Navigation – Plan du site

Rafael López Guzmán et Ignacio Henares Cuéllar, Andalousie. Art et civilisation

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Rafael López Guzmán et Ignacio Henares Cuéllar, Andalousie. Art et civilisation, traduit de l’espagnol par Divina Cabo [Andalucia : cultura y diversidad, Barcelone, Lunwerg Editores, 2003], Paris, Éditions Mengès, 2004, 336 p., 27,5 x 32 cm, très nombreuses illustrations en couleurs non numérotées
ISBN 2-8562-0446-5

Texte intégral

1C’est à une sorte de tourisme culturel de qualité qu’à leur corps défendant, Rafael López Guzmán et Ignacio Henares Cuéllar convient leurs lecteurs, à ceci près qu’ils substituent aux déambulations pédestres les manipulations manuelles. À l’instar de ce qui se produit parfois lors de la visite d’un monument où le touriste, gêné par d’autres participants ou bousculé par le rythme, n’a pas toujours le loisir de voir aisément et avec toute l’attention requise ce à quoi s’applique le commentaire du guide, le lecteur d’Andalousie. Art et civilisation, ne retrouve pas toujours la reproduction du monument ou celle de l’objet que les auteurs présentent, ou quand il les retrouve plusieurs pages plus loin ou quelques pages plus tôt, il a perdu le passage de la présentation. Il n’est jamais doté que de deux mains et deux yeux ! Pire : le touriste s’est rendu sur le lieu de sa visite. Il est capable de situer géographiquement le lieu où se dresse le monument qu’il visite. Alors que le lecteur d’Andalousie, s’il n’est pas déjà un fin connaisseur de la carte de l’Espagne, n’est aucunement aidé par l’ouvrage pour situer spatialement les beautés qui sont proposées à son admiration. L’ouvrage brille par sa totale absence non seulement de carte mais aussi de plan, cet instrument incomparable pour saisir la logique qui a présidé à la construction d’un monument.

2En revanche, l’illustration en couleurs, excellemment servie par le format du livre, est d’une grande qualité, même si l’on regrette parfois que la chambre n’ait pas été utilisée pour redresser la perspective. Paradoxalement, par leur qualité même, les reproductions n’ont pas été conçues pour accompagner le texte. Elles cherchent à susciter un contentement visuel qui se suffit à lui-même, à procurer une satisfaction esthétique détachée d’une analyse technique ou d’une présentation historique. Elles deviennent le support d’un hédonisme culturel. Ces défaillances sont d’autant plus regrettables que le texte lui-même témoigne d’un savoir sûr. Il couvre la totalité de l’histoire de la région sous examen, et même au-delà, puisqu’il commence avec les traces préhistoriques. López Guzmán se charge de ces lointains commencements qu’à travers les diverses colonisations méditerranéennes, il prolonge jusqu’à la fin du moyen âge (chap. 1 à 3). Henares Cuéllar prend le relais à la Renaissance pour conduire le lecteur jusqu’au XXe siècle (chap. 4 à 8). On peut regretter le titre de la version française. L’original espagnol résumait avec plus de pertinence les propos des deux auteurs : la multiplicité des cultures qui se sont développées sur le sol andalou n’a pas empêché la forte spécificité de la région, qui a donné toute sa mesure avec l’expansionnisme de la Renaissance.

3Il n’est pas trop tard de signaler aux médiévistes que l’excellent livre de Pierre Guichard, Al-Andalous, 711-1492, Paris, Hachette-Littératures, 2000 a été traduit en espagnol, corrigé et amplifié : Pierre Guichard, De la Expansión Árabe a la Reconquista : Esplendor y Fragilidad de Al-Andalus, Grenade, Junta de Andalucía / Fundación El Legado andalusí, 2000. Cette édition espagnole bénéfice de surcroît d’une riche illustration en couleurs, qui, si elle n’a pas l’éclat d’Andalousie. Art et civilisation, est pédagogique à souhait. Pourquoi l’édition met-elle le lecteur en demeure de choisir entre l’image didactique et l’image esthétique ?

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Rafael López Guzmán et Ignacio Henares Cuéllar, Andalousie. Art et civilisation », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/147

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org