Navigation – Plan du site

Humbert de Montmoret, Germain de Brie, Pierre Choque, L’Incendie de la Cordelière. L’écriture épique au début de la Renaissance

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Humbert de Montmoret, Germain de Brie, Pierre Choque,  L’incendie de La Cordelière. L’écriture épique au début de la Renaissance, textes présentés et traduits par Sandra Provini, préface de Perrine Galand-Hallyn, La Rochelle, Rumeur des âges, 2004, 144 p.

Texte intégral

1C’est le 10 août 1512 qu’eut lieu, au large de Brest, un combat naval entre les flottes des rois de France et d’Angleterre. Engagé dans la bataille du côté français, se trouvait la Cordelière, navire d’Anne de Bretagne. Le combat vit l’incendie et le naufrage de la nef, ce qui suscita une vive émotion en France. C’est peu de temps après que nos trois auteurs composèrent en vers latins des poèmes célébrant l’épisode, poèmes que Sandra Provini qualifie de « petites épopées ». Ces trois textes peu connus, qui s’insèrent pleinement à l’articulation Moyen Âge / Renaissance, sont révélateurs de l’effort fourni par trois écrivains français pour retrouver, selon l’esprit de l’époque, un souffle épique censé remonter à l’Antiquité, une Antiquité d’ailleurs sous influence des humanistes italiens. S.P., après avoir rappelé le contexte historique, se livre à une minutieuse analyse poétique du texte, où une part importante est faite à l’usage des procédés rhétoriques traditionnels (elocutio, dispositio etc.), dont l’usage est rattaché à une « poétique du pathétique et du sublime ». On pourrait d’ailleurs discuter sur ce dernier terme qui pourrait sembler exagéré, voire anachronique; je préférerais pour ma part parler d’amplification du sentiment et d’hyperbole, ce qui aurait le mérite de poser la question de cet épique du tout début de la Renaissance en rapport avec l’epos médiéval (rupture, éléments de continuité etc.). En deuxième partie, S.P. livre une édition des textes, accompagnée d’une traduction dont on appréciera la fluidité et l’exactitude. Il me semble que pour le médiéviste soucieux de comprendre le Moyen Âge dans sa longue durée (le lecteur des CRM donc!) l’ouvrage de S.P. présente un intérêt certain; dans la question de la chronique de la bataille navale et du rôle littéraire de l’événement maritime dont on sait qu’il se développe considérablement à la fin du Moyen Âge et tout particulièrement, justement, dans le monde épique. Il permet également de mieux considérer, dans cette veine, les relations complexes existant entre une épopée médiévale tardive qui se « romantise » et l’écriture épique de la première Renaissance qui s’affiche dans un retour aux sources.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Humbert de Montmoret, Germain de Brie, Pierre Choque, L’Incendie de la Cordelière. L’écriture épique au début de la Renaissance », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://crm.revues.org/160

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org