Navigation – Plan du site

Daniel Lacroix, Les Amours du poète. Poésie et biographie dans la littérature du XIIIe siècle

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Daniel Lacroix, Les Amours du poète. Poésie et biographie dans la littérature du XIIIe siècle, Genève, Slatkine, 2004, 284 p.

Texte intégral

1La qualité essentielle de cet ouvrage, outre sa perspective comparatiste, réside à n’en pas douter dans le choix de se pencher sur un phénomène littéraire fort intéressant, mais peu étudié jusqu’ici, celui de la biographie de poète, au XIIIe siècle, une période où elle a été particulièrement goûtée. En effet, prenant la suite d’un mouvement amorcé dès l’Antiquité grecque (en particulier hellénistique) et romaine, et qui s’est d’ailleurs poursuivi en latin pendant tout le Moyen Âge sous la forme des accessus ad auctores, le XIIIe siècle – probablement, comme le suggère DL, parce qu’il peut s’appuyer sur une tradition littéraire déjà bien constituée – semble avoir manifesté un grand intérêt pour cette modalité spécifique de l’écriture biographique, où la vie réelle du poète (pour ce qu’on peut en savoir, du moins), son œuvre et la fiction se trouvent inextricablement mêlées. De fait, comme le souligne DL, le poète est un bon personnage pour un récit, « suffisamment protéiforme pour qu’on puisse lui attribuer des aventures hors du commun » (p. 52), mais aussi un personnage problématique, dont l’activité précisément poétique est difficile à représenter, à partir du moment où aucun des textes envisagés ici, qui ainsi se démarquent nettement de toute espèce de traité théorique sur la poésie, ne prétend entrer dans des considérations techniques – si bien que plus les auteurs cherchent à s’étendre sur la vie des poètes, plus ils s’éloignent en général de leur poésie proprement dite.

2Quelle que soit l’aire linguistique considérée, langue d’oc, langue d’oïl ou ancien norrois, la perspective comparatiste adoptée par DL permet bien de mettre en évidence le même goût au XIIIe siècle pour la vie des poètes, et la proximité des solutions adoptées par les biographes. Au-delà cependant de ces similitudes, et des possibles jeux d’influence (peut-être même jusqu’en Scandinavie), les différences restent également assez marquées entre les trois domaines envisagés: d’un côté, une entreprise originale par son caractère systématique, celle des vidas et razos de troubadours, textes souvent brefs et par là même les plus proches certainement de la biographie poétique; rien de tel en revanche en langue d’oïl, où Le Roman du châtelain de Couci et de la dame de Fayel constitue un cas relativement isolé, auquel DL consacre à juste titre un long développement; enfin, eu égard au prestige particulier dont jouissait la poésie scaldique et au fait que les scaldes sont aussi et toujours des guerriers en même temps que des poètes, les sagas norroises constituent encore un territoire spécifique, qui permet à DL de s’intéresser en détail à quatre sagas spécialement consacrées à des scaldes, ainsi qu’à la fameuse Saga d’Egill.

3Outre peut-être quelques oublis (même s’il ne comporte pas d’insertions lyriques, n’aurait-il pas fallu dire un mot de Joufroi de Poitiers, dont le héros a bien pu être inspiré par la personnalité poétique de Guillaume IX?), on pourra seulement regretter, même s’il légitime parfaitement ce choix dans son introduction, que DL n’ait pas encore élargi son approche, notamment au genre connexe de la « pseudo-autobiographie », qui comprend au XIIIe siècle le Frauendienst d’Ulrich von Lichtenstein ou la Vita nova de Dante, mais qui se développe surtout, il est vrai, à partir du XIVe siècle (avec en particulier Machaut et Froissart, en France). Mais c’eût été là l’objet d’un autre travail, et l’ouvrage tel qu’il a été conçu reste bien assez riche (sans surcharge érudite, soulignons-le) pour susciter une lecture en tous points intéressante.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Daniel Lacroix, Les Amours du poète. Poésie et biographie dans la littérature du XIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/173

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org