Navigation – Plan du site

Richard Trachsler (éd.), Anthologie de Guiron le Courtois

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Anthologie de Guiron le Courtois. Édition et traduction d’épisodes choisis, par Richard Trachsler en collaboration avec Sophie Albert, Mathilde Plaut et Frédérique Plumet, Alessandria, Ed. dell’Orso, 2004 (« Gli Orsatti » 22), 338 p.

Texte intégral

1Roman-fleuve en prose probablement composé vers 1235, roman « des pères », comme on l’a appelé, puisqu’il met notamment en scène les géniteurs des Tristan, Lancelot et autres Erec, se situant en amont du Lancelot-Graal ou du Roman de Tristan en prose, Guiron le Courtois, la faute à une tradition manuscrite particulièrement touffue, reste à présent la dernière pièce majeure du XIIIe siècle à n’avoir donné lieu à aucune édition complète. Aussi l’initiative de R. Trachsler et de sa petite équipe d’éditrices (S. Albert, M. Plaut et F. Plumet) n’en apparaît que plus louable, après les travaux pionniers de R. Lathuillère, puis de V. Bubenicek (qui a consacré deux thèses à l’édition partielle de ce roman, bizarrement non citées dans la bibliographie), que de donner à découvrir cette œuvre sinon dans son intégralité, du moins, à l’aide d’une série d’extraits heureusement choisis, dans ses aspects les plus significatifs.

2L’ouvrage s’ouvre sur l’introduction de RT, mise au point très claire concernant les divers aspects du texte : la « formule gagnante » que constitue Guiron pour le lecteur familier de l’univers arthurien et qui « ne demande qu’à redécouvrir ce même monde sous un autre angle, sur les traces d’autres personnages, pour vivre avec eux des aventures inédites, mais coutumières » (p. 10) ; l’absence de fil directeur dans le roman, qui en fait plutôt une suite de récits brefs ; son succès non démenti jusqu’à la fin du Moyen Âge, en même temps que le caractère extrêmement « éclaté » (à cause justement de l’absence d’une trame suffisamment ferme) de sa tradition textuelle (comprenant une trentaine de témoins manuscrits, sans compter les imprimés postérieurs), qui en fait « un cas d’école d’un texte mouvant » (p. 20). Vient ensuite l’anthologie d’extraits de Guiron (d’après le ms. BN fr. 350, celui-là même utilisé par R. Lathuillère dans son analyse du roman), organisée autour de trois thèmes : géants et chevaliers, non seulement parce que les géants, témoins de temps plus archaïques, sont de fait particulièrement nombreux dans Guiron, mais aussi parce que certains personnages du roman tiennent eux-mêmes du géant et présentent une version elle-même archaïque et en quelque sorte mal dégrossie de la chevalerie arthurienne ; l’amour, afin de mettre en évidence la vision plus légère que sérieuse, plus comique que tragique, qu’en offre le roman ; enfin les récits brefs et autonomes, récurrents dans le roman, en particulier dans la bouche des chevaliers qui se racontent les uns aux autres leurs aventures, sans hésiter parfois à se mettre en scène dans des situations peu avantageuses, « ce type d’aveu, comme le note justement F. Plumet, [permettant] au lecteur de déceler chez ces personnages habituellement si soucieux de correspondre à une certaine idée de la bravoure, un fond d’humilité et d’humanité qui, tout simplement, font d’eux des hommes, avec leurs qualités, mais aussi leurs travers et leurs faiblesses » (p. 286).

3L’édition du texte original, excellente à n’en pas douter, puisqu’elle bénéficie de l’onction de G. Roques (voir la Revue de linguistique romane, 69, 2004, p. 618-620), est accompagnée d’une bonne traduction, une bibliographie, un index et un court glossaire refermant l’ouvrage. Seul défaut finalement de cette élégante publication, le manque qu’elle fait ressentir plus criant d’une édition intégrale du roman, que l’on espère prochaine.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Richard Trachsler (éd.), Anthologie de Guiron le Courtois », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/167

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org