Navigation – Plan du site

Claire Boudreau, Kouky Fianu, Claude Gauvard et al. (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge

Gérard Giordanengo
Référence(s) :

Claire Boudreau, Kouky Fianu, Claude Gauvard et al. (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque tenu à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université d’Ottawa, 9-11 mai 2002, Paris, Publications de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 78), 2004, 463 p.

Texte intégral

1Malgré un titre extrêmement vague et l’apparente disparité des vingt-quatre communications – ce qui ne facilite pas le travail du recenseur –, les apports du colloque de Montréal-Ottawa, tenu en mai 2002, sont d’une grande richesse.

2Comment aller des ordonnances aux vitraux en passant par les proclamations en tous genres, les placarts, les registres d’archives, la langue des actes, le crédit rural, la notion d’ignorance du droit, les enquêtes judiciaires, domaniales, voire politiques et les marchands toscans, et je me limite à quelques exemples ? Mes centres d’intérêts font que j’ai été particulièrement intéressé par ce sur quoi j’ai travaillé (la Provence, le droit, les questions archivistiques). Il est important de montrer que, contrairement à une idée reçue, les ordonnances sont bien souvent suivies, au moins en grande partie (M. Hébert) et qu’elles génèrent des documents d’archives dont les historiens tirent un grand profit, même si l’on peut légitimement se demander s’ils étaient utilisés par les intéressés (et l’on sait combien c’est une question encore actuelle). On peut rapprocher, géographiquement, l’article de J.-L. Bonnaud sur la gestion de l’information au niveau local au temps de la seconde maison d’Anjou, qui n’a jamais eu bonne réputation en Provence, malgré le roi René : les archives administratives sont en quelque sorte le reflet de cette mauvaise gouvernance et des difficultés du temps (une remarque : l’apparition de tabellions au lieu de notaires ne traduit sans doute pas l’arrivée de notaires français en Provence mais celle de la pré-Renaissance ; tabellio, terme antique, est plus « noble » que notarius, simple scribe, mais s’intituler tabellion n’induit évidemment pas la connaissance du latin classique). Les questions linguistiques sont extrêmement intéressantes dans le cas des ordonnances royales ; on voit combien l’hésitation passe entre le désir de rédiger des textes techniquement précis mais qui soient aussi compréhensibles, d’où une rédaction en latin mais des proclamations (résumées) en français, puis des ordonnances rédigées directement en français. Mais pour les pays de droit écrit, on explique mal le maintien du latin, les laïques méridionaux n’étant pas plus latinistes que ceux du Nord (on sait au reste que les ordonnances, toujours en latin, sont proclamées avec un résumé en provençal dans le comté de Provence et que quelques cours locales en ont fait traduire quelques unes). Question connexe, on aimerait savoir à partir de quelle époque on sait lire sans être passé par l’apprentissage du latin, ce qu’implique la demande des échevins de Reims en 1351. La procédure savante, qui introduit l’enquête dans les procédures civile et criminelle, est bien connue dès le début du XIIIe s. dans le Nord, comme en témoigne le cas de Saint-Quentin, où l’on remarque encore une fois la prépondérance de la procédure civile, celle des honnêtes gens, ce qui conduit à la communication de S. Dauchy sur l’exécution des arrêts du Parlement en Flandre : que sert en effet de gagner si la sentence n’est pas appliquée ? On mesure aussi la processivité exacerbée qui ne s’encombre pas de questions annexes de coût, de temps, d’énergie : à Damme ou à Saint-Flour dix pour cent du budget urbain est consacré aux procès ; les gens de justice, qui se font grassement rémunérer, sont indispensables et aisés. Tout n’a pas fondamentalement changé de nos jours, la justice est toujours très coûteuse et il ne faut pas croire que c’est seulement au Moyen Âge qu’il a fallu « traduire » et expliquer les décisions aux plaideurs, c’est encore aujourd’hui souvent vrai au civil. C’est que le droit est chose complexe, et son ignorance est commune, malgré l’adage « nul n’est censé ignorer la loi » dont K. Weindenfeld montre l’importance dans la pratique (pour la doctrine, voir F. Roumy, « Les distinctions et les sommes des glossateurs relatives à l’ignorance du droit », “Panta rei”. Studi dedicati a Manlio Bellomo, Rome, 2004, t. 4, p. 467-499). En Bretagne, c’est le principe même de l’exécution des arrêts du Parlement qui est nié par le duc (J. Kerhervé), mais il est vrai que c’est un duché qui se veut à part comme en témoignent les enquêtes de 1455 et 1493. Il m’est donc inutile de proclamer à cor et à cri la richesse des informations renfermées dans ces Actes, qui, de plus, se laissent lire volontiers, même si l’on retrouve un certain nombre de « tics », de formules convenues ou de rapprochement indus que l’on aimerait voir disparaître. Lors d’un colloque récent sur la féodalité, P. Toubert se demandait si l’on n’avait pas tendance à  surévaluer la symbolique, il me semble que cette interrogation peut s’appliquer à ce volume.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Giordanengo, « Claire Boudreau, Kouky Fianu, Claude Gauvard et al. (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/170

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org