Navigation – Plan du site

René d’Anjou, Le Mortifiement de Vaine Plaisance, présenté, édité et traduit par Gilles Roussineau

Fabienne Pomel
Référence(s) :

René d’Anjou, Le Mortifiement de Vaine Plaisance, présenté, édité et traduit par Gilles Roussineau, Genève, Droz (« Textes Littéraires Français »), 2015, 153 p.

ISBN 978-2-600-01950-7

Texte intégral

1En 1455, René d’Anjou écrit ce texte de dévotion, deux ans avant son Livre du cœur d’amour épris. Il s’agit d’une réflexion existentielle, et plus précisément d’un ouvrage de spiritualité ascétique, dans l’esprit franciscain de Bernardin de Sienne que René connaît bien : dans le sillage de la devotio moderna, il invite à une méditation et une imitation de la Passion du Christ. L’Ame après s’être plaint de son cœur et abandonnée à la lamentation, non sans quelques traits satiriques au passage, voit surgir Crainte de Dieu et Contrition qui vont l’exhorter à se ressaisir et à leur confier son cœur. Elles vont à leur tour remettre ce cœur à Foi, Espérance, Charité et Grâce de Dieu qui vont le crucifier afin de le purifier, avant de le restituer à l’Ame pour un nouveau départ spirituel. Combinant narration et mise en scène théâtrale grâce à la figure de l’Acteur qui est à la fois narrateur et spectateur, ce texte s’appuie aussi sur le modèle du sermon, en mobilisant anecdotes, exempla et paraboles pour mieux convaincre et stimuler la mémoire, et encourager la prise de conscience de l’urgence à se purifier pour assurer son salut.

2L’ouvrage publié par Droz est luxueux, en in-4° sur un papier de belle qualité. Il propose une édition et une traduction du texte en regard, accompagnées d’un riche paratexte : une introduction, un cahier de seize planches en couleur, une liste des variantes, des notes, une table des noms propres, un glossaire et une bibliographie.

3Le travail de G. Roussineau se démarque donc des précédentes éditions non seulement par le manuscrit de base choisi (Berlin, Kupfersichkabinett Staatliche Museen Preussicher Kulturbesitz, ms. 78C5) mais aussi par le couplage bienvenu du texte et de la traduction. En effet, Isabelle Fabre avait déjà proposé une traduction accompagnant le fac-similé du manuscrit Bodmer mais sans le texte original (PUF/Fondation Bodmer, 2009), tandis qu’inversement, Théodore de Quatrebarbes et Frédéric Lyna avaient fourni des éditions sans traduction, l’un en éditant le manuscrit de Paris BNF, fr. 19039 dans ses œuvres complètes du Roi René, duc d’Anjou (1844-1846) et l’autre en proposant une édition diplomatique du ms. 10308 de la Bibliothèque de Bruxelles en même temps qu’une étude des manuscrits à peintures (1926). On se réjouit donc de cette possibilité de double lecture conjointe. On s’interroge en revanche sur le choix de ne retenir que trois des huit miniatures du manuscrit de Berlin, exécutées par un peintre de la cour d’Anjou-Provence s’inspirant du manuscrit de Metz, au profit de quatre folios illustrés du manuscrit de la Pierpont Morgan Library, cinq de celui de la Bibliothèque municipale de Metz et quatre du manuscrit Bodmer : ils permettent certes de comparer notamment les illustrations systématiques dans les manuscrits des paraboles du charretier, de la vieille femme se rendant au moulin et du soldat assiégeant une forteresse, mais amputent la série du manuscrit choisi comme base.

4L’introduction propose un résumé détaillé et une mise en perspective dans le contexte littéraire et spirituel du XVe siècle, ainsi qu’une présentation de la tradition manuscrite et des illustrations (sept des onze manuscrits illustrent les mêmes passages) et des observations sur la langue. La traduction se lit agréablement et propose une prose toujours fluide et élégante, ce qui garantit une lecture confortable et indépendante de l’original. G.R. a choisi pour les quelques passages en vers une traduction en prose mais dans une disposition juxtalinéaire qui les met en exergue. Sa tendance à une syntaxe ample y est perceptible en comparaison des propositions d’I. Fabre, plus ramassées et respectueuses du segment du vers sur ces passages en décasyllabes, comme on peut le voir sur un petit échantillon :

5Pense à ton état sans davantage perdre de temps,
Ne laisse plus errer ta pensée, fais ce que tu as à faire, il en est temps.
Ne t’en remets à personne qui vive,
Car nul ne rendra des comptes à ta place ;
Le moment venu, tu seras convoquée seule
Et subitement. Aussi sois remplie de crainte,
Car quand par la mort tu seras séparée de ton corps,
Le diable, alors, t’accusera assurément
De tes péchés et requérira (sic : il faudrait « requerra »)
Contre toi avec véhémence et autant qu’il le pourra
Pour te conduire avec les damnés
Dans l’abîme de l’enfer, où il te fera
Subir un horrible tourment qui n’aura,
Hélas, jamais de fin. (…) G.R. p. 15

6Pense à ton sort sans plus tergiverser,
Ne rêve plus ; agis : il est grand temps !
N’attends plus de secours d’aucune créature,
Car nulle autre pour toi ne viendra plus plaider.
Seule, le moment venu, tu seras convoquée
Sans préavis : tremble donc de frayeur,
Car lorsque par la mort tu quitteras ton corps,
Le diable ne manquera pas alors de t’accuser,
Arguant de tes péchés, et ne cessera pas ses attaques
Contre toi en s’acharnant cruellement,
Afin de t’emmener avec les réprouvés
Dans le gouffre de l’enfer, où il te soumettra
A un horrible tourment qui jamais
N’aura de fin. (…) I.F. p. 206-207

7On aurait pu imaginer un choix comparable à celui de Didier Lechat et Dominique Demartini dans le Livre du duc des vrais amants (Champion, 2013) et démarquer ces passages par des effets de rimes voire de compte syllabique pour mieux souligner l’effet de scansion et de relief par le contraste du vers sur la prose.

8Quelques calques pourraient être éliminés tels que « je, René » à l’ouverture auquel on peut préférer le « moi, René » pour lequel avait opté Isabelle Fabre. La proposition d’I. Fabre pour traduire la curieuse notation « l’Ame estoit a terre plus bas que assise et ung petit plus hault levee que du tout a terre gisant » (p. 12) (« l’Ame se tenait par terre, plus recroquevillé que si elle était assise et un peu plus redressée que si elle avait été étendue de tout son long ») semble préférable au calque de G. Roussineau (« l’Ame se tenait, plus bas que assise, mais plus haut que si elle était complètement étendue à terre »). Par ailleurs, « depuis le sein en hault » est curieusement calqué en « (…) sa gorge, sa poitrine et l’habit qu’elle portait, depuis les seins, en haut, en étaient inondés » (p. 10-11). Pourquoi pas : « depuis l’encolure du vêtement » ou « depuis le haut du corsage » ? Mais ces quelques bizarreries ne sont que des scories ponctuelles et rares. G.R. s’éloigne souvent avec raison et bonheur du calque, en traduisant par exemple « longues parolles » par « sermon » (p. 66). De même, ses propositions pour rendre le verbe « songer » sont excellentes : « ne songe plus en l’endormy penser » est rendu finement par « Cesse de t’abîmer dans une rêverie apathique » (p. 84-85) ou « Ne veulles plus songier» par « Cesse de te perdre dans tes pensées ».

9Restent à évoquer quelques regrets ponctuels sur la perception de la dimension allégorique du texte : le terme « allégorie » n’est utilisé dans l’introduction qu’au sens restreint de « personnification » (p. XIV), alors qu’on pourrait inclure dans l’allégorie le recours aux réifications et aux paraboles. G.R introduit dans sa traduction le terme « symbolique » à la place d’« allégorique » lorsqu’il évoque les trois « exemples » comme des « récits symboliques » (p. 65). Or leur accompagnement systématique par des gloses, sous la forme d’équivalences, correspond parfaitement à la définition de l’allégorie proposée par A. Strubel comme déclinaison systématique d’une métaphore matrice dans des métaphores secondaires, mettant en place un réseau d’analogies entre deux isotopes. On pourrait donc opter pour « récits allégoriques » ou préférer plus sobrement avec I. Fabre « récits exemplaires ». De même, « signifier » est à plusieurs reprises traduit par « symboliser » (p. 64-76), terme dont on peut penser qu’il vient introduire inutilement un effet savant voire ambigu, là où signifier ou représenter pourraient convenir. Comme dans tous les textes allégoriques, on peut enfin s’interroger sur l’usage des majuscules. Ainsi, on relève à deux reprises (p. 15 et 78) une majuscule à Ouvrier, qui désigne Dieu, là où elle ne s’impose pas (I. Fabre optait pour la minuscule). Inversement, pour les inscriptions figurant sur les emblèmes des quatre dames, G.R. adopte des minuscules (par exemple « souveraine puissance », p. 77) là où I. Fabre avait choisi les majuscules (« Souveraine puissance », p. 257) pour souligner la dimension allégorique des réifications. La frontière entre nom propre et nom commun dans un texte allégorique reste problématique.

10La bibliographie, très utile, permet de percevoir que si la figure de René d’Anjou et son rôle de mécène dans le monde des arts ont suscité de nombreux travaux, les études proprement littéraires de ce texte se comptent encore sur les doigts de la main. Le classement de la bibliographie en sous-catégories plus fines aurait permis de distinguer les études critiques et les œuvres apparentées comme celle de Gerson ou Brunetto Latini, mêlées dans la rubrique « Choix d’ouvrages et d’articles ; textes et études cités dans l’introduction ».

11Les notes, qu’elles concernent le contexte biographique ou historique, les sources des citations ou les effets d’intertextualité ou encore le lexique sont toujours précieuses pour éclairer le contexte ou caractériser la langue dans une perspective diachronique, d’autant que les éditions précédentes en étaient dépourvues : il fallait se reporter à l’introduction et aux notes utiles de M. Zink pour l’édition PUF/Fondation Bodmer. Le chantier reste ouvert pour détailler les sources d’inspiration et l’arrière-plan des lectures et connaissances de René : par exemple, quels cheminements pour aboutir à la « similitude » du charretier et des deux chevaux, l’un aveuglé et l’autre assourdi, pour conduire l’âme, lointains échos au char de Prudence dans l’Anticlaudianus d’Alain de Lille, ou du char de l’âme du Phèdre ?

12Le glossaire et les notes de G. Roussineau permettent souvent de nourrir une intéressante réflexion sur le lexique. Les fluctuations de genre de mots comme arbre, ame ou euvre comptent parmi les nombreuses riches observations des notes. Les emplois nouveaux ou rares de mots sont relevés : par exemple une occurrence de medicine au sens de « femme exerçant la médecine » (p. 78) ou une attestation unique de correctionnel (p. 27, 29, 32) au sens de « qui corrige ». G.R. observe également que similitude « est rare en moyen français » et que Gerson l’emploie ; on peut ajouter au passage que ce mot savant est introduit par Jean de Meun, légèrement précédé par Brunetto Latini.

13On ne peut que se réjouir de ce nouvel outil pour diffuser le texte de René d’Anjou, quelque peu éclipsé par le Cœur d’amour épris, alors que les deux textes constituent un diptyque au-delà de leur apparente opposition d’esprit. Reste une interrogation sur les choix de présentation et le ciblage du public : les renseignements codicologiques et érudits (description des manuscrits, variantes), bien que ramassés (trois pages de remarques sur la langue), visent incontestablement un public savant, tandis que le caractère luxueux de l’édition et des reproductions peuvent séduire les amateurs éclairés. Le prix (39 euros), très raisonnable au vu de la qualité matérielle et savante de l’ouvrage, ne le met pourtant pas à portée de bourse des étudiants, comme si les éditeurs s’ingéniaient à frustrer systématiquement une partie du public potentiel des textes médiévaux. De même, la présentation des notes et variantes après le texte, avec référence des paragraphes et lignes plutôt que des appels de notes associées à des notes en bas de pages, n’encourage pas le lecteur à les consulter. Ce choix ne lui facilite en tout cas pas la tâche.

14Cet ouvrage n’en reste pas moins à saluer par la mise à disposition conjointe du texte et d’une traduction de qualité éclairée par un riche apparat critique : il contribue incontestablement à promouvoir une meilleure connaissance de l’œuvre de René d’Anjou.

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Pomel, « René d’Anjou, Le Mortifiement de Vaine Plaisance, présenté, édité et traduit par Gilles Roussineau  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 07 septembre 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/14161

Haut de page

Auteur

Fabienne Pomel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org