Navigation – Plan du site

Élisabeth Gonzalez, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Élisabeth Gonzalez, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale, 74), 2004, 396 p., 16 x 24 cm, deux lexiques (des émoluments et des serviteurs de l’Hôtel), 20 tableaux, 15 graphiques, 3 cartes, cinq figures, 4 généalogies, liste des sources manuscrites et imprimées, bibliographie, index des noms de personnes, un CD-rom sur les chambellans des ducs d’Orléans
ISBN 2-85944-495-5

Texte intégral

1Il est possible d’étudier avec succès « des oubliés de l’histoire » (p. 13-15) dont ne subsistent plus que « des sources éparses et fragmentaires » – pour l’essentiel des pièces comptables, qui forment « un corpus énorme mais d’une très grande disparité » (p. 17-18). Ces « oubliés », ce sont les princes d’Orléans de la fin du Moyen Âge, et plus précisément depuis 1389 – date à laquelle Charles VI accorde à son jeune frère le gouvernement de l’apanage qui lui a été attribué, après l’avoir doté un an plus tôt de l’hôtel de Bohème, jusqu’à 1498 – date de l’accession de Louis II au trône de France. Pour parvenir à ce résultat remarquable, Élisabeth Gonzalez s’est appuyée sur un outil informatique performant, une base de données. Elle en décrit brièvement, p. 22-25, le mode de fonctionnement et indique, p. 23-25, la manière dont elle en a exploité les ressources. Elle a également réalisé, à partir d’une grille préfinie et sous traitement de texte, un dictionnaire biographique des deux cents quatre-vingt-cinq officiers ducaux qualifiés de chambellan des ducs d’Orléans au moins une fois, entre 1382 et 1498. Les sept ans qui séparent les deux dates initiales, 1382 et 1389, renvoient à la période de formation de l’Hôtel d’Orléans. Avec l’éditeur, elle a pris l’heureuse initiative de presser ce dictionnaire sur cédérom, et d’en joindre un exemplaire au volume. L’intérêt de cette présentation numérique saute aux yeux : les douze centimètres de diamètre du disque compact contiennent cinq cent soixante-quatorze pages.

  • 1  C’est effectivement la question que Lot pose d’après Gonzalez, p. 15, n. 15 et en quatrième de cou (...)

2Ainsi armée, É. Gonzalez a pu extraire de données partielles et dispersées, une riche substance. Aux termes d’un parcours solidement étayé, elle apporte une réponse nuancée à la question que Ferdinand Lot aurait posée il y a près d’un demi-siècle : Qu’est-ce qu’un Hôtel à la fin du Moyen Age1 ? Au regard des vicissitudes de la Maison d’Orléans au XVe s. et du maintien de l’institution en cause, l’Hôtel est une structure polyvalente d’une remarquable souplesse. Il n’est pas seulement un lieu de résidence qui organise la vie quotidienne du prince en satisfaisant ses besoins élémentaires et en lui garantissant la sécurité. Il assure aux serviteurs une identité et favorise leur intégration dans un ensemble socioéconomique singulier. Les meilleurs et les plus habiles en tirent profit et progresse socialement. Fort de l’adhésion de ses membres, l’Hôtel devient aux mains du prince l’instrument d’une autorité, largement ouverte vers l’extérieur. Il est l’outil politique par excellence. Ces diverses composantes qui donnent à l’Hôtel sa cohérence et qui lui garantissent sa cohésion s’adaptent aisément aux impératifs de la conjoncture ; au fil du temps, la part de chacune varie. Une tendance lourde amoindrit toutefois la fonction politique de l’Hôtel et le rapproche de la Cour de l’époque moderne.

3Riche d’une documentation inédite, Un Prince en son Hôtel constitue une pièce de choix pour l’intelligence d’un phénomène placé à l’articulation de l’individuel et du social, de l’économie et de la politique, et symptomatique de la civilisation urbaine basse médiévale.

Notes

1  C’est effectivement la question que Lot pose d’après Gonzalez, p. 15, n. 15 et en quatrième de couverture, où cette fois des guillemets l’encadrent. Surpris par cette différence typographique et voulant utiliser cette « citation » selon les règles usuelles, je me suis rapporté au renvoi de Gonzalez : F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. II, p. 66 : la question ne s’y trouve pas. La p. 66 ouvre le chapitre III, du livre I, « L’hôtel du roi », qui se termine p. 74 sans avoir formulé la question en cause. Je relève seulement, p. 74, l’interrogation indirecte, dont le contenu est d’un autre ordre : « Le jour où l’on écrira l’histoire de l’hôtel du roi, il faudra poser la question de savoir la place qu’a tenue cette institution dans l’histoire du royaume. » De plus, la n. 2 de la p. 66 dresse une bibliographie du sujet. Elle contient neuf titres. Un seul se retrouve dans celle de Gonzalez, le fameux Manuel des institutions françaises de Luchaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Élisabeth Gonzalez, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/166

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org