Navigation – Plan du site

Bruno Lemesle, Le gouvernement des évêques. La charge pastorale au milieu du Moyen Âge

Bruno Varennes
Référence(s) :

Bruno Lemesle, Le gouvernement des évêques. La charge pastorale au milieu du Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 248 p.

ISBN : 978-2-7535-4267-9

Texte intégral

  • 1 L’essentiel des réflexions de l’auteur tournent autour du pontificat de quelques papes, dans la sec (...)

1Le titre de l’ouvrage publié par Bruno Lemesle nécessite une courte explication de texte. Avec « Le gouvernement des évêques : la charge pastorale au milieu du Moyen Âge », l’auteur ne renvoie pas à une mise au point concernant la gestion pratique et réelle des diocèses par leurs évêques dans les décennies s’ouvrant au lendemain de la réforme grégorienne. Il a développé et affiné, autour de réflexions pour certaines déjà publiées, mais qu’il précise ici, un parcours dans lequel il interroge la vision théorique de ce qui définit, de la part de l’Église, et de manière normative, le cadre et la pratique du gouvernement épiscopal. Si le titre propose une analyse du « milieu du Moyen Âge », celle-ci est articulée autour d’un temps réduit : la seconde moitié du XIIe siècle et les premières décennies du siècle suivant1.

2La démonstration de l’auteur est essentiellement construite à partir d’une étude des lettres des papes, confrontée à différentes pièces normatives, telles les sommes des décrétistes (celle de Gratien en premier lieu), ainsi que d’une analyse des quæstiones des maîtres des écoles épiscopales. Il convoque cependant au besoin d’autres sources confortant des tendances, ou révélant des influences plus larges, à l’échelle de la société.

  • 2 En ce qui concerne les procédures judiciaires comme instrument de la construction de la souverainet (...)
  • 3 Arnaud Fossier travaille sur l’essentiel des thèmes croisés ici : le for ecclésiastique qui fonde l (...)
  • 4 À ce propos voir les travaux des juristes Catherine Thibierge et Isabelle Hachez : C. Thibierge et (...)

3Le cheminement autour du gouvernement des évêques oscille entre plusieurs thématiques complémentaires. Toutes tendent à faire le lien entre ce qui est considéré comme devant être effectué par les prélats, et les procédures punitives qui sont mises en œuvre afin de traiter les contrevenants. Le propos est appuyé sur un examen précis des infléchissements sémantiques, permettant d’articuler les mutations du droit canon avec les changements de sens de la terminologie clef, ce qui rejoint les travaux récents de Jacques Chiffoleau et de Julien Théry-Astruc2, ainsi que ceux d’Arnaud Fossier3. Cela permet à l’auteur de saisir l’objet étudié dans sa profondeur historique et d’invoquer l’ampleur de sa force normative4. En effet, l’évolution des procédures judiciaires accompagne la construction d’une monarchie pontificale soucieuse d’assurer son pouvoir et d’exercer un contrôle effectif sur sa hiérarchie ecclésiastique.

  • 5 J. Chiffoleau, « Ecclesia de occultis non indicat. L’Église, le secret et l’occulte du XIIe au XVe (...)
  • 6 J. Théry, « ‘Excès’ et ‘affaires d’enquête’. Les procédures criminelles de la papauté contre les pr (...)

4Bruno Lemesle initie son parcours par l’analyse du mot excessus (premier chapitre), se plaçant dans la suite directe d’un chantier ouvert par J. Chiffoleau5, et récemment encore repris par J. Théry6. En cherchant à mettre en évidence ce qui sort de la norme au point d’être ainsi qualifié, l’auteur souligne l’extension de la sévérité à l’encontre des clercs par le premier d’entre eux. Le développement de l’application du terme apparaît en continuité d’une hausse des exigences d’exemplarité que le clergé porte en lui, en conséquence de la réforme grégorienne.

5L’évolution des peines et des pénitences réservées par la justice ecclésiastique à ses membres forme un second chapitre, en corrélation avec l’excessus étudié auparavant, dans le cadre du for ecclésiastique. La peine judiciaire n’effaçant pas le péché, la nécessaire correction de la faute est ici entrevue dans sa lecture canonique, « associée à l’absolution ou à la dispense » (p. 57), ce qui souligne la distinction entre justice ecclésiastique et justice civile.

6La « bonne administration » des évêques est ensuite étudiée (troisième chapitre) dans une lecture renouvelée par les décrétistes comme par les souverains pontifes du rôle et donc du nécessaire comportement du prélat, dont le devoir premier est d’être irréprochable. Cette bonne administration se développe autour de mots-clefs, la sollicitudo, la gubernatio, mais surtout la dispense, cette dernière ne se révélant pas corrélée à la gravité des peines. Un certain pragmatisme paraît dominer en la justice ecclésiastique, permettant des dispenses pour des fautes reconnues pourtant comme graves.

7En traitant des insuffisances et des négligences (quatrième chapitre), l’auteur s’intéresse aux axes négatifs que cette nécessaire « bonne administration » peut suivre, mais surtout aux réponses que l’institution ecclésiale doit y apporter.

8Enfin, le dernier chapitre est consacré entièrement à la dilapidation, risque inhérent à la fonction épiscopale censée gérer le patrimoine ecclésiastique. Ce dernier prend, au lendemain de la réforme grégorienne, un sens renouvelé de « biens communs », et sa bonne gestion doit permettre de venir en aide aux plus pauvres. Dès lors, la dilapidation se révèle « associée de façon presque systématique à la simonie », mais surtout entachée par les supposées relations sexuelles qui l’aggravent (p. 169 et 174).

  • 7 Le rôle de la simonie a été encore récemment souligné lors du colloque Lanfranc. Cf. J. Barrow, F.  (...)

9La dynamique de la recherche d’un contrôle pontifical accru sous-tend donc une intense réflexion sur le gouvernement de l’Église. Cette tendance se retrouve sur l’ensemble de la période, mais aussi des thèmes qui en attestent. Elle souligne ainsi des évolutions déjà soulignées par ailleurs, comme l’extension des faits entrant dans le cadre de la simonie7 ou des rapports sexuels supposés, par ailleurs véritables topoi des mouvements réformateurs, qu’ils soient monastiques ou grégoriens.

10Bruno Lemesle embrasse ainsi les tenants de la probité de la fonction épiscopale. Son étude offre du cadre épiscopal un regard renouvelé. Elle vient, dans un axe historiographique déjà riche, préciser le cadre d’un contrôle plus resserré de l’ensemble de la hiérarchie ecclésiale. Elle souligne, dans la structuration en cours d’une monarchie pontificale qui s’est affirmée et renforcée, la recherche d’un contrôle accru de sa hiérarchie, et d’un meilleur encadrement de la société dont elle cherche à se démarquer, soulignant sa sacralité intrinsèque.

Notes

1 L’essentiel des réflexions de l’auteur tournent autour du pontificat de quelques papes, dans la seconde moitié du siècle, essentiellement Eugène III (1145-1153), Alexandre II (1159-1181) et Innocent III (1198-1216).

2 En ce qui concerne les procédures judiciaires comme instrument de la construction de la souveraineté de la papauté, voir notamment J. Théry, « Atrocitas/enormitas. Esquisse pour une histoire de la catégorie de ‘crime énorme’ du Moyen Âge à l’époque moderne », dans Clio@Thémis, 4, 2011, en ligne.

3 Arnaud Fossier travaille sur l’essentiel des thèmes croisés ici : le for ecclésiastique qui fonde le cadre judiciaire, les procédures de la justice ecclésiastique, les notions de crime et de péché, de discipline, de pénitence et de dispense, dans une idée de gouvernement de l’Église. Voir par exemple « La Pénitencerie pontificale en Avignon (XIVe siècle). La justice des âmes comme style de gouvernement », dans Les justices d’Église dans le Midi (XIe-XVe siècles), Cahiers de Fanjeaux, 42, Fanjeaux, 2007, p. 199-240 ; « Scandale, vérité et gouvernement de l’Église (XIIe-XVe siècle) », dans J.-Ph. Genet, La vérité. Vérité et crédibilité : construire la vérité dans le système de communication de l’Occident (XIIIe-XVIIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 365-378.

4 À ce propos voir les travaux des juristes Catherine Thibierge et Isabelle Hachez : C. Thibierge et alii, La force normative, naissance d’un concept, Paris-Bruxelles, L.G.D.J., Bruylant, 2009, 912 p. ; I. Hachez, « La force normative : fécondité et limites d’un concept émergent », dans Les sources du droit revisitées, 4, 2012, p. 427-455.

5 J. Chiffoleau, « Ecclesia de occultis non indicat. L’Église, le secret et l’occulte du XIIe au XVe siècle », Il segreto nel Medioevo. Micrologus, Nature, Sciences and Medieval Societies, XIII, 2006, Florence, SISMEL, p. 359-481.

6 J. Théry, « ‘Excès’ et ‘affaires d’enquête’. Les procédures criminelles de la papauté contre les prélats, de la mi-XIIe à la mi-XIVe siècle. Première approche », dans P. Gilli (dir.), La pathologie du pouvoir : vices, crimes et délits des gouvernants, Leyde, Brill, 2016, p. 164-236.

7 Le rôle de la simonie a été encore récemment souligné lors du colloque Lanfranc. Cf. J. Barrow, F. Delivré et V Gazeau (dir.), Autour de Lanfranc (1010-2010). Réforme et réformateurs dans l’Europe du Nord-Ouest (XIe-XIIe siècles), Actes du colloque international de Cerisy-la-Salle (29 septembre-2 octobre 2010), Caen, Presses universitaires de Caen, 2015, 402 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Varennes, « Bruno Lemesle, Le gouvernement des évêques. La charge pastorale au milieu du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2015, mis en ligne le 23 mai 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/14139

Haut de page

Auteur

Bruno Varennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org