », Bulletin de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public, n° 398 (avril-mai 1995) p. 531-550 et n° 399 (juin 1995), p. 675-685. La vérité sort, dit-on, d’un puits. Qu’au moins ces deux bulletins de l’APMEP projettent leurs lumières sur l’abîme d’obscurité dans lequel Ifrah/Marchand se complaît et enferme ses lecteurs !

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Valérie-Marie Marchand, Le verbe géomètre. Numérographies et écritures mathématiques », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/179

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org