Navigation – Plan du site

Al-Qabisi (Alcabitus), The Introduction to Astrology

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Al-Qabisi (Alcabitus), The Introduction to Astrology. Editions of the Arabic and Latin texts and an English translation, by Charles Burnett, Keiji Yamamoto and Michio Yano, Londres/Turin, The Warburg Institute/Nino Aragno Editore (“Warburg Institute Studies and Texts” 2), 2004, VIII-516p., 17x 24cm, quatre appendices, sept index (glossaire arabe-latin, glossaire latin-arabe, glossaire grec, noms des lieux et des nations, noms des personnes et des auteurs, index de la versions d’al-Qabīsī, index général), bibliographie,
ISBN 0-85481-132-X

Texte intégral

  • 1  Abū Ma‘šar, The Abbreviation of the Introduction to Astrology, together with the medieval latin tr (...)
  • 2 Abū Ma‘šar, On Historical Astrology. The Book of Religions and Dynasties (On the Great Conjunctions (...)
  • 3  Gerrit Bos, Charles Burnett, Scientific Weather Forcasting in the Middle Ages. The Writing of al-K (...)

1Avec une constance remarquable, Charles Burnett et ses associés poursuivent l’édition et la traduction anglaise de traités d’astrologie rédigés en arabe et traduits en latin au XIIe siècle. Après Abū Ma‘šar et Adélard de Bath1, puis Hermann de Carinthie et Jean de Séville2, et après al-Kindī et un anonyme latin sans oublier les deux versions hébraïques, l’une de Kalonymus b. Kalonymus et l’autre d’un anonyme3, voici al-Qabīsī et, à nouveau, Jean de Séville.

2L’ouvrage al-Qabīsī est un manuel d’initiation à l’astrologie en cinq chapitres. Le premier, de loin le plus long, présente le zodiaque, ses diverses divisions et leurs divers regroupements ; puis, les signes du zodiaque et leurs affinités avec les planètes, les parties du corps et les régions ; enfin, descendant d’un nouvel échelon dans l’analyse, les forces et les faiblesses de certains degrés des signes du zodiaque. Il passe ensuite des conditions essentielles signifiées par la sphère céleste aux conditions accidentelles signifiées par la sphère locale. Cette dernière se divise à son tour en douze parties appelées maisons, lesquelles se regroupent en quadrants délimités par l’horizon et le méridien d’un lieu.

3Le deuxième chapitre aborde les sept planètes, étant entendu que la lune et le soleil sont intégrés à la suite qui commence à Mercure et se termine avec Saturne. Elles y sont considérées dans leur nature. Tous les états et toutes les situations humaines sont ainsi envisagés. Al-Qabīsī introduit les nœuds lunaires – les intersections de la trajectoire de la lune avec l’écliptique – auxquels il attribue des qualités planétaires. Le nœud ascendant, autrement dit : la Tête du Dragon, combine la nature de Jupiter à celle de Vénus ; et le nœud descendant, la Queue du Dragon, la nature de Mars à celle de Saturne. Pour terminer, chaque étape de certains phénomènes évolutifs - le développement de l’embryon, la progression de la vie humaine, le défilement des heures du jour et de celles de la nuit - est placée sous la domination d’une planète. Le troisième chapitre traite également des planètes en les envisageant cette fois dans leurs accidents, c’est-à-dire dans leurs positions à l’intérieur des signes du zodiaque et des maisons et dans les rapports qui s’établissent entre elles.

4Les données astrologiques de base ayant été posées, al-Qabīsī passe aux applications pratiques avec le quatrième chapitre, qui témoigne de l’étendue de ses lectures astrologiques, grecques et arabes et subsidiairement indoues, au point que ces références perturbent l’ordre de l’exposé. Il aborde non pas successivement mais à diverses reprises : le déroulement de l’histoire générale scandée par les conjonctions de Saturne et de Jupiter, de Saturne et de Mars, et des luminaires à des degrés privilégiés du zodiaque ; le choix des éléments astronomiques à prendre en considération à la naissance d’un individu ; la prévision du temps. Des exemples sont régulièrement donnés. Le dernier chapitre est consacré aux parts : l’écart angulaire entre deux planètes détermine le degré du zodiaque qui forme le même écart à partir du degré ascendant. Chacune des parts ainsi calculées est dotée d’une signification spécifique.

5Comme il le fait pour la plupart de ses livres d’astrologie, Al-Qabīsī dédie celui-ci à l’émir hamdānide d’Alep, Sayf al-Dawla (915-967), dont la cour, à laquelle il appartint, fut brillante. Al Farābī y séjourna, tout comme le géographe Ibn Hawkal, sans compter les philologues, les grammairiens et les épistoliers. Mais elle se distingue surtout par l’éclat de ses poètes avec Abū Fīras, al-Mutanabbī et al-Isfahanī. Les livres d’astrologie d’al-Qabīsī, et l’enchantement du monde qu’ils illustrent, devaient apporter une touche savante à cet ensemble marqué du sceau des lettres. Leur fortune dépasse toutefois les limites de la cour hamdanide. Pour s’en tenir à l’Introduction à l’astrologie, elle survit dans au moins vingt-cinq manuscrits arabes, dont deux sont écrits en caractères hébraïques, et dans plus de deux cents manuscrits latins, sans compter les versions française (trois mss.), anglaise (cinq mss.) et allemande (dix mss.). Elle est commentée au XIVe siècle par Jean de Saxe, dont le travail touche un large public comme en témoignent ses trente-deux manuscrits ; elle l’est également par d’autres auteurs, toujours au XIVe siècle et encore au XVe, sans que ces commentaires connaissent le succès de celui de Jean de Saxe (Cecco d’Ascoli, Jean de Stendal, Louis de Langles, Jerónimo Muñoz, plus des attributions mal assurée : Albert d’Opatow et Nicolas de Comitibus, et, enfin, des anonymes). Elle est finalement imprimée douze fois entre 1473 et 1521. Les éditeurs ordonnent cette masse imposante de documents variés avec une étonnante érudition et une remarquable maîtrise, même s’ils refusent d’établir un stemma des manuscrits arabes et se contentent, pour les manuscrits latins, d’une esquisse de stemma. Si l’Introduction à l’astrologie suscite encore au XXIe siècle un travail d’une telle ampleur, c’est qu’elle possède d’éminentes qualités. Est-ce qu’al-Qabīsī ne forcerait pas ses lecteurs à admettre qu’il est né sous une bonne étoile ?

Notes

1  Abū Ma‘šar, The Abbreviation of the Introduction to Astrology, together with the medieval latin translation of Adelard of Bath, edited and translated Charles Burnett, Keiji Yamamoto, and Michio Yano, Leyde, Brill (Islamic philosophy, theology and science. Texts and Studies, XV), 1994.

2 Abū Ma‘šar, On Historical Astrology. The Book of Religions and Dynasties (On the Great Conjunctions), edited and translated Keiji Yamamoto, and Charles Burnett, Leyde, Brill (Islamic philosophy, theology and science. Texts and Studies, XXXIII), 2000, 2 vols.

3  Gerrit Bos, Charles Burnett, Scientific Weather Forcasting in the Middle Ages. The Writing of al-Kindī, Studies, Editions, and Translations of the Arabic, Hebrew and Latin Texts, Londres/ New York, Kegan Paul International (Sir Henry Wellcome Asian Series, ), 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Al-Qabisi (Alcabitus), The Introduction to Astrology », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2004, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/146

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org