Navigation – Plan du site

Boèce, Traité de la musique

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Boèce, Traité de la musique, introduction, traduction et notes par Christian Meyer, Turnhout, Brepols, 2004, 352 p., 14x21cm
ISBN 2-503-51741-2

Texte intégral

  • 1  M. Lejbowicz, « Cassiodorii Euclides: Éléments de bibliographie boécienne » dans A. Galonnier (éd. (...)
  • 2  M. Bernhard, « Die Rezeption der Institutio musica des Boethius im frühen Mittelalter », dans Galo (...)
  • 3  Anicius Manlius Severinus Boethius, Fundamentals of Music, translated with an Introduction and Not (...)
  • 4  Boethius, De Institutione Musica, a cura di Giovanni Marzi, Rome, Istituto Italiano per la Storia (...)

1Le destin du De institutione musica de Boèce est étrange. Si l’on excepte une allusion purement rhétorique de son rival Cassiodore1, trois siècles séparent la rédaction du texte de son premier témoin, sans que les spécialistes se soient accordés sur l’origine de l’archétype (voir, dans le livre sous examen, les p. 12-13). Mais, à partir de cette résurgence, quel succès2 ! Entre le VIIIe et le XVe s., ce sont près de cent soixante-dix manuscrits qu’il faut compter, tandis que la Renaissance l’édite à deux reprises et procède chaque fois à une réédition (Venise 1491-2, rééditée en 1497-9 ; Bâle, 1546, rééditée en 1570 ; la Patrologie latine, vol. 63, col. 1167-1300, reprend cette dernière édition). L’époque contemporaine a été plus réservée. Gottfried Friedlein donne en 1867, à partir de onze manuscrits, la première édition critique du traité, qui est rééditée cent ans plus tard, à un an près, par Minerva. À l’occasion d’une traduction anglaise, Calvin Bower amende sur certains points le texte du philologue allemand et améliore surtout l’édition des nombreux diagrammes qui illustrent les développements de Boèce3. En 1990, Giovanni Marzi publie une traduction italienne, en l’accompagnant de la reproduction en fac-similé du texte établi par l’inusable Friedlein4. Il était temps que les médiévistes français non latinistes aient aisément accès à l’un des grands succès de l’édition médiévale.

2Christian Meyer a adopté un parti qui se rapproche de celui de Marzi, sans s’y confondre : d’une part, éditer sur les pages paires le texte de Friedlein, non en fac-similé, mais en en respectant la disposition par pages et par lignes de sorte qu’un numéro identique se retrouve respectivement à la même page et à la même ligne dans l’édition latine de Friedlein et dans sa reprise par Meyer ; et d’autre part, imprimer en vis-à-vis, sur les pages impaires, la traduction. Puisque le traducteur s’était déchargé de l’établissement du texte en reprenant le mixte Friedlein/Bower, le lecteur aurait pu espérer bénéficier de remarques sur le style et le lexique de Boèce. L’espoir était doublement légitime. Boèce compose son traité en s’appuyant sur un ensemble de textes qui n’ont pas les mêmes options théoriques, ni les mêmes visées. Est-ce que cette hétérogénéité se retrouve sous sa plume ? Ou est-ce que le Romain cherche, quand la possibilité lui en est laissée, à harmoniser ses sources ? De plus, la durée de la traduction d’un texte de plus de cent-cinquante pages ne va pas sans créer une familiarité entre le traducteur et l’auteur de l’original, son mode d’écriture, voire son mode de penser. Le lecteur aurait aimé profiter de la connivence qui s’est certainement établie entre Boèce et Meyer. Ses espoirs ne sont pas satisfaits. L’Avant-propos et l’Introduction dont le traducteur dote son travail se limitent à des remarques générales sur le contenu et la fortune du traité. Cette contraction de l’activité traductrice est un peu regrettable. J’en donne un exemple.

  • 5  H. Potiron, Boèce, théoricien de la musique grecque, Paris, Bloud & Gay (Travaux de l’Institut cat (...)

3À la fin de I, ii, 7-11, Boèce reprend la tripartition classique de la musique instrumentale en distinguant les instruments à cordes qui procèdent « intentione/par la tension » ; les instruments à vent qui procèdent « spiritu/par le souffle » ; et les instruments à percussion qui procèdent « percussione/par une percussion ». Il passe, au chapitre suivant, à la production du son en général et explique en I, iii, 16-17 : « Sonus praeter quendam pulsum percussionemque non redditur/On ne peut produire de son sans une vibration et un choc. » Est-ce que la production du son exige bien cet enchaînement d’une vibration et d’un choc dont parle le texte ? Ou est-ce que Boèce a procédé au redoublement d’un substantif faute d’avoir trouvé celui qui lui convient ? De fait, pris au sens strict et dans la continuité du chapitre qui le précède, « percussio » élimine les instruments à cordes et à vent de la production sonore – ce qui n’est sûrement pas l’objectif de l’auteur. Henri Potiron avait choisi de donner au « –que » le sens de « ou » et proposait : « Il n’y a pas de sons sans impulsion ou percussion préalable. »5 Il n’empêche que quelques lignes plus bas, en I, iii, 22-23, Boèce conclut : « Idcirco definitur sonus percussio aeris indissoluta usque ad auditum/Voilà pourquoi le son est défini comme un choc de l’air qui se transmet sans perte jusqu’à l’ouïe. » La précision « percussio aeris » permet d’étendre à tous les instruments la percussion qui, au début du chapitre, semblait réservée à l’une des classes instrumentales : la corde soumise à une tension et le cylindre soumis à un souffle percutent l’air, même si eux-mêmes ne sont pas des instruments à percussion. Le rapport de l’instrumentiste à son instrument diffère de celui de l’instrument à l’air environnant. Le lexique utilisé ne permet pas dans ce passage de différencier nettement ces rôles complémentaires, qui restent dans l’implicite. Plus loin, en II, xxxi, 3-6, Boèce écrit : « Non unus tantum pulsus est, qui simplicem modum emittat vocis, sed semel percussus nervus saepius aerem pellens multas efficit voces/Une seule impulsion ne suffit pas à produire un son, aussi simple que soit la mesure : une corde frappée une seule fois frappe l’air à plusieurs reprises et produit de nombreux sons ». « Pulsus » est cette fois traduit par « impulsion », non par « vibration ». Est-ce justifié ? Le traducteur laisse le lecteur à son interrogation. Quoiqu’il en soit, Boèce n’utilise pas maintenant le même mot pour décrire l’action de l’instrumentiste sur son instrument, « percussus », et l’action de l’instrument sur l’air, « pellens », auquel se rattache à bon droit « pulsus ». En revanche, le traducteur rompt le lien qui unit ce « pulsus » à « pellens » en les traduisant par « impulsion » et « frappe » ; et il en crée un autre entre « percussio » et « pellens » en les traduisant par le même verbe, « frapper ». Il aurait été intéressant de connaître la raison de ses choix successifs. Il reste que « percussus » est utilisé ici pour décrire le rapport de l’instrumentiste à l’instrument à corde. Que devient la famille des mots à laquelle appartient l’» intentio » de I, ii, 7-11 ? Enfin, en IV, i, 14-15, Boèce écrit : « Ut igitur sit vox, pulsu est opus/Pour qu’il y ait un son, il faut un choc. » Après avoir été traduit par « vibration » puis par « impulsion », « pulsus » est maintenant traduit par « choc », qui traduisait en I, iii, 22-23 « percussio ». Est-ce le lexique de Boèce qui est défaillant ? Ou est-ce celui du traducteur ? Confronté à ces incertitudes, le lecteur serait prêt à se rebiffer. Mais n’est-ce pas le charme du dernier travail de Meyer de laisser en suspens les problèmes lexicaux que Boèce lui-même ne semble pas avoir résolus ?

Notes

1  M. Lejbowicz, « Cassiodorii Euclides: Éléments de bibliographie boécienne » dans A. Galonnier (éd.), Boèce ou la chaîne des savoirs. Actes du colloque international de la Fondation Singer-Polignac, Paris, 8-12 juin 1999, Louvain-la-Neuve/Paris– Dudley, MA, Éditions de l’Institut supérieur de philosophie/Éditions Peeters, 2003, p. 301-339 (317-326).

2  M. Bernhard, « Die Rezeption der Institutio musica des Boethius im frühen Mittelalter », dans Galonnier (ed.), Boèce, p. 601-612.

3  Anicius Manlius Severinus Boethius, Fundamentals of Music, translated with an Introduction and Notes by Calvin M. Bower, edited by Claude V. Palisca, New Haven, Yale Univesity Press, 1989.

4  Boethius, De Institutione Musica, a cura di Giovanni Marzi, Rome, Istituto Italiano per la Storia della Musica, 1990

5  H. Potiron, Boèce, théoricien de la musique grecque, Paris, Bloud & Gay (Travaux de l’Institut catholique de Paris), 1961, p. 46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Boèce, Traité de la musique », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/152

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org