Navigation – Plan du site

Vérène de Diesbach-Soultrait, Six siècles de littérature française. XVIe siècle. Bibliothèque Jean Bonna

Bruno Méniel
Référence(s) :

Vérène de Diesbach-Soultrait, Six siècles de littérature française. XVIe siècle. Bibliothèque Jean Bonna, Genève, Droz, 2017, 2 t., 230 et 214 p.

ISBN 978-2-600-05794-3

Texte intégral

1Peu après le décès de Jean Paul Barbier-Mueller, qui avait publié chez Droz les sept volumes de sa Bibliothèque poétique, paraît le troisième volume de Six siècles de littérature française, consacré aux ouvrages du XVIe siècle d’un autre grand collectionneur genevois, Jean Bonna, qui, dans l’avant-propos, rend hommage à celui qui partageait sa passion pour la Renaissance. Comme les précédents, publiés en 2010, qui portaient sur les XVIIe et XVIIIe siècles, ce volume, qui présente les descriptions bibliographiques détaillées de 368 livres choisis, a été rédigé par Vérène de Diesbach-Soultrait, conservatrice de la bibliothèque Jean Bonna. Certains de ces livres ont été exposés à la récente exposition de l’Arsenal (21 avril-24 mai 2015), qui a donné lieu à la publication d’un beau catalogue, Bibliothèques de Bibliophiles. Jean Bonna. Passions littéraires françaises.

2Cette collection est vraiment exceptionnelle par sa diversité et par la qualité de chaque livre qui la compose. La diversité tient au fait que toutes les époques de l’édition du XVIe siècle sont représentées. Ainsi, la collection comprend des publications anonymes du début du siècle, sans lieu ni nom ni date, comme Les ventes d’amour ou Les demandes damour avecques les responses. Elle accorde une place aux éditions gothiques produites par les deux Jean Trepperel (n° 161, 170, 238). Elle comprend les œuvres de poètes peu connus tels qu’Almanque Papillon, Ferry Julyot, Pierre Boton, Jean-Édouard du Monin, Clovis Hesteau de Nuysement. La collection est surtout composée de livres de poésie, mais elle accueille aussi des ouvrages rares remarquablement illustrés, historiques comme la Kronika von der loblichen Eydtgnoschaft (1507) de Petermann Etterlin, scientifiques comme La théorique des cielz mouvemens et termes practiques des sept planetes (1528) d’Oronce Fine, ou artistiques comme la Divina proportione (1509) de Luca Pacioli, Underweysung der messung (1525) de Dürer ou le Livre de Perspective (1560) de Jean Cousin père.

3Jean Bonna a été sensible à tout ce qui peut faire l’intérêt et la valeur d’un livre. Il a tenu compte de sa rareté. Ainsi, la collection compte des manuscrits, notamment une lettre de Veronica Gambara à Pierre l’Arétin. Certains imprimés sont les seuls exemplaires connus : Il libro de la Natura de li animali, publié à Savone en 1524 ; Le grant Hercules Gallique qui combat contre deux, attribué à Claude Chappuys et imprimé sur vélin en 1544. On ne recense que deux exemplaires de la première édition collective des Erreurs amoureuses (1553) de Pontus de Tyard et cinq des Rymes de Pernette du Guillet (1545), et les deux ouvrages figurent dans la collection.

4La qualité reconnue des auteurs a bien sûr été privilégiée. Sont ici sélectionnés seize recueils de Marot (n° 198-213), auxquels s’ajoutent trois ouvrages relatifs à la querelle Marot-Sagon (n° 199-201) ; vingt-trois éditions d’œuvres de Rabelais (n° 278-297 et 299-301) ; seize publications de Ronsard (n° 307-322), notamment les éditions originales des Quatre premiers livres des Odes (1550) et Les Amours (1552 et 1553) ; neuf de Du Bellay (n° 108-116) ; onze de Montaigne (n° 224-234), en particulier les éditions de 1580, 1582, 1588 et 1595 des Essais.

5La provenance des ouvrages n’a pas été négligée : Jean Bonna possède le De re rustica de François Ier (n° 55), le De l’estat et succez des affaires de France de Girard du Haillan aux armes d’Henri IV (n° 119), le Livre de la Conqueste de la Toison d’or de Tahureau (n° 145), le César de Montaigne (n° 57), le Recueil de l’origine de la langue et poesie française de Fauchet aux armes de De Thou, les Essais de Montaigne, dans l’édition de 1588, reliés aux armes de la marquise de Montespan, ou la Délie de Maurice Scève, dans la rarissime édition originale (1544), reliée pour la marquise de Pompadour. Plusieurs exemplaires (n° 81, 128, 148, 212, 219) portent la signature autographe de Marcus Fugger, banquier de la ville d’Augsbourg et conseiller de Rodolphe II. L’intérêt de Jean Bonna pour les poètes rares rejoint celui de Charles Nodier. C’est sans surprise que plusieurs exemplaires proviennent de la bibliothèque de celui-ci, comme Phaeton bergerie tragique de Jean-Baptiste Bellaud, L’Enfer de Cupido du Seigneur des Coles, La Course d’Atalante, et la victoire d’Hippomeine de Jean Figon, pour citer seulement quelques-uns des plus singuliers.

6Le collectionneur a aussi pris en considération la qualité des illustrations. On retiendra la représentation du paradis terrestre dans un Mistere du viel testament (n° 237) imprimé vers 1508, les bois du Champ fleury de Geoffroy Tory de 1529 (n° 340), les bois des Entrées d’Henri II à Paris et à Rouen (n° 122 et 123), les cuivres réalisés par le graveur lorrain Pierre Woeiriot pour le Pinax iconicus antiquorum ac variorum in sepulturis rituum (n° 366), traité sur les pratiques funéraires antiques.

7Enfin, les reliures donnent aux livres de la collection tout leur lustre : les ouvrages présentés sont souvent dans des reliures d’époque, réalisées dans toute l’Europe – reliures allemandes avec fers à froid (n° 121), reliure orientalisante de facture genevoise (n° 52), reliure vénitienne d’Andrea di Lorenzo (n° 336), reliures à la fanfare (n° 112, 114, 271), vélins dorés (n° 24, 87), reliures à la cire (n° 54, 290, 364). Un volume, le De Romanis Piscibus libellus de Paul Jove (n° 143), provient de la bibliothèque du grand trésorier de France Jean Grolier et il est mis en valeur par une très élégante reliure caractéristique de ce collectionneur. Cette reliure sobre et harmonieuse fait partie de celles qui sont issues de l’atelier du relieur du roi Étienne Roffet (n° 55 et n° 341) et de son successeur Gomar Estienne (n° 128 et n° 143), peut-être les plus séduisantes de la collection. On notera aussi la présence d’une magnifique reliure en maroquin olive avec des fleurons mosaïqués en maroquin rouge, due au « Relieur de Salel » (n° 122) – ainsi appelé parce qu’il a relié des manuscrits dédicacés à François Ier par Hugues Salel. Certaines reliures sont devenues des références. Jean Bonna possède le Recueil des antiquitez gauloises de Claude Fauchet dans la reliure dite des « Antiquités gauloises », produite entre 1695 et 1705 par l’atelier de Luc-Antoine Boyet pour un petit groupe d’amateurs parisiens : une reliure en maroquin rouge offrant des plats souples à petit recouvrement.

8On ne peut qu’admirer le travail patient et minutieux effectué par Vérène de Diesbach-Soultrait, qui décrit chaque exemplaire avec la plus parfaite précision. Tout au plus s’étonne-t-on qu’une œuvre du Primatice soit classée à Le et que François Ier soit le seul roi de France du XVIe siècle présent dans l’index, alors que d’autres sont plusieurs fois nommés dans l’ouvrage. Néanmoins ce sont là des vétilles au regard de l’immense œuvre accomplie, qui rend hommage à un collectionneur qui n’a pas montré moins de discernement dans le choix de ses livres que sa collaboratrice dans le commentaire qu’elle en donne.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Vérène de Diesbach-Soultrait, Six siècles de littérature française. XVIe siècle. Bibliothèque Jean Bonna  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2017, mis en ligne le 07 septembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/14156

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org