Navigation – Plan du site

Louis-Jacques Bataillon, Gilbert Dahan et Pierre-Marie Gy (dir.), Hugues de Saint-Cher († 1263), bibliste et théologien

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Louis-Jacques Bataillon, Gilbert Dahan et Pierre-Marie Gy (dir.), Hugues de Saint-Cher († 1263), bibliste et théologien. Actes du colloque « Hugues de Saint-Cher, o p, bibliste et théologien », Paris, Centre d’études du Saulchoir, 13-15 mars 2000, Turnhout, Brepols (« Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge », 1), 2004,  524 p.
ISBN 2-503-51721-8

Texte intégral

1Quinze médiévistes français, trois italiens, deux américains et un allemand, vingt et un au total, se sont réunis pour faire avancer notre connaissance de celui dont le titre de gloire – avoir été le maître d’œuvre de la première concordance biblique – a parfois éclipsé ces autres réalisations. Le livre se distribue en trois parties, qui regroupent de fait les trois principaux centres d’intérêt et les trois types d’écrits du maître dominicain : I. Hugues de Saint-Cher et la Bible, illustrée par sept communications ; II. Hugues de Saint-Cher prédicateur, par trois ; et III. Hugues de Saint-Cher théologien, par six. Une Introduction présente, à partir de deux communications, de Jacques Verger et de Pierre-Marie Gy, l’environnement politique et culturel dans lequel Hugues a travaillé, tandis qu’une Conclusion esquisse sa descendance littéraire à partir de trois autres, de Michel Albaric, Monique Paulmier-Foucart et de Louis-Jacques Bataillon.

2Au fil des pages se dégage une personnalité attachante, originale à force de dévouement à une cause collective aux mille visages : l’adaptation de la chrétienté aux nouvelles conditions sociales et politiques et aux nouvelles ambitions culturelles qui, les unes et les autres, émergent au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Ces deux aspects coexistent dans un cadre institutionnel inédit en Europe, l’université ; Hugues en fut un bon produit et un bon serviteur. La nouvelle institution prolonge et parachève progressivement les exigences intellectuelles qui, un siècle plus tôt, ont suscité les traductions arabo-latines, et qui acquièrent maintenant, peu à peu, une identité latine. Chacune des trois parties de l’ouvrage contient de riches enquêtes sur la tradition manuscrite de l’écrit qui relève de son champ d’étude (Patricia Stirnemann et Bruno Carra de Vaux pour la Postille dans ses deux versions, Bernard Hodel pour les sermons et Barbara Faes de Mottoni pour le commentaire des Sentences). Ces recherches sont suivies par des analyses ponctuelles sur des aspects particuliers de l’écrit en question, que, dans le cadre de ce compte rendu, il n’est possible que de mentionner. Le Hugues bibliste est étudié par Gilbert Dahan, « L’exégèse de Hugues. Méthode et herméneutique », Martin Morard, « Hugues de Saint-Cher, commentateur des Psaumes », Athanasius Sulavik, « Hugh of St. Cher’s Postill on the Book of Baruch : the work of a medieval compiler or biblical exegete ? » et Gilles Berceveille, « Les commentaires évangéliques de Thomas d’Aquin et Hugues de Saint-Cher » et Agneta Sylwan, « Pierre le chantre et Hugues de Saint-Cher. Contribution à l’étude de leurs sources ». Le Hugues prédicateur l’est par Robert E. Lerner, « The vocation or the Friars Preacher. Hugh of St. Cher between Peter the Chanter and Albert the Great », Bernard Hodel, « Les sermons reportés de Hugues de Saint-Cher » et Nicole Bériou, « Federico Visconti, archevêque de Pise, disciple de Hugues de Saint-Cher ». Et le Hugues théologien par Riccardo Quinto, « Le commentaire des Sentences de Hugues de Saint-Cher et la littérature théologique de son temps », Christian Trottmann, « Syndérèse et liberté dans le commentaire des Sentences de Hugues de Saint-Cher (éléments de théologie morale) », Charles de Miramon, « La place de Hugues de Saint-Cher dans les débats sur la pluralité des bénéfices », Maaike van der Lugt, « Le miracle chez Hugues de Saint-Cher. De la théorie à la pratique » et Alain Boureau, « Hugues de Saint-Cher commentateur des Sentences. Le cas du sacrement du mariage ». Elles montrent un Hugues travaillant dans l’urgence, collectant fiévreusement des informations susceptibles de nourrir une réflexion qu’il n’a pas toujours le temps de développer. Je me contente d’indiquer deux apports bio- et bibliographiques, qui précisent utilement l’itinéraire de Hugues. L’annexe de la contribution de Charles de Miramon établit que, contrairement à une tradition qui remonte à Quétif et Échard, Hugues n’a jamais été docteur en droit canon mais a toujours été attiré par cette discipline. Quant à Monique Paulmier-Foucart, elle montre que la première version du Speculum maius (1244) de Vincent de Beauvais a été écrite alors que l’auteur appartenait à l’entourage de Hugues, mais qu’une meilleure connaissance des traductions arabo-latines l’a conduit à la remanier (1259) en se plaçant cette fois dans l’entourage d’Albert le Grand. L’» accélération de l’histoire » est en œuvre dès le XIIIe s.

3La Préface annonce qu’un volume constitué de Documents doit venir compléter celui-ci. Souhaitons-en une prompte parution afin que cette belle figure de la deuxième génération des dominicains acquiert toute son épaisseur historique.

  • 1  Voir toutefois l’étude exhaustive de Daniel Russo, « Compilation iconographique et légitimation de (...)
  • 2  Michael Pasco, L’histoire des lunettes vue par les peintres, Paris, Société nouvelle des éditions (...)

4La couverture reproduit une des fresques de Tom(m)aso da Modena (Trévise, San Niccolò, salle du chapitre, 1352). Hugues de Saint-Cher, installé à son écritoire, le front plissé et le regard concentré, rédige un texte. Un livre ouvert est posé sur une étagère placée sur le côté à hauteur de ses yeux et deux autres, fermés, le sont au-dessous de son plan de travail. La scène dégage une atmosphère studieuse et grave, qui évoque celle qui devait régner dans les cellules du couvent Saint-Jacques. Grâce à cette fresque, le premier cardinal dominicain rehausse l’éclat d’un monument dont la rénovation avait été voulue par le deuxième pape dominicain, Benoît XI, natif précisément de Trévise. L’importance du réseau formé par les frères prêcheurs est ainsi habilement suggérée1. Un détail a cependant échappé à la vigilance des responsables du volume, qui choque l’historien de l’optique : Hugues porte une paire de lunettes, plus exactement de « bésicles clouantes », qui ont été inventées une vingtaine d’année après sa mort2 ! L’anachronisme méritait d’être signalé, afin qu’un juste hommage soit rendu aux maîtres verriers de Venise, inventeurs, vers la fin du XIIIe s., de cette arme, oh combien efficace ! contre ce qui n’était pas encore appelé « la presbytie ».

Notes

1  Voir toutefois l’étude exhaustive de Daniel Russo, « Compilation iconographique et légitimation de l’ordre dominicain : les fresques de Tomaso da Modena à San Niccolò de Trévise (1352) », Revue de l’art, 97 (1992), p. 76-84, qui est ignorée dans le volume.

2  Michael Pasco, L’histoire des lunettes vue par les peintres, Paris, Société nouvelle des éditions Boubée, 1995, p. 27-30 et 48-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Louis-Jacques Bataillon, Gilbert Dahan et Pierre-Marie Gy (dir.), Hugues de Saint-Cher († 1263), bibliste et théologien », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/168

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org