Navigation – Plan du site

Anna Isabell Wörsdörfer, Von heroischen Bürgern, tapferen Rittern und liebenden Hirten : Literarische Mittelalterbilder im Frankreich des 18. Jahrhunderts

Daniele Maira
Référence(s) :

Anna Isabell Wörsdörfer, Von heroischen Bürgern, tapferen Rittern und liebenden Hirten : Literarische Mittelalterbilder im Frankreich des 18. Jahrhunderts, Heidelberg, Universitätsverlag Winter (« Studia Romanica » 205), 2016, 342 p.

ISBN 978-3-8253-6653-7

Texte intégral

1Avec cet essai, Anna Isabell Wörsdörfer se propose de combler une lacune, à savoir l’étude de la mémoire historique et littéraire du Moyen Âge dans la littérature française du XVIIIe siècle. L’objectif est de voir comment émerge, à l’aide des théories sur la mémoire culturelle (« Erinnerungskulturen »), une conscience historique du Moyen Âge (cf. chapitre 2 : « Zum Konzept : Mittelalterrezeption innerhalb des kollektiven Gedächtnisses des 18. Jahrhunderts »). Pour ne pas en rester aux images inconciliables traditionnelles – d’une part, le « bon vieux temps » promu par le conservatisme idéalisant du style troubadour, et d’autre part, les siècles « grossiers » et les ténèbres imprégnées de superstition –, l’auteure souhaite relever toutes les graduations possibles de la représentation littéraire du Moyen Âge au siècle des Lumières. Pour ce faire, une attention particulière, tout au long de l’essai, est accordée aux institutions savantes qui s’intéressent à la fabrique de la mémoire et à la transmission écrite du patrimoine médiéval (p. ex. les Bénédictins de Saint-Maur, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, la Bibliothèque Universelle des Romans, etc.), aux querelles internes (des germanistes et des romanistes, des troubadours et des trouvères) qui alimentent cette mémoire, ou à un lectorat aristocrate qui reste malgré tout difficile à saisir. L’auteure a raison de relever que les limites chronologiques du Moyen Âge sont difficiles à déterminer, car dans le genre troubadour la période médiévale peut se prolonger jusqu’au XVIe siècle (cf. p. 23) ; on peut cependant regretter que cette question n’ait pas été problématisée davantage, par exemple à partir de textes historiographiques ou de l’Encyclopédie, ce qui aurait sans doute permis d’affiner la présentation des différentes mémoires culturelles.

2Sur le plan littéraire, l’auteure présente la variété générique (style troubadour, roman gothique, parodie de l’épique médiéval, roman chevaleresque, etc.) des textes qui ont mis en fiction la période médiévale. Trois images sont retenues : le Moyen Âge guerrier, le Moyen Âge courtois, le Moyen Âge pastoral. L’essai est structuré autour de ces trois axes thématiques qui abordent à chaque fois des œuvres littéraires précises. À propos du premier axe sur le Moyen Âge guerrier (chapitre 4 :  « Kriegerisches Mittelalter – Herrscher und Untertanen in Kriegs- und Krisensituationen »), l’auteure s’intéresse en réalité moins à la représentation de la guerre qu’aux enjeux politiques de la mise en fiction de la période médiévale : dans Childeric Premier, Roi de France de Louis-Sébastien Mercier (1774), le débat porte sur l’origine de la monarchie, alors que les volumes de la Bibliothèque Bleue, qui célèbrent la royauté, portent tous la marque du conservatisme moral et politique et se lisent surtout comme des textes d’évasion. D’autres réflexions portent sur des œuvres qui instrumentalisent la guerre de Cent Ans pour illustrer l’héroïsme médiéval et pour problématiser les conflits de mémoire politico-historiques : Le siège de Calais de De Belloy (1765), à propos du patriotisme à la fois royaliste et bourgeois ; Jean sans Peur de D’Ussieux (1774), sur le rétablissement des lois après une période de troubles sanglants ; La Pucelle d’Orléans de Voltaire (1773), parodiant le merveilleux chrétien ainsi que la légende catholico-royaliste de Jeanne d’Arc au nom du combat contre le fanatisme religieux.

3Le deuxième axe sur le Moyen Âge courtois (chapitre 5 : « Höfisches Mittelalter – ritterliche Liebes- und Waffentaten zwischen Normabweichung und Ideal ») s’intéresse à la réécriture moderne d’œuvres médiévales, par exemple la dramatisation « terrible » du Moyen Âge dans Fayel (1770) de Baculard d’Arnaud, qui penche du côté d’une construction sombre de cette période, ou encore les adaptations et la réappropriation nationale de la matière de Bretagne, à propos desquelles sont analysés de plus près le Mémoire concernant la lecture des anciens Romans de Chevalerie de Lacurne, le “Prospectus” de la Bibliothèque Universelle des Romans, ainsi que quelques romans de chevalerie. Enfin, dans le troisième axe sur le Moyen Âge pastoral (chapitre 6 : « Ländliches Mittelalter – Liebes- und Lebensentwürfe in der Natur »), l’image « claire » (« hellen Mittelalterbides », p. 249) et « heureuse » (« fröhlichen Mittelalters », p. 256) du Moyen Âge est étudiée à travers le roman pastoral Estelle de Florian (1787), qui active une mémoire culturelle régionale et occitane (contrairement à une mémoire nationale des romans de chevalerie étudiée dans le chapitre précédent), ou encore les récits de Mme Riccoboni rédigés dans un style troubadour, dans lesquels des aristocrates fuient la cour pour chercher leur bonheur dans la nature.

4De manière plus générale, le plan du livre peut sembler discutable. L’essai porte sur les différentes mémoires culturelles et sur les conflits de ces mémoires, ce qui est précisé dans le long chapitre méthodologique (p. 23-68), mais le plan adopté est thématique, ce qui simplifie les résultats de l’enquête. On hésite en effet entre une description des représentations littéraires du Moyen Âge (en tant que période héroïque, pervertie, exemplaire, vertueuse, heureuse et « claire » ou sombre et terrible, etc.) et les différents usages des mémoires culturelles. Il aurait été plus cohérent de voir comment les conflits de mémoire – mémoire favorable à la bourgeoisie versus mémoire aristocratique, mémoire nationale versus mémoire régionale, mémoire conservatrice versus mémoire plus proche des idées des Lumières, etc. – construisent une image hétéroclite et manipulable du Moyen Âge à partir d’enjeux poétiques, philosophiques, politiques, historiques ou littéraires. Au lieu d’une subdivision thématique en trois parties, il aurait été alors plus fructueux de rassembler de manière transversale toutes les œuvres du corpus autour de ces champs problématiques communs : par exemple, le Moyen Âge guerrier est avant tout – ainsi que l’auteure l’a bien montré – un lieu de mémoire qui permet d’interroger l’origine de la monarchie d’après les thèses des germanistes et des romanistes, ce qui signifie qu’un certain nombre d’œuvres sur le Moyen Âge courtois aurait pu figurer également dans ce premier axe et développer une réflexion tant historique que philosophico-politique.

5Plusieurs chapitres proposent des analyses détaillées d’œuvres rarement étudiées (par exemple Sargines de Baculard d’Arnaud et Bliombéris de Florian), mises ici en dialogue avec d’autres textes qui mettent en intrigue le Moyen Âge. Ces études de cas (voir surtout le chapitre 3 sur Les Chevaliers du cygne ou la cour de Charlemagne de Mme de Genlis, qui propose une synthèse exemplaire des trois axes) peuvent être lues avec beaucoup de profit et apportent incontestablement une contribution à la compréhension d’une mémoire diversifiée du passé médiéval au siècle des Lumières.

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniele Maira, « Anna Isabell Wörsdörfer, Von heroischen Bürgern, tapferen Rittern und liebenden Hirten : Literarische Mittelalterbilder im Frankreich des 18. Jahrhunderts  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 07 septembre 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/14158

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org