Navigation – Plan du site

Élise Rajchenbach-Teller, « Mais devant tous est le Lyon marchant » : construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551)

Guillaume Berthon
Référence(s) :

Élise Rajchenbach-Teller, « Mais devant tous est le Lyon marchant » : construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551), Genève, Droz, 2016, 597 p.

ISBN 978-2-600-01882-1

Texte intégral

1Le livre d’Élise Rajchenbach place au centre de l’attention la ville de Lyon, « cité tresnoble et tresantique, aujourd’hui le second œil de France », comme la décrivait Jean Lemaire au tout début du xvie siècle. Il entend montrer comment se construit progressivement le marché éditorial du livre de poésie vernaculaire dans la cité lyonnaise à l’apogée de son prestige culturel et intellectuel. On a en effet longtemps parlé d’école lyonnaise pour désigner la lignée de poètes installés entre Saône et Rhône, de Maurice Scève à Louise Labé, et l’ambition de l’étude est précisément de mettre en perspective cette spécificité lyonnaise, qui doit au moins autant aux discours publicitaires délivrés par auteurs et libraires qu’à la véritable homogénéité des productions poétiques lyonnaises.

2L’approche d’Élise Rajchenbach est d’inspiration prosopographique : il s’agit de décrire dans toute leur diversité les milieux intellectuels et commerciaux qui se mêlent alors étroitement dans les ateliers des imprimeurs et les boutiques des libraires, et d’en comprendre les dynamiques. L’enquête commence avec la publication en 1536 du tombeau poétique du dauphin érigé par Étienne Dolet et publié par François Juste et s’achève en 1551, date de l’édition du Quintil horatian qui prend acte de l’existence d’une nouvelle génération de poètes dont le centre de gravité est parisien.

3La première partie s’ouvre ainsi sur une évocation du climat intellectuel lyonnais de la fin des années 1530 dont Dolet est la cheville ouvrière. L’analyse du Recueil de vers latins et vulgaires sur la mort du dauphin montre comment Dolet tente de promouvoir d’un même geste poésie latine et poésie française et de mettre le pied à l’étrier à un jeune homme qui excelle dans les deux, Maurice Scève. De fait, dès la fin des années 1530, Dolet pratique de manière indissociable le latin et le français et multiplie les traductions de l’une en l’autre langue, comme le montre l’étude précise des différences entre les éditions latines et françaises des mêmes textes (Genethliacum Claudii Doleti/L’avantnaissance de Claude Dolet et Francisci Valesii Gallorum Regis Fata/Les gestes de Françoys de Valois roy de France). Par son travail d’auteur, de libraire et d’imprimeur, Dolet promeut ainsi de nombreux écrivains dans l’espoir qu’ils constituent peu à peu une véritable communauté soudée par un intérêt identique pour la diffusion des savoirs et l’illustration du français.

  • 1 J’avoue que l’explication du nom de Gilles Melesanc par l’anagramme de « Mell. S. Gelais Enc. » (po (...)
  • 2 Élise Rajchenbach indique p. 110 et 113 que les noms de Martin Dorchesino et Gilles Melesanc (avec (...)

4L’enquête se poursuit dans la boutique de François Juste qui constitue le « pendant vernaculaire » de celle de Sébastien Gryphe, presque entièrement tournée vers les langues anciennes. L’histoire de l’officine sise près de Notre-Dame-de-Confort est notamment marquée par quelques coups publicitaires (la nébuleuse affaire du Courtisan de 1537, au sujet de laquelle Élise Rajchenbach suit les conclusions de Gérard Defaux) et par une attention particulière pour la poésie, de Villon au tout jeune Charles Fontaine dont les débuts littéraires sont étudiés en détail. Pierre de Tours prend ensuite le relais du commerce de Juste qui est à la fois son beau-père et son associé, pendant que des intellectuels lyonnais comme Barthélemy Aneau veillent au grain (et aux coquilles). Cette continuité s’illustre par la publication de traductions d’Aneau, Salel ou encore Colin. La mise en perspective de la publication subreptice par Pierre de Tours des deux premiers livres de l’Iliade traduite par Salel (1542) et de celle du Courtisan en 1537 met en pleine lumière la permanence des pratiques éditoriales et des discours de justification dans lesquels le nom de Saint-Gelais sert toujours d’alibi et de caution – paradoxe pour un auteur qui a si longtemps dédaigné les presses, comme le note Élise Rajchenbach. Mais le commerce des deux associés semble s’essouffler dès le milieu de la décennie 1540 (ce que le dernier sursaut de l’édition médiocre en 1547 des Œuvres de Saint-Gelais ne dissimule pas vraiment), alors même que croît la nouvelle librairie de Jean de Tournes. L’évocation finale du Triumphe de Dame Verolle (Juste, 1539), célébré par les énigmatiques Martin Dorchesino et Gilles Meleanc (peut-être Mellin de Saint-Gelais, selon l’hypothèse de l’autrice1), et de sa descendance éditoriale (notamment la Louenge des femmes imprimée par Jean de Tournes en 15512) permet de revenir une dernière fois sur les continuités d’un atelier d’imprimeur à l’autre.

  • 3 Susan Baddeley, « “Je, Guillaume Rouille…”. D’un personnage aux noms multiples à une erreur persist (...)

5Alors que le commerce de Juste et Pierre de Tours amorce son déclin et que les ennuis judiciaires s’accumulent sur celui de Dolet, Jean de Tournes lance sa librairie en mettant rapidement en place une politique éditoriale articulée autour de la diffusion d’une poésie française de qualité, dans de petits livres soigneusement et élégamment imprimés et selon une éthique nouvelle qui entend se démarquer des mauvaises pratiques du métier. Dans l’épître liminaire de son édition italienne de Pétrarque, l’imprimeur-libraire raconte la naissance de sa vocation alors qu’il s’affaire comme compositeur dans l’atelier de Sébastien Gryphe sur les Opere toscane de Luigi Alamanni. Élise Rajchenbach analyse en détail les résonances symboliques de cette scène originelle et rappelle le caractère fondateur de la caution éditoriale apportée par la collaboration d’Antoine Du Moulin. N’hésitant pas à s’afficher comme un concurrent direct de Jean de Tournes, le marchand-libraire Guillaume Rouillé (ou plutôt Roville selon la graphie que l’enquête récente de Susan Baddeley semble imposer3) tente de lui ravir le marché de l’édition italienne en mettant en avant son travail à Venise chez Giovanni Giolito et son fils Gabriello tout en s’entourant de cautions idiomatiques (en particulier le toscan Luca Antonio Ridolfi) et de traducteurs compétents (notamment Denis Sauvage). Face à face (ou côte à côte), les deux libraires contribuent ainsi à consolider la place occupée par l’édition lyonnaise pour le livre de poésie italien et français.

6La seconde grande partie de l’ouvrage examine la question de la « spécificité lyonnaise » de la poésie des années 1530-1550. Elle commence par l’étude de la mise en scène d’un sodalitium spécifiquement lyonnais, à travers les œuvres des deux Charles (Sainte-Marthe et Fontaine). La multiplication dans leurs recueils des « pièces de contact », selon la terminologie de V. L. Saulnier, permet de donner à voir un complexe réseau poétique dont la ville de Lyon constitue l’écrin. Parallèlement, les libraires et imprimeurs lyonnais (Sulpice Sabon et Antoine Constantin en 1544, Jean de Tournes et Guillaume Roville dès 1546) s’emparent nettement du modèle encore incontesté qu’incarne l’œuvre de Marot pour en donner plusieurs éditions complètes successives et affirmer ainsi la spécificité lyonnaise de l’édition poétique. Un travail similaire est mené sur l’œuvre de Jean Lemaire dont les Illustrations paraissent en 1549 chez Jean de Tournes grâce à l’infatigable Antoine Du Moulin qui parvient à se procurer l’inédite Couronne m-argaritique selon une histoire mouvementée que retrace Élise Rajchenbach. Là encore, l’attention aux détails de l’édition et aux discours qui l’entourent permet à l’autrice de faire l’hypothèse d’une « réappropriation lyonnaise » de l’œuvre de Lemaire.

7La personne de Maurice Scève sert très régulièrement de caution au travail publicitaire des imprimeurs, parfois peut-être à son insu. Élise Rajchenbach montre comment, de la publication des Rymes de Pernette Du Guillet aux Erreurs amoureuses de Pontus de Tyard et au Repos de plus grand travail de Guillaume Des Autels (adossé à sa traduction de Léon l’Hébreu), Jean de Tournes et Antoine Du Moulin font de l’érudit lyonnais la figure tutélaire de leurs éditions, quoique la mesure exacte de son implication soit la plupart du temps sujette à caution. C’est enfin le rôle de polarisation joué par le nom de Marguerite de Navarre qu’aborde Élise Rajchenbach. Autour d’elle et de la publication des Marguerites de la Marguerite des Princesses chez Jean de Tournes en 1547 s’agrège une poignée d’auteurs portés par le même souci de diffusion du néoplatonisme florentin. Le passage de relais de la reine de Navarre à la nouvelle reine de France, Catherine de Médicis (dont l’union rappelle en les inversant les noces d’un prestigieux poète toscan et de sa dame avignonnaise), donne espoir aux auteurs et imprimeurs lyonnais d’une faveur durable. Si le succès n’est pas tout à fait à la hauteur des attentes, ce sont néanmoins les voix féminines, accueillies avec éclat par les presses lyonnaises, qui donnent au livre de poésie publié entre Saône et Rhône une spécificité reconnue.

8La troisième et dernière grande partie de l’ouvrage a pour ambition de donner une « esquisse de géographie du livre de poésie lyonnais », c’est-à-dire en fait d’étudier la concurrence que se livrent les villes de Paris, Lyon et Toulouse sur le terrain du livre de poésie, afin de mieux en comprendre les dynamiques et de faire émerger la spécificité de l’édition lyonnaise. L’enquête est logiquement dominée par l’étude de la rivalité qu’entretiennent les deux premières villes d’imprimerie françaises. Plusieurs cas de textes publiés concurremment à Lyon et Paris sont étudiés en détail : d’une part les initiatives lyonnaises copiées à Paris (les textes de la « querelle des Amyes », les Rymes de Pernette Du Guillet ou encore la Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis), de l’autre les spécialités parisiennes importées et acclimatées à Lyon (essentiellement les œuvres de Gilles Corrozet et les Emblèmes d’Alciat). À chaque fois, l’étude du contenu variable des éditions ainsi que du péritexte et de ses subtiles modifications permet de montrer la différence avec laquelle Parisiens et Lyonnais envisagent la nouveauté poétique. Le nom de Jean de Tournes revient à chaque ligne pour souligner la singularité et la qualité incomparable de l’édition poétique lyonnaise des années 1540 : c’est lui qui justifie l’existence d’un véritable « Climat Lyonnois » (selon les mots d’Antoine Du Moulin dans l’épître liminaire des Rymes de Du Guillet) propice à la poésie. Un chapitre plus bref est enfin consacré aux liens importants qu’entretiennent les marchés éditoriaux toulousain et lyonnais. La très forte présence des imprimeurs et libraires lyonnais sur les bords de la Garonne fait qu’en matière de poésie, plusieurs écrivains toulousains (comme Étienne Forcadel ou Béranger de la Tour d’Albenas) choisissent tôt ou tard de s’adresser directement aux presses lyonnaises. Élise Rajchenbach traque également les indices de collaborations entre officines des deux villes (ainsi peut-être de Guyon Boudeville et Jean de Tournes, comme de Jean Mousnier, Jean Perrin et Macé Bonhomme) pour conclure sur l’incontestable domination poétique lyonnaise.

9Élise Rajchenbach jette ainsi une lumière nouvelle sur la façon dont s’élaborent les livres de poésie à Lyon avant l’avènement de la Pléiade. En observant les publications lyonnaises avec le regard englobant d’une historienne du livre, elle reconstitue patiemment un fascinant réseau dans lequel les libraires, les imprimeurs et les érudits présents dans l’atelier pour faire office tout à la fois de pourvoyeurs de textes, d’éditeurs et de correcteurs, occupent une place non moins importante que celle des auteurs. C’est bien là l’un des grands intérêts de ce travail : au terme d’analyses menées avec discernement, chacun des acteurs du livre reçoit sa juste part dans la réalisation du produit final, sans qu’une confiance trop hâtive ne soit accordée aux discours publicitaires des libraires et des éditeurs qui n’hésitent pas à s’autoriser de noms prestigieux dont ils n’ont pourtant guère sollicité la collaboration.

  • 4 On trouve en annexe du livre d’Élise Rajchenbach une utile édition de la totalité des textes limina (...)

10L’étude brasse pour cela un nombre considérable de livres publiés à Lyon, Paris et Toulouse sur une période de quinze ans sans s’arrêter aux titres habituels et bien connus (la Delie de Scève, le Recueil de Des Périers, les Rymes de Du Guillet dont Élise Rajchenbach a procuré une édition critique, ou encore les Euvres de Labé) mais en poussant l’investigation jusqu’aux publications collectives souvent si délicates à manier – par exemple les rééditions successives (et augmentées des dernières nouveautés poétiques) de la Deploration de Venus sur la mort du bel Adonis dont Jean de Tournes ferait une sorte de vitrine éditoriale selon l’intéressante lecture d’Élise Rajchenbach. Les livres étudiés font généralement l’objet d’une analyse minutieuse qui a à cœur de les replacer dans leur contexte éditorial sans en réduire la singularité. La conclusion à laquelle parvient Élise Rajchenbach est riche de cette finesse d’analyse : la spécificité lyonnaise dont parle la critique depuis longtemps est au moins autant l’effet d’une construction symbolique consciente des libraires, des imprimeurs et des éditeurs de l’époque (Jean de Tournes et Antoine Du Moulin4 au premier chef) que celui d’une production véritablement sui generis.

  • 5 Je me permets seulement de signaler deux erreurs de « seconde main ». La citation donnée comme étan (...)
  • 6 Étienne Dolet, 1509-2009, Michèle Clément (éd.), Genève, Droz, 2012. La bibliographie finale est la (...)
  • 7 Voir l’article de Gérard Morisse, « Dolet et son entreprise d’édition », dans le colloque Étienne D (...)
  • 8 Étienne Dolet, Carmina, 1538, Catherine Langlois-Pézeret (éd. et trad.), Genève, Droz, 2009 et Gilb (...)
  • 9 François Rouget, « La Bergerie des Saules inédite de Mellin de Saint-Gelais », Bibliothèque d’Human (...)
  • 10 Voir en particulier : Michel Jourde, « Intertextualité et publicité : publier selon Jean de Tournes (...)
  • 11 Les origines sociales antagonistes expliquent mieux la différence radicale notée par Élise Rajchenb (...)

11Dans le maniement impressionnant d’une bibliographie pléthorique, il sera facile de pointer une erreur et de regretter l’absence de telle ou telle référence5. Je signalerai seulement quelques études récentes qui permettent de prolonger les analyses d’Élise Rajchenbach. Le colloque consacré à la figure d’Étienne Dolet et organisé par Michèle Clément a permis d’explorer plusieurs pistes qui apportent une lumière renouvelée sur tel ou tel aspect de l’enquête ici menée ; le volume publié est par ailleurs couronné par une bibliographie dolétienne qui met à jour les travaux anciens de Claude Longeon et fournit notamment la localisation de plusieurs éditions considérées jusqu’alors comme perdues6. La question importante du rôle probablement joué par Jean de Tournes dans l’édition des Œuvres de Marot publiées « à l’Enseigne du Rocher » en 1544 est ainsi directement abordée dans un article de Gérard Morisse de manière plus précise et argumentée que ce qu’avait suggéré Maurice Escoffier dans la seule référence citée par l’autrice7. Les récentes éditions critiques des Carmina de Dolet des Epigrammata de Ducher et leur abondant commentaire fournissent également d’utiles enrichissements8, de même que l’article de François Rouget signalant la redécouverte de la Bergerie des Saules de Saint-Gelais9. Enfin, les travaux de Michel Jourde sur Jean de Tournes complèteraient avantageusement le beau portrait de cet imprimeur incontournable pour tout ce qui touche à l’impression poétique en territoire lyonnais10. Confrontés à l’étude plus ancienne consacrée par Natalie Zemon Davis au marchand-libraire Guillaume Roville, ils permettent de mieux saisir la différence essentielle (de nature sociale) qui sépare les deux Lyonnais : d’un côté un imprimeur-libraire qui est avant tout un « mécanique » ayant commencé sa carrière en travaillant parmi les compagnons ; de l’autre un riche marchand-libraire qui ne s’est probablement jamais sali les mains d’encre11.

  • 12 C’est par exemple ce que fait Michel Magnien dans son article « Le Recueil de vers latins, et vulga (...)
  • 13 C’est ce que j’ai essayé de montrer dans mon article « Les débuts de Dolet comme libraire (Marot, 1 (...)

12Une étude de cette ampleur stimule par ailleurs la réflexion et donne envie de poursuivre bien des pistes frayées par l’autrice. Il serait notamment intéressant de confronter encore plus systématiquement la riche production éditoriale lyonnaise à sa rivale parisienne. Le tropisme lyonnais d’Élise Rajchenbach lui fait parfois minorer l’importance des ateliers de la capitale généralement réduits métaphoriquement à la « rue Saint-Jacques » quand les libraires du Palais (et plus généralement de l’Île de la Cité) se situent au cœur d’une intense activité de publication en langue vernaculaire. La toute première station de cette vaste enquête (le monument poétique édifié par Dolet à la gloire du dauphin) gagnerait par exemple à être située dans la lignée parisienne du tombeau poétique franco-latin érigé par Geoffroy Tory à l’occasion du décès de Louise de Savoie en 1531 ou à être pesée à l’aune des publications concurrentes que la capitale consacre à la mort du premier fils du roi : son originalité en ressortirait davantage12. De même, dire que les éditions de Marot (dont les œuvres sont les textes poétiques les plus imprimés sur la période considérée) « prennent toute leur noblesse » à Lyon (p. 18) serait faire injure aux premières éditions parisiennes imprimées par Geoffroy Tory et poursuivies (au début du moins) par Louis Blaubloom, typographiquement bien plus novatrices que l’édition des Œuvres imprimée à Lyon en 1538 par François Juste pour le compte d’Étienne Dolet et Sébastien Gryphe que l’on peut sans trop exagérer qualifier de fiasco13.

  • 14 La consultation systématique de l’USTC et non des seules (quoique toujours incontournables) Bibliog (...)

13D’une façon similaire, en raison de la singularité et de l’originalité évidentes des productions de François Juste, Étienne Dolet, Sulpice Sabon et Jean de Tournes, faut-il pour autant considérer Lyon comme la « première place d’impression poétique en France » (p. 442) ? Au niveau des volumes, l’interrogation de la base de données fournie par l’Universal Short Title Catalogue (USTC), source qu’Élise Rajchenbach a peut-être insuffisamment mise à profit14, répond par la négative : 457 éditions poétiques en français imprimées à Paris entre 1536 et 1551 contre 182 à Lyon. Même en tenant compte des nombreux biais induits par l’imperfection inévitable des classifications génériques de la base de données et par la question des éditions partagées recensées séparément qui gonflent les chiffres, la proportion montre bien que Paris reste la première ville de France pour l’édition poétique. Si je prends l’exemple marotique sur lequel je mène une enquête bibliographique systématique depuis plusieurs années, j’obtiens les chiffres suivants, plus précis et probablement représentatifs de la tendance globale : entre 1536 et 1550, je dénombre 26 éditions différentes à Lyon contre 49 éditions parisiennes, et cela sans prendre en compte le phénomène éditorial singulier (et très majoritairement parisien) que constituent la publication des psaumes traduits par Marot. Il reste que la quantité ne fait pas la qualité et que, de ce point de vue, l’art d’un Jean de Tournes paraît sans équivalent sur les bords de la Seine dans la décennie 1540.

  • 15 Hendrik D. L. Vervliet, The Palaeotypography of the French Renaissance. Selected Papers on Sixteent (...)
  • 16 C’est-à-dire « adaptés à l’impression des poètes et d’autres œuvres de plaisir » (Il Petrarca, Lyon (...)
  • 17 L’article intitulé « Maurice Scève et Jean de Tournes : la pensée du livre » paraîtra dans les acte (...)

14Une dernière suggestion : il serait très fécond de compléter l’enquête d’Élise Rajchenbach par une approche résolument typographique qui s’appuierait sur les travaux d’Hendrik D. L. Vervliet qui permettent désormais d’avoir une vision assez détaillée de l’équipement progressif des imprimeurs parisiens et lyonnais en caractères nouveaux – c’est précisément au cours de la décennie 1540 que les grands graveurs Claude Garamont (à Paris) et Robert Granjon (à Lyon) commencent à inonder les ateliers de leurs créations novatrices15. Dans la très riche épître (composée en italien) que Jean de Tournes adresse à Maurice Scève en tête de sa première édition du Canzoniere (1545), l’imprimeur précise bien que c’est l’acquisition d’un jeu complet de caractères « propri per stampar Poêti, e altre opere da piacer16 » qui lui a permis de se lancer dans l’aventure de l’impression de Pétrarque. La correcte mise en livre de la poésie selon Jean de Tournes est donc indissociable de l’utilisation de caractères raffinés, pour la plupart des caractères italiques. Il serait donc instructif de reprendre systématiquement l’histoire de la publication de la poésie à Lyon du point de vue typographique dans ces années 1530-1550 qui sont justement celles d’une profonde mutation. Les recherches sur les éditions de Scève publiées par Jean de Tournes, tout dernièrement présentées par Michel Jourde au colloque Scève qui s’est tenu à la Sorbonne en octobre 2016, tendent en effet à montrer que les deux hommes avaient un « œil typographique » des plus aiguisés17.

15À l’évidence, ces pistes que l’on pourrait multiplier à l’envi montrent tout l’intérêt du travail accompli par Élise Rajchenbach, qui se situe à l’intersection des champs de recherche de nombreux seiziémistes et qui devrait pour cela retenir leur attention : sachons-lui gré d’avoir mis son intime connaissance du milieu lyonnais à la disposition de tous.

Notes

1 J’avoue que l’explication du nom de Gilles Melesanc par l’anagramme de « Mell. S. Gelais Enc. » (pour Enculismensis, « d’Angoulême ») ne me convainc pas pleinement, avant tout parce que l’anagramme mélangerait latin et français (le nom latin de Saint-Gelais est Sangelasius).

2 Élise Rajchenbach indique p. 110 et 113 que les noms de Martin Dorchesino et Gilles Melesanc (avec un s supplémentaire) apparaissent dans cette édition, sans dire sur quel exemplaire elle a travaillé. Je ne les ai pas trouvés en tout cas sur l’exemplaire de la BnF numérisé sur Gallica, pas plus que dans l’édition du même texte d’une composition typographique entièrement différente conservée à la bibliothèque de l’Arsenal (8° BL 15934, cette fois-ci signée au dernier feuillet par Jean de Tournes).

3 Susan Baddeley, « “Je, Guillaume Rouille…”. D’un personnage aux noms multiples à une erreur persistante », Le Français préclassique, 18 (2016), p. 103-116.

4 On trouve en annexe du livre d’Élise Rajchenbach une utile édition de la totalité des textes liminaires signés par Du Moulin.

5 Je me permets seulement de signaler deux erreurs de « seconde main ». La citation donnée comme étant d’Étienne Pasquier p. 130 est en fait un résumé moderne d’un passage des Recherches de la France (Marie-Madeleine Fragonard et François Roudaut (dir.), Paris, Champion, 1996, p. 112). Élise Rajchenbach reprend par ailleurs p. 114 ce qu’a écrit Béatrice Alonso (« Louise Labé, Olivier de Magny : dialogue poétique, dialogue politique », L’Émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance (1520-1560), Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008, p. 114) lorsqu’elle affirme que la « Definition d’Amour » que contient la Louenge des femmes est la même que celle qui avait paru antérieurement dans l’Hecatomphile (1534). Les deux pièces n’ont en fait rien de commun en dehors de l’amorce « Qu’est-ce qu’Amour ? ». Le poème de 1534 est une description des âpres contradictions dans lesquelles se trouvent plongés les amants quand celui de 1551 constitue un éloge du divin amour suivi d’un blâme de l’amour sensuel.

6 Étienne Dolet, 1509-2009, Michèle Clément (éd.), Genève, Droz, 2012. La bibliographie finale est la reprise d’une publication antérieure de Gérard Morisse : « Étienne Dolet (1509-1546) et la Postérité : à la recherche de son œuvre », Revue française d’histoire du livre, nouvelle série, 130 (2009), p. 53-96 (la réimpression de l’article au sein des actes du colloque souffre d’une lacune affectant les n° 13-16).

7 Voir l’article de Gérard Morisse, « Dolet et son entreprise d’édition », dans le colloque Étienne Dolet signalé ci-dessus, p. 381-402, en particulier p. 395-396. William Kemp et moi-même avons poursuivi le travail initié par Gérard Morisse dans notre article « Le renouveau de la typographie lyonnaise, romaine et italique, pendant les années 1540 », Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance, Christine Bénévent, Isabelle Diu et Chiara Lastraioli (éd.), Turnhout, Brepols, 2014, p. 341-355, notamment p. 351 ; et j’ai tenté d’en tirer toutes les conclusions pour le cas Sulpice Sabon dans « Sulpice Sabon, Clément Marot et l’enseigne du Rocher (Lyon, 1542-1544) : découvertes, énigmes, enjeux », Réforme Humanisme Renaissance, 80 (juin 2015), p. 69-95, en particulier p. 86-88.

8 Étienne Dolet, Carmina, 1538, Catherine Langlois-Pézeret (éd. et trad.), Genève, Droz, 2009 et Gilbert Ducher, Épigrammes, Sylvie Laigneau-Fontaine et Catherine Langlois-Pézeret (éd. et trad.), Paris, Champion, 2015.

9 François Rouget, « La Bergerie des Saules inédite de Mellin de Saint-Gelais », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 76/1 (2014), p. 79-101.

10 Voir en particulier : Michel Jourde, « Intertextualité et publicité : publier selon Jean de Tournes (1542-1564) », French Studies, 65/3 (juillet 2011), p. 315-326 et « Comment Jean de Tournes (n’)est (pas) devenu un imprimeur humaniste », Passeurs de textes : imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, Christine Bénévent, Annie Charon, Isabelle Diu et Magali Vène (éd.), Paris, École des chartes, 2012, p. 117-131.

11 Les origines sociales antagonistes expliquent mieux la différence radicale notée par Élise Rajchenbach (p. 162-163) dans le rapport qu’entretiennent les deux hommes (qu’elle cite comme « les deux imprimeurs ») à la langue italienne et à la presse. Voir Natalie Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé, Businessman and Humanist », Editing Sixteenth Century Texts, R. J. Schoeck (éd.), Toronto, University of Toronto Press, 1966, p. 72-112, en particulier p. 75. Charles Fontaine ne s’y trompe pas, lorsqu’il leur dédie deux épigrammes quasi successives : « À son compere, Guillaume Roville, Libraire » et « À son compere Jean de Tournes, maistre Imprimeur » (S’ensuyvent les Ruisseaux de Fontaine, Lyon, Thibaut Payen, 1555, p. 183-184).

12 C’est par exemple ce que fait Michel Magnien dans son article « Le Recueil de vers latins, et vulgaires de plusieurs poëtes françoys : Étienne Dolet promoteur d’une poésie docte », La Poésie à la cour de François Ier, Cahiers Saulnier no 29, Jean-Eudes Girot (dir.), Paris, PUPS, 2012, p. 215-237.

13 C’est ce que j’ai essayé de montrer dans mon article « Les débuts de Dolet comme libraire (Marot, 1538) : histoire d’un fiasco » publié dans le colloque Dolet cité plus haut, p. 325-343. Il est dommage de ce point de vue que l’étude de l’édition en question menée par Élise Rajchenbach en reste à l’interprétation difficilement soutenable de Gérard Defaux, qui est par ailleurs qualifiée de « lecture quelque peu romanesque » (p. 213).

14 La consultation systématique de l’USTC et non des seules (quoique toujours incontournables) Bibliographie lyonnaise d’Henri Baudrier et Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle de Sybille von Gültlingen aurait permis de localiser des exemplaires d’éditions réputées introuvables. Ainsi de l’Arcadie de Sannazar imprimée par Sulpice Sabon pour Antoine Constantin dont subsistent en fait trois exemplaires et à propos de laquelle Élise Rajchenbach retranscrit seulement une vingtaine de lignes de Maurice Escoffier hautement discutables (n. 14 p. 253-254). De même pour les Sept Pseaulmes de la penitence de l’Arétin traduits par Jean de Vauzelles et imprimés par Denis Janot (n. 117 p. 349) dont l’USTC signale deux exemplaires, à La Haye et à Copenhague, ou pour l’Oratio funebris de Claude Baduel publiée par Dolet (n. 53 p. 300) que conserve encore la bibliothèque de l’université de Pennsylvanie (exemplaire que recense aussi Gérard Morisse dans sa bibliographie citée plus haut).

15 Hendrik D. L. Vervliet, The Palaeotypography of the French Renaissance. Selected Papers on Sixteenth-Century Typefaces, Leyde-Boston, Brill, 2008, 2 vol. et French Renaissance. Printing Types. A Conspectus, New Castle (Del.)-Londres, Oak Knoll Press-Bibliographical Society-Printing Historical Society, 2010. Quelques éléments d’analyse nouveaux tirés de l’utilisation de ces travaux monumentaux figurent déjà dans l’article « Le renouveau de la typographie lyonnaise, romaine et italique, pendant les années 1540 » cité plus haut, ainsi que dans l’article de Michèle Clément : « Donner une forme à la poésie : les débuts de Jean de Tournes (1544-1547) », Gryphe, 26 (2016), p. 34-41.

16 C’est-à-dire « adaptés à l’impression des poètes et d’autres œuvres de plaisir » (Il Petrarca, Lyon, Jean de Tournes, 1545, p. 3).

17 L’article intitulé « Maurice Scève et Jean de Tournes : la pensée du livre » paraîtra dans les actes du colloque (Maurice Scève. Le poète en quête d’un langage) que préparent Michèle Clément, Vân Dung Le Flanchec et Anne-Pascale Pouey-Mounou. Il devrait permettre de nuancer l’avis émis par Élise Rajchenbach sur la faible collaboration de Scève à l’édition de la Saulsaye (voir par exemple p. 278 l’évocation du « désintérêt du poète dont les préoccupations ne coïncident pas avec celles de son ami Jean de Tournes », qui paraît infirmé par l’étude de Michel Jourde).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Berthon, « Élise Rajchenbach-Teller, « Mais devant tous est le Lyon marchant » : construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 11 juin 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/14148

Haut de page

Auteur

Guillaume Berthon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org