Navigation – Plan du site

Les Dits d’Henri d’Andeli

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Les Dits d’Henri d’Andeli, éd. par Alain Corbellari, Paris, Champion (« Les classiques français du Moyen Âge » 146), 2004, 229 p.

Texte intégral

1L’utilité de cette édition ne peut qu’apparaître à quiconque se penche sur la bibliographie concernant Henri d’Andeli, constituée, dans la plupart des cas, d’ouvrages fort datés. L’œuvre de ce clerc normand, actif dans le deuxième quart du XIIIe siècle, mérite sans aucun doute d’être relancée et diffusée à travers cette nouvelle édition, la première, après 1880, à recueillir les quatre textes qui lui sont attribués, à savoir, dans l’ordre : La Bataille des Vins, La Bataille des Sept Arts, le Lai d’Aristote et le Dit du Chancelier Philippe.

2Il s’agit d’un corpus assez homogène, tant pour la taille des textes (entre 204 et 580 vers) que pour les thèmes traités, thèmes qu’AC synthétise à travers quatre centres d’intérêt principaux : le conflit, l’hommage, l’amour des belles-lettres et l’ivresse. À défaut de rechercher des modèles ou des sources directes, l’éditeur insiste sur la nécessité de placer l’œuvre d’Henri d’Andeli à l’intérieur du contexte culturel proche du milieu universitaire parisien : le même milieu qui, à une génération près, donnera naissance à l’œuvre de Rutebeuf. Parmi les quatre poèmes présentés, le Lai d’Aristote fait l’objet, à juste titre, d’une attention particulière, dans la mesure où c’est le seul texte à avoir bénéficié d’une analyse littéraire proprement dite : ce récit exemplaire est centré sur l’image du vieux philosophe qui, à défaut de sa sagesse, est la victime de la séduction, et qui accepte de se mettre à quatre pattes et de se faire chevaucher par une demoiselle malicieuse. La critique précédente a montré les affinités de cette histoire avec un exemplum de Jacques de Vitry, qui a son tour serait inspiré d’un conte oriental. À la lumière des critiques du passé, et en particulier, cela va sans dire, de Joseph Bédier, AC trace les lignes de force d’une discussion qui porte sur l’originalité de l’auteur et sur sa place à l’intérieur des courants littéraires de l’époque. Toujours dans sa riche introduction, AC s’attache à souligner la richesse lexicale de l’auteur, constituée par de très nombreuses images et locutions provenant de différents registres linguistiques, en particulier de ce qu’il appelle « le jargon des clercs ». Toutes ces locutions, qui souvent constituent des hapax, sont d’ailleurs relevées et expliquées ponctuellement dans les notes critiques.

3En ce qui concerne l’édition proprement dite, les deux premiers textes, La Bataille des Vins et La Bataille des Sept Arts, sont dotés d’un apparat exhaustif de variantes, alors que le Dit du Chancelier Philippe comporte une lecture de son manuscrit unique, conduite à travers le relevé des corrections et des erreurs proposées et commises par les éditeurs précédents. L’édition du Lai d’Aristote est faite sur la base de trois manuscrits qui se complètent, et suivie de l’apparat des leçons rejetées. À la fin du volume, AC propose en outre l’édition synoptique, en transcription diplomatique, des six témoins qui constituent la tradition manuscrite complète de ce texte. Il s’agit d’une solution qui se révèle particulièrement heureuse étant donné la richesse de cette tradition : les six témoins présentent en effet des écarts importants concernant surtout l’amplification des parties plus proprement lyriques, écarts que la mise en page permet d’apprécier très clairement. Quant aux deux premiers textes, constitués par les deux batailles allégoriques, le choix de proposer les variantes en transcription diplomatique peut apparaître discutable. En revanche, toutes les notes critiques offrent une réflexion sur le texte très approfondie et convaincante. L’auteur propose une explication et une discussion de tous les lieux variants ; il argumente et justifie chacun de ses choix, en mettant à contribution de façon ponctuelle les solutions adoptées par les éditeurs précédents. L’index des noms propres et le glossaire sont très complets : ils portent les sigles des quatre ouvrages ainsi que des signes conventionnels indiquant les termes qui font l’objet d’une discussion particulière dans les notes critiques.

4Il s’agit en définitive d’une édition tout à fait fiable qui contribuera certainement à l’appréciation de l’œuvre de ce clerc escolier normand dont la renommée mérite sans aucun doute d’être diffusée et, pourquoi pas, réintroduite dans le milieu universitaire parisien dont elle est le produit.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Les Dits d’Henri d’Andeli », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/148

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org