Navigation – Plan du site

Hypothèses 2003. Travaux de l’École doctorale d’histoire

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Hypothèses 2003. Travaux de l’École doctorale d’histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, préface de Claude Gauvard, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, 371 p.
ISBN 2-85944-503-X

Texte intégral

1Ce volume rassemble les travaux présentés par les doctorants de l’Université de Paris I à l’occasion des cinq séminaires de l’École doctorale : Collections et trésors, Les séductions de la ville,  La chronologie, Les résistances à l’autorité, L’historien et ses sources. Ce dernier séminaire est ici représenté par un ensemble de points de vue de chercheurs reconnus sur les sources de l’historien. Dans sa préface, Cl. Gauvard rappelle le dynamisme de cette École doctorale, qui encadre 450 thèses en Histoire, et note surtout l’intérêt des questions posées sur l’historiographie et sur l’histoire des sensibilités et des comportements. Ce volume contient cinq contributions portant spécifiquement sur le période médiévale : Y. Potin, « Entre trésor sacré et vaisselle du prince : le roi médiéval est-il un collectionneur ? » (pp. 45-56) ; B. Descamps, « La destruction de la grande boucherie de Paris en mai 1416 » (pp. 109-18) ; M. Hélias-Baron, « La chronologie des quatre première filles de Cîteaux : La Ferté-sur-Grosne, Pontigny, Clairvaux et Morimond » (pp. 181-94) ; é. Voguet, « Le Maghreb central au IXe/XVe siècle. Résistances à l’idéal islamique d’unité » (pp. 225-34) ; Ch. Barralis, « Résistance à l’autorité et formation d’une identité collective. La revendication d’un statut privilégié par les monnayeurs royaux de France entre 1250 et 1370 » (pp. 245-54). Je choisirai deux contributions parmi celles-ci, afin de donner un ordre d’idée du contenu de ce recueil.

2Selon Y. Potin, reprenant les conclusions de G. von Habsburg, la formation médiévale de la figure moderne du collectionneur repose sur trois composantes : l’empire, la ville et la famille. Un excellent exemple est fourni par la chaîne ininterrompue qui relie les collections de la famille des Habsbourg aux actuels musées de Vienne. Du côté français, certes les Valois ont joué un rôle comparable à celui des Habsbourg ; cependant, le faible nombre d’objets conservés diminue l’importance d’une action fondatrice qui, de fait, démarre avec « timidité » en la personne de François Ier. L’objet de la contribution de YP est en fait d’examiner la façon dont la faculté d’accumulation des princes peut être légitimée ; en effet, dans la chrétienté médiévale, l’accumulation de valeurs laïques ne va pas forcément de soi et se trouve au cœur d’un réseau de tensions que le prince, peu ou prou, doit prendre en charge. Ainsi, la thésaurisation doit nécessairement apparaître comme étant réalisée au service de Dieu. Selon YP, qui donne ici une hypothèse fort intéressante, plus que de désacralisation du trésor, il s’agit en fait d’une sacralisation des biens du prince qui, en retour, assure la légitimité de la collection. Celle-ci, essentiellement à compter du XIIIe s. et tout particulièrement au XIVe (le mot « collection » apparaît pour la première fois chez Nicole Oresme), se fixe dans les objets et mobiliers des résidences royales et irriguent les cercles de l’aristocratie. La collection royale fonctionne aussi comme instrument politique et représentatif, tout en imposant une certaine forme de régulation de la valeur qui participe du régime de fidélités.

3En mai 1416, est décidée la destruction de la grande boucherie de Paris ; selon B. Descamps, cette opération fut surtout motivé par le désir de détourner un pouvoir d’attraction jugé trop puissant. Son article propose donc d’étayer cette hypothèse et de donner des éléments de compréhension des mécanismes mis en œuvre dans ce processus. L’auteur rappelle en premier lieu les éléments généraux de la boucherie parisienne (le terme de « boucherie » remonte à 1207) et la place qu’elle occupe dans le cité : c’est une corporation puissante, dont les émeutes de 1413 ont révélé la force. Les bâtiments de la grande boucherie, situés près du Châtelet, sont emblématiques de ce pouvoir et de cette place : au cœur de la ville, près d’un haut-lieu de justice, la grande boucherie est un lieu de rencontres de multiples corporations liées aux produits animaux, un lieu d’échanges financiers et politiques. On sait de plus, depuis la fameuse ordonnance cabochienne, combien la boucherie apparaît comme liée a parti bourguignon. Cette position de force doit être cependant tempérée par d’autres considérations, touchant à l’activité même du boucher qui contribue à ternir l’image de la boucherie : sang répandu dans les rues, abats, relation étroite avec les écorcheurs, mauvaises odeurs forment le revers fort d’une médaille de fait contrastée. Selon la belle formule de BC, les bouchers « constituent une force réelle mais frustrée » (p. 115). Aussi, lorsque, sous pouvoir armagnac, arrive le décret de destruction du bâtiment de la grande boucherie, il s’agit surtout d’une question politique. Mais cette dernière se profile derrière un discours particulièrement rare pour l’époque : celui d’un souci urbanistique esthétique, la grande boucherie empêchant « moult la decoration d’icelle nostre ville ». À l’appui de l’argumentation esthétique, vient celle de l’hygiène. On aboutit alors à un paradoxe qui, en creux, révèle bien le souci exclusivement politique de l’ordonnance royale de 1416 : rien en effet n’est proposé en remplacement de la boucherie, qui éclate donc en étals individuels qui, au passage, se multiplient et augmentent ainsi considérablement l’insalubrité publique. C’est bien la fierté ostentatoire de la corporation qui est visée. La réponse, sanglante, viendra lors des émeutes d’août 1418 qui verront, une nouvelle fois, les bouchers à leur tête.

4Dans la cinquième partie du recueil, la parole est donnée à des chercheurs confirmés afin de faire le point sur la question des sources. Cette partie s’ouvre sur une riche réflexion, bien que très synthétique d’A. Farge sur « écrire l’histoire ». Cette démarche impose bien des contradictions, dont celle qui se construit entre faire du neuf en respectant des règles n’est pas la moindre. A.F, entre autres, met en lumière un élément important et trop peu souvent considéré : si en effet la valeur du discours scientifique de l’historien repose largement sur le choix des sources et sur l’explicitation de celles-ci, bien peu est dit sur ce que le chercheur élimine dans ces sources ; l’étude précise du « vide » serait sans doute porteuse d’un enseignement intéressant. Ces sources ne peuvent non plus être considérées dans un seul ordre « absolu » de vérité scientifique et objective que l’historien est censé offrir ; car elles sont aussi représentatives d’un univers émotionnel, à double sens : celui d’un passé qu’elle retransmette, souvent de façon partielle ou déformée, et celui du présent du chercheur, homme sensible face au document d’archive et face à la narration moderne et personnelle qu’il doit mettre en œuvre dans le rendu de ces sources. Il ne lui reste donc que la voie, très étroite, entre « finesse et intelligence », selon le mot de AF. Dans sa conclusion, A. Guerreau-Jalabert rappelle combien l’examen critique et continu des sources est une nécessité fondamentale et vitale de la recherche. L’historien, qui se détermine comme scientifique se doit d’être en perpétuelle remise en question. Le débat autour de la notion de source offre un terrain particulièrement vivant pour une telle réflexion. A. G-J retient deux aspects de cette question : l’histoire de la notion de source d’une part et celle des processus de conservation de l’autre. Selon elle, alors que le terme « source » est l’un des plus courants dans le discours de l’historien, il n’a pas fait l’objet d’une définition claire et scientifique. La notion est utilisée selon une habitude, donnée « sur le tas » (p. 356). La source, selon les spécialité, se confond avec le texte, avec l’objet, le vestige, etc. Il faudrait ainsi conduire une étude de sémantique historique pour tenter d’avancer une définition et, pourquoi pas une « théorie de la source ». A. G-J met également l’accent sur la question de la conservation des documents en notant avec justesse que l’histoire de cette conservation apporte des éléments importants à l’histoire reconstruite à partir de ces documents sources : « la reconstitution de l’histoire des documents au travers d’une série de procédures de conservation ‑ et d’élimination – constitue aussi un instrument de perception des significations qui leur ont été attribuées » (p. 361).

5Pour conclure ce bref aperçu, notons l’intérêt d’un tel recueil : intérêt pédagogique et dynamique, permettant aux doctorants d’exprimer dans un écrit publié l’état de leurs recherches, ce qui offre à ceux-ci une réelle motivation et permet en retour au lecteur de découvrir de nouvelles idées et champs de travail. La dernière partie, particulièrement stimulante, propose un ensemble de remarques sur le travail de l’historien et constitue une invite à une réflexion approfondie et nécessaire. Souhaitons donc que cette démarche des Hypothèses continue.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Hypothèses 2003. Travaux de l’École doctorale d’histoire », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/169

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org