Navigation – Plan du site

Élisabeth Hébert (dir.), Instruments scientifiques à travers l’histoire

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Élisabeth Hébert (dir.), Instruments scientifiques à travers l’histoire. Actes du colloque Les instruments scientifiques dans le patrimoine: quelles mathématiques? réuni à Rouen les 6, 7 et 8 avril 2001 à l’initiative de l’IREM de Rouen et de l’APMEP de Haute-Normandie, préface d’Evelyne Barbin,  Paris, Ellipses Marketing (« IREM-Histoire des Mathématiques »), 2004, 496 p., 16,5x24cm, nombreuses illustrations non numérotées en continu, bibliographie
ISBN 2-7298-1804-9

Texte intégral

  • 1  Je note toutefois qu’au milieu de ces spécialistes des « sciences dures », il se trouve, (p. 17) a (...)
  • 2  Charles Burnett, « L’astronomie à Chartres au temps de l’évêque Fulbert », dans Le temps de Fulber (...)
  • 3  Emmanuel Poulle, Les sources astronomiques (textes, tables, instruments), Turnhout (Belgique), Bre (...)
  • 4  Derek de Solla Price, « An Ancient Greek Computer », Scientific American, 201 (1959), p. 60-67 et (...)

1Qu’une trentaine d’enseignants, membres d’IREM pour l’essentiel, cherche dans l’histoire des instruments scientifiques des éléments propres à enrichir leur pédagogie et qu’ils privilégient dans ce but la documentation issue de la région où la majorité d’entre eux exerce – voilà qui est satisfaisant pour l’historien1. Pas d’histoire sans enracinement local et pas de culture sans pratique historienne : tout citoyen responsable et tout pédagogue averti se reconnaissent dans ce credo. Là où le bât blesse, c’est quand les enseignants porteurs d’une aussi juste cause ne font guère l’effort d’assimiler les méthodes en usage chez les historiens et ne pratiquent pas le b a ba de la recherche, le status quaestionis. Pourquoi prétendre encore, p. 28, que « par l’intermédiaire de Gerbert […] l’Occident chrétien a découvert cet instrument », en l’occurrence l’astrolabe ? Avec toutefois un bémol bien ambigu à la p. 87, où Gerbert se rend en Catalogne : « pour rédiger (ou consulter ?) les Sententiae astrolabii, premier texte latin décrivant l’astrolabe. » Des travaux ont durant cette dernière décennie éclairci bien des aspects du périple transpyrénéen de l’astrolabe. Sans en percer tous les mystères, ils ont réduit à la portion congrue la part de Gerbert2. Il n’est pas question de recenser toutes les bévues qui émaillent ces près de cinq cent pages. Quelques-unes sont d’une étonnante trivialité et méritent d’être épinglées : p. 29, il est question de « l’astronome juif catalan Lévy Ben Gerson », alors que la p. 238 corrige en partie : « … Levi Ben Gerson à Bagnols-sur-Cèze… ». Ou, p. 29 encore, des : « tables astronomiques […] existent en Europe depuis le XIIIe siècle », alors que la p. 117 ne tient pas les mêmes propos, mais sans corriger cette fois les précédents, même partiellement : « Les tables astronomiques, dressées tout au long du Moyen Âge, ». Puisque le Moyen Âge et sa science des astres ont le redoutable honneur de requérir l’attention de nombreux contributeurs, je donne les références d’une introduction documentée à l’astronomie de cette époque, dont l’existence a échappé à tous3. Dernier exemple d’une défaillance historique bien rudimentaire : le chapitre Le mécanisme d’Anticythère, p. 160-172, s’appuie sur le rapport d’étape que Derek de Solla Price a fait paraître dans Scientific American, non sur la monographie exhaustive, et exemplaire, que le même historien a publiée quinze ans plus tard4. On peut se demander si, à la rédaction d’un article de seconde main, la traduction en français de cette monographie ne serait pas pédagogiquement préférable - en l’accompagnant au besoin d’un commentaire qui montrerait en quoi elle touche justement à la perfection.

2L’enchaînement des erreurs et des approximations historiques aboutit à un résultat étonnant : il crée un objet qui, étrange sur le plan de l’histoire proprement dite, reste mathématiquement intéressant. Et c’est bien là le drame qui court en filigrane tout au long de l’ouvrage : il est possible de se livrer à une exploitation mathématiquement féconde des instruments scientifiques anciens sans trop tenir compte des règles qui président aux enquêtes historiques. Je m’en tiens, pour la démonstration de cette appréciation, à une contribution dont les faiblesses historiques ne sont pas plus accusées que dans le reste de l’ouvrage ; mais je dois bien me concentrer sur un exemple. Je laisse dans l’anonymat l’auteur du chapitre pour souligner qu’une analyse similaire en son fond s’appliquerait à la plupart des autres contributions.

  • 5  Par exemple : David Romano, « La transmission des sciences arabes par les juifs en Languedoc », da (...)
  • 6  Gérard E. Weil, La bibliothèque de Gersonide d’après son catalogue autographe, Louvain/ Paris, E. (...)
  • 7  Voir la mise au point sur les instruments médiévaux qui relèvent de la dénomination « quadrant » t (...)
  • 8  Oronce Finé, Quadrans astrolabicus omnibus Europae regionabus deserviens…, Paris, Simon de Colines (...)
  • 9  Poulle, Les sources astronomiques, p. 36.
  • 10  Albert Anthiaume et Jules Sottas, L’astrolabe-quadrant du Musée des Antiquités de Rouen, recherche (...)

3Je me cantonne donc à L’astrolabe quadrant, p. 96-130. Il n’est pas inutile de savoir que le mot « l’astrolabe quadrant » n’existe pas au Moyen Âge. L’inventeur de l’instrument, Jacob ibn Tibbon, en langue vernaculaire : Profeit Tibbon ou Prophace le Juif, en latin : Profatius Judeus, l’a nommé soit « le quadrant d’Israël », soit « le quadrant nouveau »5. La première désignation mérite d’être plus rappelée que retenue. Elle évoque celle d’un autre instrument qui, elle, a subsisté, « le bâton de Jacob »6. L’une et l’autre revendiquent les droits d’une minorité dans une culture qui privilégie l’appartenance confessionnelle. Pour être historiquement fondée, cette exigence identitaire n’est guère décisive dans le champ des pratiques scientifiques. La seconde désignation, « le quadrant nouveau », s’est maintenue dans les derniers siècles du Moyen Âge. Elle n’en induit pas moins en erreur. Une nouveauté succède à d’autres et toutes sont au fil des ans promises à la vétusté. Cette qualification éclaire les conditions d’émergence de l’objet ainsi désigné mais obscurcit la continuité historique dont les conjonctures successives ne sont que des moments7. Il faut saluer le spécialiste, qui, véritable chouette de Minerve, a désigné à la Renaissance ce genre d’instrument par « le quadrant astrolabique »8. L’expression est la meilleure de toutes. Elle l’est par la banalité de sa forme - un adjectif qualifie un substantif ; et elle l’est par le fond - l’instrument en cause se présente comme un quadrant par son apparence et comme un astrolabe par ses fonctions, ainsi que l’auteur du chapitre l’indique, p. 100. Plus précisément, il résulte d’une : « réduction de l’astrolabe à l’un de ses quarts par un double rabattement du tympan et de l’araignée le long de leurs deux diamètres perpendiculaires »9. À surface égale, il permet d’atteindre une précision supérieure à celle que l’astrolabe autorise et son utilisation est moins astreignante quoique plus sophistiquée que celle de son illustre devancier. J’adopte l’innovation lexicale d’Oronce Finé. Les deux substantifs réunis par un trait, « astrolabe-quadrant » est une création d’Albert Anthiaume. L’auteur du chapitre commet à l’égard de son prédécesseur une indélicatesse et une infidélité. Celle-là est formelle et ne prête guère à conséquence, quoiqu’elle soit irritante : il a retenu les deux substantifs ; il n’a pas retenu le trait d’union. Étourderie ? Choix délibéré ? Est-ce que la formation des mots composés n’obéit pas à des règles ? Celle-ci pose en revanche un problème de méthode : l’auteur du chapitre appuie son analyse sur la communication qu’Anthiaume a présentée au 47e Congrès des sociétés savantes qui s’est tenu à Rennes en 1909 ; il ne tient pas compte du livre de 184 pages que le même Antiaume a aussitôt cosigné avec Jules Sottas10. Le phénomène observé avec Price se répète avec Anthiaume, comme si l’esquisse était plus digne d’intérêt que l’œuvre aboutie ; il faudrait au moins le démontrer au lecteur incrédule. La désignation de l’instrument appelle une dernière remarque. Après avoir établi que le quadrant astrolabique du musée des Antiquités de Rouen n’a pas appartenu, comme le veut la rumeur, à un des chambellans du roi Charles VI, Jean de Béthencourt, l’auteur s’obstine à le désigner régulièrement en référence à ce personnage : il maintient la légende dont il a établi l’inanité ! Le lecteur est pour le moins perplexe. À quoi sert d’essayer d’établir la vérité historique ?

4L’intelligence d’un objet commence par le relevé de ses désignations successives et elle commande d’en retenir une qui respecte plusieurs contraintes : les données de l’histoire, la nature de l’objet, la logique de la langue. Elle reste aussi sous la dépendance de son créateur.

  • 11  Ernest Renan (et Adolf Neubauer) « Les rabbins français au commencement du XIVe siècle », dans His (...)
  • 12  Moritz Steinschneider, Mathematik bei den Juden, Francfort, 1901, reprint Hildesheim, Georg Olms V (...)
  • 13  Emmanuel Poulle, « Le quadrant nouveau médiéval », Journal des savants, 1964, p. 148-167 et 182-21 (...)
  • 14  Ibid., p. 188-189. Il existe une édition de la deuxième version du traité de Jacob ibn Tibbon (130 (...)
  • 15  La question est, comme il se doit, plus compliquée. Jacob ibn Tibbon a réalisé un almanach : aucun (...)
  • 16  Voir le dernier état de la polémique dans José Chabás et Bernard R. Goldstein, The Alfonsine Table (...)

5L’auteur du chapitre puise la plupart de ses informations sur Jacob ibn Tibbon et plus généralement sur l’astronomie des XIIIe et XIVe s. dans le tome 3 du Système du monde (p. 100, n. 4 et p. 117, n. 14), dont il ne mentionne pas la date de l’édition. Elle n’est pas anodine : 1915. Est-ce que, dans le champ des études historiques, quatre-vingt-dix ans serait une durée négligeable ? Sans compter que, dans le cas présent, elle doit être allongée de près de quarante ans : Duhem, qui n’était pas hébraïsant, puisait lui-même ses informations sur Jacob ibn Tibbon chez Ernest Renan/ Adolf Neubauer11. Faut-il le rappeler ? Le réflexe de l’historien est, d’une part, d’éliminer l’opacité des intermédiaires en remontant à la source, ici Renan/ Neubauer ; et, d’autre part, de s’enquérir du dernier état du savoir. Son enquête est circonscrite à deux questions : Est-ce que les connaissances dont témoigne l’œuvre sur laquelle je m’appuie étaient à jour au moment où elles étaient couchées par écrit ? Est-ce que depuis la parution de l’œuvre en question les spécialistes de mon sujet d’étude ont pris leurs quartiers d’hiver et n’ont plus rien produit ? La réponse à la première est claire : Duhem n’était pas à jour. Il ignorait les compléments que Moritz Steinschneider avait apportés à ses deux devanciers12. La réponse à la seconde est tout aussi claire : l’auteur du chapitre ignore la seule étude synthétique qui a jamais été consacrée au type d’instrument dont il étudie un des exemplaires13. Cette dernière a été suscitée par la découverte d’un exemplaire du genre dans les collections du musée d’Angers ; elle l’analyse de près, mais en établissant des parallèles continuels avec deux des trois autres quadrants astrolabiques médiévaux connus à l’époque, dont celui de Rouen. Elle se termine par un copieux appendice qui inventorie et commente les traités manuscrits du quadrant astrolabique. Elle donne ainsi un des meilleurs indicateurs du succès de l’instrument, la survie des manuscrits étant supérieure à celle des objets de dimensions modestes. Elle montre aussi que le traité de Jacob ibn Tibbon ne s’appuie pas sur les tables alphonsines, comme le croit l’auteur du chapitre, p. 117-118, mais sur les tables de Tolède, alors en circulation depuis un siècle et demi14 : Jacob ibn Tibbon n’est donc pas toujours à la pointe du savoir de son temps – ce qui le rend encore plus attachant15. Quant à la diffusion des tables alphonsines, elle est aujourd’hui au centre d’une vive polémique entre des spécialistes de l’astronomie médiévale. Le chercheur qui parle de leur arrivée à Paris avance sur un terrain miné16.

  • 17  Anthiaume et Sottas, L’astrolabe-quadrant, p. 75-79.
  • 18  Pierre de Saint-Omer, Novus quadrans et Anonyme, Ars et operatio novi quadrantis dans Petri Philom (...)
  • 19  Elly Dekker, « An unrecorded medieval astrolabe-quadrant from c. 1300 », Annals of Sciences, 52 (1 (...)

6De plus, depuis l’étude de Poulle, deux des traités sur le quadrant astrolabique, dont un était déjà connu d’Anthiaume et Sottas17, ont fait l’objet d’une excellente édition critique. La rareté de ce genre de réalisation oblige l’historien de l’instrument à les mentionner sous peine d’insuffisance18. Enfin, un nouveau quadrant astrolabique a été recensé19, qui donne plus d’épaisseur historique au genre auquel il appartient.

  • 20  Des erreurs d’impression se sont glissées dans le chapitre ; le lecteur accède aux corrections sur (...)
  • 21  Edward Grant (ed.), A Source Book in Medieval Science, Cambridge, Mass., Harvard University Press, (...)

7Je n’ai rien de particulier à ajouter à l’étude mathématique proprement dite du quadrant astrolabique qui est menée dans le chapitre sous examen. Elle me paraît bonne, à ceci près qu’elle ne se donne pas les outils idoines pour évaluer le niveau mathématique et la tournure d’esprit des hommes des XIIIe-XIVe s.20. Elle tend, en dépit du titre du volume, à dépouiller de sa dimension historique l’instrument scientifique auquel elle s’applique. Je m’en tiendrai à une remarque sur la trigonométrie. L’auteur du chapitre en fait un large usage pour exploiter les ressources du quadrant astrolabique. Il semble considérer que le maniement des relations trigonométriques est habituelle à l’astronome des XIIIe-XIVe s. – ce que contredit le chapitre « La trigonométrie dans l’Occident latin » : cette branche des mathématiques est censée commencer en Europe avec le traité de Régiomontanus, le De triangulis omnimodis (vers 1464). Il existe en fait une préhistoire médiévale de la trigonométrie qui mériterait d’être explorée pour elle-même. Le manuel paru sous la direction d’Edward Grant réserve un chapitre à cette discipline. Il contient en tout et pour tout la traduction commentée du traité d’un autre fameux constructeur d’instruments astronomiques, le Quadripartitum de sinibus demonstratis de Richard de Wallingford (v. 1292-1336)21. L’ogre de la fable flaire ici une proie bien alléchante. S’il se décidait à la prendre pour pâture, il pourrait s’aider d’une des meilleures contributions du volume sous examen, p. 415-435, « Trigonométrie arabe »

  • 22  Guy Beaujouan et Emmanuel Poulle, « Les origines de la navigation astronomique aux XIVe et XVe siè (...)

8J’ai évoqué plus haut les traités médiévaux du quadrant astrolabique. Leur lecture s’impose à tous ceux qui s’attachent à le comprendre s’ils veulent éviter les anachronismes. L’auteur du chapitre consacre un passage, p. 126-128, au calcul des marées, en mettant à profit une des possibilités de l’instrument, le calcul du quantième lunaire. Pourquoi pas ? Il n’en reste pas moins que : « Jamais, dans aucun des traités médiévaux consacrés au quadrans novus, il n’est fait allusion, même de très loin, à une utilisation du système soli-lunaire pour une détermination des marées. »22 Que l’instrument puisse aider à cette détermination est une chose. Qu’il l’ait effectivement fait en est une autre. La mise en évidence d’un tel écart relève pleinement du travail de d’historien. Pour lui, une virtualité laissée en déshérence, c’est pain bénit ; elle lui offre l’occasion de cerner l’esprit d’une époque.

  • 23  Emmanuel Poulle, « Peut-on dater les astrolabes médiévaux ? », Revue d’histoire des sciences, 9 (1 (...)
  • 24  Je renvoie à une étude à paraître : Max Lejbowicz, « Des tables pascales aux tables astronomiques (...)

9Le chapitre se termine par un essai de datation, en ignorant les réserves que les meilleurs spécialistes émettent sur ce type de tentative23. Je retiens un aspect de l’argumentation de l’auteur : il se réfère, sans citer ses sources, à la date de l’équinoxe de printemps lors du concile de Nicée, en 325. La référence, pour aussi maladroite qu’elle soit, est très surprenante. Le concile de Nicée a vu s’affronter deux des principales Églises de la chrétienté de l’époque, celle d’Alexandrie et celle de Rome. La polémique portait sur le choix du meilleur système de prévision des dates pascales, avec, parmi les sujets de désaccords, précisément la date de l’équinoxe. Les Alexandrins optaient pour le 21 mars, les Romains pour le 25 mars. Le concile s’est terminé sans qu’une entente ait été trouvée, donc sans qu’une date ait été retenue pour l’équinoxe24. En quoi cette indétermination aurait autorité pour fixer une date ? Est-ce que la consultation d’un monument comme la Syntaxe mathématique de Ptolémée n’aurait pas fourni une meilleure référence ?

10Ce trop long compte rendu a cherché à éclairer une situation dans l’espoir de la faire mûrir. L’historien s’appuie sur des pièces, qu’il essaie de comprendre en les replaçant dans leur époque. Il appréhende celle-ci en prenant en considération : 1/ d’autres pièces placées à la périphérie de son sujet principal ; 2/ les travaux de ses pairs susceptibles d’éclairer cet ensemble, pourvu qu’ils soient lus d’un œil critique. De son côté, le mathématicien qui se fait historien a tendance à ne pas insister suffisamment sur la réalité documentaire des pièces qu’il examine. Il essaye de les comprendre en toute rigueur, une rigueur qui vise une espèce d’intemporalité mais qui privilégie peu ou prou son propre savoir mathématique. Deux approches, deux méthodes, deux visions : Est-ce qu’elles ne pourraient pas converger au bénéfice du rayonnement d’une culture critique et d’une humanisation maîtrisée de la cité ?

Notes

1  Je note toutefois qu’au milieu de ces spécialistes des « sciences dures », il se trouve, (p. 17) avec Carmelle Mira, un maître de conférences en langue médiévale ( ? ) et, (p. 463), avec Yannick Marec, un professeur d’histoire contemporaine.

2  Charles Burnett, « L’astronomie à Chartres au temps de l’évêque Fulbert », dans Le temps de Fulbert, actes de l’université d’été du 8 au 10 juillet 1996, Chartres, Association des Amis du Centre médiéval européen de Chartres, 1996, p. 91-103 ; Emmanuel Poulle, « Naissance de la légende scientifique (XIIe siècle) ; note sur l’autorité des traités de l’astrolabe », dans Olivier Guyotjeannin et Emmanuel Poulle (eds.), Autour de Gerbert, le pape de l’an mil, Paris, École des Chartes, 1996, p. 342-345 ; et Paul Kunitzch, « Les relations scientifiques entre l’Occident et le monde arabe à l’époque de Gerbert », dans Nicole Charbonnel et Jean-Éric Iung (eds.), Gerbert l’Européen, actes du colloque d’Aurillac, 4-7 juin 1996, Aurillac, Société des lettres, sciences et arts « La Haute-Auvergne », 1997, p. 193-203.

3  Emmanuel Poulle, Les sources astronomiques (textes, tables, instruments), Turnhout (Belgique), Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 38), 1981.

4  Derek de Solla Price, « An Ancient Greek Computer », Scientific American, 201 (1959), p. 60-67 et le même, Gears from the Greeks, The Antikythera Mechanism – A Calendar computer from ca. 80 BC, Philadelphie, The American Philosophical Society (Transactions of American Philosophical Society, 64, 7), 1974.

5  Par exemple : David Romano, « La transmission des sciences arabes par les juifs en Languedoc », dans Cahiers de Fanjeaux, 12 (1977), p. 363-386 (376).

6  Gérard E. Weil, La bibliothèque de Gersonide d’après son catalogue autographe, Louvain/ Paris, E. Peeters (Collection de la Revue des Études Juives, 9), 1991, p. 92, qui y voit une évocation de Nombres, 23, 10.

7  Voir la mise au point sur les instruments médiévaux qui relèvent de la dénomination « quadrant » tout en étant bien différents les uns des autres dans Poulle, Les sources astronomiques, p. 36-38 et 40-42.

8  Oronce Finé, Quadrans astrolabicus omnibus Europae regionabus deserviens…, Paris, Simon de Colines, 1527, réédité en 1534.

9  Poulle, Les sources astronomiques, p. 36.

10  Albert Anthiaume et Jules Sottas, L’astrolabe-quadrant du Musée des Antiquités de Rouen, recherches sur les connaissances mathématiques, astronomiques et nautiques au Moyen Âge, Paris, G. Thomas, 1910. Les auteurs citent, p. 81, n. 2, l’ouvrage de Finé sans remarquer l’intérêt de son titre.

11  Ernest Renan (et Adolf Neubauer) « Les rabbins français au commencement du XIVe siècle », dans Histoire littéraire de la France, Paris, 1877, t. XXVII, p. 431-776 (599-623). Le chapitre du Système du monde, t. 3, p. 298-312, qui présente la vie et l’œuvre de Jacob ibn Tibbon se réfère à dix reprises à l’étude de Renan/ Neubauer.

12  Moritz Steinschneider, Mathematik bei den Juden, Francfort, 1901, reprint Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2001, p. 111-113.

13  Emmanuel Poulle, « Le quadrant nouveau médiéval », Journal des savants, 1964, p. 148-167 et 182-214, qui recense les études sur le quadrant astrolabique parues dans le demi-siècle qui a suivi le tome 3 du Système du Monde ; il me dispense de les rappeler ici.

14  Ibid., p. 188-189. Il existe une édition de la deuxième version du traité de Jacob ibn Tibbon (1301) : G. Boffito et C. Melzi d’Eril, Il quadrante d’Israele di Jacob ben Machir ben Tibbon, Florence, 1922. C’est une rareté bibliophilique que je n’ai jamais pu consulter.

15  La question est, comme il se doit, plus compliquée. Jacob ibn Tibbon a réalisé un almanach : aucun accord n’a été obtenu sur les tables qu’il a utilisées pour le faire : G. J. Toomer, « Prophatius Judaeus and the Toledan Tables », Isis, 64 (1973), p. 351-355 et O. Gingerich et B. Welther, « The accuracy of the Toledan Tables », dans Y. Maeyama et W. G. Salzer (eds.), Prismata, Festschrift für Willy Hartner, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1977, p. 151-163.

16  Voir le dernier état de la polémique dans José Chabás et Bernard R. Goldstein, The Alfonsine Tables of Toledo, Dordrecht/ Boston/ Londres, Kluwer Academic Publishers (Archimedes. New Studies in the History and Philosophy of Science and Technology), 2004 et dans les recensions que ce livre a suscitées dans la presse spécialisée. La difficulté du problème rend inconvenante la flèche que Duhem décoche, p. 312: « … l’œuvre de Profatius est légèrement en retard […] sur la science astronomique des Chrétiens. » Il aurait pu se demander pourquoi des astronomes en avance avaient besoin de faire traduire les écrits d’astronomes « légèrement en retard ». La suite explique le « paradoxe » : « Il (Profacius) nous donne, en cela, une image fidèle de l’état où se trouvait l’esprit des Juifs du Midi ; les pensées qui agitaient les universités chrétiennes venaient aussi remuer les synagogues, mais elles y pénétraient alors qu’elles quittaient les universités ; les rabbins commençaient à discuter d’une question au moment que les maîtres venaient de clore les débats sur une question semblable. » L’anti-dreyfusard Duhem est un familier de l’histoire-fiction.

17  Anthiaume et Sottas, L’astrolabe-quadrant, p. 75-79.

18  Pierre de Saint-Omer, Novus quadrans et Anonyme, Ars et operatio novi quadrantis dans Petri Philomenae de Dacia et Petri de Sancto Audomaro, Opera quadrivalia, edidit Fridericus Saaby Pedersen, Copenhague, Det Danske Sprog- og Litteraturselskab (Corpus philosophorum danicorum Medii Aevi, X, i et ii), 1983-1984, ii, p. 571-648 et 731-804.

19  Elly Dekker, « An unrecorded medieval astrolabe-quadrant from c. 1300 », Annals of Sciences, 52 (1995), p. 1-47.

20  Des erreurs d’impression se sont glissées dans le chapitre ; le lecteur accède aux corrections sur le site http://assprouen.free.fr/astrolabeq/jeu.htm.

21  Edward Grant (ed.), A Source Book in Medieval Science, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1974, p. 188-198.

22  Guy Beaujouan et Emmanuel Poulle, « Les origines de la navigation astronomique aux XIVe et XVe siècles », dans Michel Mollat (ed.), Le navire et l’économie maritime du XVe au XVIIIe siècles, Paris, S.E.V.P.E.N. (Bibliothèque de l’École Pratique des Hautes Études, VIe section), 1957, p. 103-117 (113).

23  Emmanuel Poulle, « Peut-on dater les astrolabes médiévaux ? », Revue d’histoire des sciences, 9 (1656), p. 301-322 et Gerard L’E. Turner, « A Critique of the Use of the First Point of Aries in Dating Astrolabes », dans Menso Folkerts et Richard Lorch (eds.), Sic itur ad astra. Studien zur Geschichte der Mathematik und Naturwissenchaften. Festschrift für den Arabisten Paul Kunitzsch zum 70. Geburtstag, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2000, p. 548-554, repris dans Renaissance Astrolabes and their Makers, Aldershot, Ashgate Publishing Limited, 2003, ét. III.

24  Je renvoie à une étude à paraître : Max Lejbowicz, « Des tables pascales aux tables astronomiques et retour. La formation patristique de l’héritage computiste », dans Gilbert Dahan (ed.), La méthode critique au Moyen Âge, Turnhout, Brepols (prévu pour 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Élisabeth Hébert (dir.), Instruments scientifiques à travers l’histoire », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/171

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org