Navigation – Plan du site

Robert de Clari, La Conquête de Constantinople

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. et trad. Jean Dufournet, Paris, Champion (Champion classiques. Série Moyen Âge » 14), 2004, 335 p.
ISBN 2-7453-1135-2

Texte intégral

1En dépit de son importance dans l’historiographie médiévale, la relation qu’a faite Robert de Clari de la Quatrième Croisade, que l’on pouvait encore lire en traduction (par le même Jean Dufournet) dans le volume Croisades et pèlerinages dirigé par D. Régnier-Bohler (Laffont, 1997), n’était en revanche plus guère accessible sous sa forme originale. D’où l’intérêt de proposer une nouvelle édition de ce texte, d’autant plus qu’elle nous vient d’un spécialiste plus que reconnu de la question, qui a d’ailleurs tout récemment édité et traduit l’autre Conquête de Constantinople, celle de Villehardouin (GF, 2004).

2Comme le rappelle JD dans son introduction, ce qui fait le prix de ce récit, c’est pour une grande part son auteur, « petit chevalier picard », et le regard personnel qu’il porte sur les événements dont il a été le témoin participant. Regard moins naïf qu’on l’a dit, volontiers critique et presque désabusé, qui, loin de donner de la croisade la vision magnifiée qu’on pourrait attendre d’un homme probablement de peu de culture – et quand bien même à un Robert de Clari presque totalement absent de son œuvre se superposerait la figure plus prestigieuse, à la fois cléricale et chevaleresque de son double fraternel, Aleaume de Clari –, en dresse au contraire un tableau à ras de terre, où les perspectives dominantes sont celles du mépris des hauts homes envers leurs inférieurs, de la lâcheté des grands comme des petits, des divisions entre Chrétiens, de la traîtrise et de la vengeance, de la mesquinerie et de l’ingratitude, et par dessus tout de la cupidité, toute l’entreprise semblant finalement se réduire, de l’embarquement à Venise jusqu’à la seconde prise de Constantinople, à une bien triste histoire de gros sous. Grande qualité du chroniqueur, donc, que ce regard, et qui n’est certes pas la seule: on pourra en prendre la mesure dans l’édition proposée par JD de l’unique manuscrit à nous avoir conservé La Conquête, accompagnée d’une traduction élégante et fluide et complétée par un copieux appareil de notes et diverses annexes, dont un utile index des noms propres.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Robert de Clari, La Conquête de Constantinople », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/157

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org