Navigation – Plan du site

Cécile Davy-Rigaux, Guillaume-Gabriel Nivers. Un art du chant grégorien sous le règne de Louis XIV

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Cécile Davy-Rigaux, Guillaume-Gabriel Nivers. Un art du chant grégorien sous le règne de Louis XIV, Paris, CNRS Éditions (« Sciences de la musique » ; Série « Études »), 2004, 518 p., 17 x 24 cm, planches et tableaux non indexés, bibliographie, 7 annexes, index des noms
ISBN 2-271-06167-9

Texte intégral

1Le livre est issu d’une thèse de doctorat titrée plus précisément que lui: L’œuvre de plain-chant de Guillaume-Gabriel Nivers (c. 1632-1714). Un art du « chant grégorien » sous le règne de Louis XIV. Cécile Davy-Rigaux avait initialement pris la peine d’informer son lecteur qu’elle limitait son étude à une partie de l’œuvre de Nivers, celle qui relève du plain-chant, et avait laissé entendre qu’elle en abordait les deux aspects: les réalisations musicales et les recherches historiques et pédagogiques. Elle avait aussi jugé utile de mentionner les dates qui bornent la vie du musicien et qui, à quelques années près, sont celles du Roi-Soleil lui-même. Enfin, en mettant chant grégorien entre guillemets, elle avait laissé entrevoir l’enjeu dont cette désignation fut l’objet au XVIIe siècle. Avant d’être lue, sa thèse se situait dans une perspective mieux définie que celle dont, au même stade, le livre était doté.

  • 1  L’ « enfant de chœur externe » remplit deux conditions: il est plus âgé que l’enfant de chœur ordi (...)

2Probable enfant de chœur externe de Saint-Sulpice1, l’une des paroisses parisiennes le plus engagées dans l’application de la Réforme catholique, Guillaume-Gabriel Nivers en est promu l’organiste peu après ses vingt ans. Un pareil avancement renseigne sur ses dons et éclaire ses convictions. Nivers met à profit les recherches érudites du XVIIe siècle, et les prolonge même, pour essayer de retrouver ce qu’il conçoit comme la vérité musicale des premiers âges de l’Église. L’abandon de la désignation technique devenue usuelle en son temps de « plain-chant » pour celle, plus vénérable, de « chant grégorien » accompagne ce retour aux sources. Nivers rédige une Dissertation sur le chant grégorien, que Davy-Rigaux analyse dans la première partie de son livre. L’organiste compositeur se montre instruit des traditions musicales patristiques et médiévales. Il fait grand cas du Tractatus de ratione cantandi Antiphonarium récemment édité par Mabillon dans les Opera omnia de Bernard de Clairvaux. Il y voit en œuvre une démarche identique à la sienne: lutter contre la dégradation du plain-chant en retrouvant sa pureté originelle. Le diagnostic ne manque pas de valeur (fragilité de la tradition orale, limites des anciennes notations musicales, négligences des copistes jadis, des imprimeurs aujourd’hui). Sa thérapie le montre soucieux de l’autorité ecclésiastique et fervent catholique et, par-dessus tout, praticien averti des techniques musicales– qu’il s’agisse des règles des intervalles, de la théorie modale, des huit ou douze modes, des règles de composition,  du nombre de notes, de l’inégalité quantitative.

3La deux autres parties de l’ouvrage sont consacrées à l’analyse des réalisations musicales de Nivers qui relèvent du plain-chant. Ces réalisations sont abondantes. Elles sont au service d’institutions religieuses récentes (paroisse et séminaire de Saint-Sulpice; bénédictines du Saint-Sacrement; religieuses de Saint-Cyr). Elles sont aussi service d’ordres anciens, qui souhaitent retrouver l’authenticité musicale qui a présidé à leurs débuts (Prémontré et Cluny). Dans les deux cas, Davy-Rigaux, inscrit l’apport musical de Nivers dans l’environnement institutionnel qui l’a suscité. Il est dommage que l’abondante bibliographie ne soit pas suivie d’une discographie et, mieux encore, qu’un cd-audio d’extraits d’œuvres déjà enregistrées ne soit pas joint au volume. Quels qu’aient été les aléas des commandes que Nivers a cherché à satisfaire, c’est à la production des sons qu’il a consacré le meilleur de lui-même. La mise à la portée du lecteur de cet apport sonore aurait heureusement équilibré la richesse documentaire de l’ouvrage.

Notes

1  L’ « enfant de chœur externe » remplit deux conditions: il est plus âgé que l’enfant de chœur ordinaire et son domicile se trouve sur le territoire d’une paroisse qui n’est pas celle où il accomplit son service.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Cécile Davy-Rigaux, Guillaume-Gabriel Nivers. Un art du chant grégorien sous le règne de Louis XIV », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://crm.revues.org/161

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org