Navigation – Plan du site

Romain Telliez, « Per potentiam officii ». Les officiers devant la justice dans le Royaume de France au XIVe siècle

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Romain Telliez, « Per potentiam officii ». Les officiers devant la justice dans le Royaume de France au XIVe siècle, Paris, Champion (« Études d’histoire médiévale », 8), 2005, 704 p., 15,5 x 22,5 cm, trois index (des graphiques, des noms de personnes et des noms de lieux), bibliographie
ISBN 2-7453-1104-2

Texte intégral

1Romain Telliez situe dans la perspective d’une histoire politique une étude qui paraît porter au premier abord sur l’exercice de la justice au XIVe s. et plus précisément sur cet exercice réduit aux poursuites dont les officiers de justice sont eux-mêmes l’objet. En fait, son travail se place au croisement de deux thématiques. L’une d’elles cherche à élucider les rapports concrets, directs, qui se nouent à l’échelon local entre les représentants de la puissance publique et, d’autre part, les populations dont ils ont la charge. L’autre thématique se spécialise dans l’étude de la délinquance et de la criminalité. Ainsi conçue la justice est à double titre un élément privilégié du pouvoir politique : elle en est, à la fois, l’instrument coercitif et l’instrument intégrateur. Elle instaure un système normatif des comportements tout en se donnant les moyens de le faire respecter.

  • 1  Telliez consacre la première partie de son Introduction, p. 55-70, à la présentation des critiques (...)

2Telliez mène son enquête en s’appuyant sur le dépouillement de 2 628 cas, retenus dans les archives du Parlement de Paris et dans celles de quelques cours de province. Il soumet son corpus à la quantification que l’établissement d’une base de données autorise et à l’exploitation statistique des résultats ainsi obtenus. Les parties les plus techniques de ces traitements ne sont qu’effleurées dans son livre (p. 173-207, avec quatre renvois, p. 176, n. 3, p. 184, n. 1, p. 186, n. 3 et p. 187, n. 2, à la thèse dactylographiée dont le livre est issu pour le traitement complet des problèmes abordés ; une annexe de son livre aurait pu reprendre ces parties-là pour la commodité et l’instruction des lecteurs intéressés). Il ramène, dans cette première partie, ses études de cas à une moyenne. Avec la prudence que dictent l’état des archives et la nature de la documentation, il invite à un parcours minutieux et sinueux où sont successivement examinés Officiers et sujets (deuxième partie), Le contentieux (troisième partie) et Le traitement judiciaire (quatrième partie). Il parvient au final à des conclusions décapantes1.

3La qualité des comportements des officiers de justice est une préoccupation constante du pouvoir royal. Celui-ci organise depuis le milieu du XIIIe s. un contrôle de ses agents qui s’avère efficace. L’histoire des écarts de conduite dont les officiers se rendent coupables et celle des réactions dont les administrés se montrent capables illustrent moins l’histoire de l’institution judiciaire que celle de l’État, celui-ci étant conçu comme la résultante des rapports qui s’établissent entre les représentants de la puissance publique et les populations qu’ils encadrent. La justice médiévale n’est pas cette administration falote, privée de puissance et d’équité, à laquelle elle a été trop souvent réduite, à la suite des témoignages littéraires stéréotypés. Son fonctionnement relève d’un pragmatisme de bon aloi et témoigne d’un rendement satisfaisant. Elle recourt à une variété de peines qui indique une adaptation intelligente à la diversité des contentieux. À l’autre bout de la chaîne, la résistance des assujettis ne s’identifie pas aux comportements déviants. Elle incarne des valeurs qui n’assimilent pas la soumission à la vertu. Elle est « le point de départ d’une posture critique aussi salutaire pour la collectivité que libératrice pour l’individu. » (p. 685)

4Telliez a su présenter une multitude de cas sans se perdre dans l’anecdote et en dégageant les tendances lourdes qui forment la trame d’une civilisation.

Notes

1  Telliez consacre la première partie de son Introduction, p. 55-70, à la présentation des critiques formulées contre les officiers dans les œuvres littéraires. On peut regretter qu’il néglige les instruments ordinaires de l’histoire de la littérature. Contrairement à ce qu’il dit p. 59, n. 1 et p. 70 n. 4, le Jean Dupin auteur des Mélancolies n’est plus assimilé au Jean Dupin docteur en théologie, prieur de Saint-Martin-des-Champs, puis abbé de Cluny : voir S. Lefèvre, « Jean Dupin » dans G. Hasenohr et M. Zink (eds), Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Romain Telliez, « Per potentiam officii ». Les officiers devant la justice dans le Royaume de France au XIVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/144

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org