Navigation – Plan du site

Juliette Sibon, Chasser les juifs pour régner. Les expulsions par les rois de France au Moyen Âge

Pierre Savy
Référence(s) :

Juliette Sibon, Chasser les juifs pour régner. Les expulsions par les rois de France au Moyen Âge, Paris, Perrin, 2016, 304 p.

ISBN : 978-2262036683

Texte intégral

  • 1 Évoquons notamment G. Dahan (dir.), L’expulsion des Juifs de France : 1394, Paris, 2004, et D. Ianc (...)
  • 2 C. Balasse, 1306. L’expulsion des juifs du royaume de France, Bruxelles, 2008.
  • 3 J. Cornette (dir.), Histoire de France, Paris, 2009-2012, 13 vol. (voir en particulier les vol. 3-5 (...)

11. Exposons pour commencer un fait qui surprendra peut-être le lecteur : ce livre n’en remplace pas un précédent, il ne vient pas s’ajouter à d’autres comparables mais qu’il supplanterait parce que plus à jour ou mieux fait qu’eux. Non, il comble bel et bien une lacune. Il existait sur les diverses expulsions des Juifs du royaume de France des travaux ponctuels1 ; sur la plus importante, celle de 1306, un bon livre2, que l’A. connaît et cite, bien évidemment ; mais il n’existait pas de synthèse sur la politique d’expulsion des Juifs de France par les rois. La constitution par l’historienne de cette politique d’expulsion en « objet » historiographique mérite d’être discutée, et l’on y reviendra ; quoi qu’il en soit, c’est déjà un grand mérite que d’offrir une synthèse riche, exacte, à jour, sur cette question dont on peut s’accorder à dire que l’importance est aujourd’hui un peu mieux reconnue, mais qui fut longtemps bien peu envisagée par l’historiographie, comme si l’« histoire juive » ne faisait pas vraiment partie de l’« histoire générale », ou n’en était qu’un à-côté anecdotique. Pour être tout à fait honnête, notons que cette conception n’a pas tout à fait disparu : que l’on songe à l’excellente histoire de France publiée autour du début des années 2010 par Belin, qui fera date, et que l’on y cherche les pages parlant des expulsions des Juifs ou même des Juifs tout court : la moisson sera maigre3.

2L’inscription de l’histoire juive dans l’histoire générale est un credo fermement exposé au début du livre ; il concerne les historiens « généralistes », comme on vient de le dire, dont certains continuent de délaisser ces expulsions comme si elles étaient marginales, mais ce peu d’intérêt est attesté aussi du côté des historiens du peuple juif, qui, pour certains, traitent de ces expulsions sans croire utile de les considérer en détail, car ils les incluent dans un processus implacable de montée de la haine des gentils à l’égard des Juifs, dans une nécessité vouée à causer en dernier lieu l’expulsion des Juifs, et, au XXe siècle, leur extermination – discours assez courant, peu historien au fond, et qui permet de s’épargner la peine de toute réflexion critique. Chasser les juifs pour régner se tient à bonne distance de ces deux postures.

32. On peut décrire le volume comme composé de deux « étages » : une enquête factuelle et une thèse historiographique. L’enquête factuelle fait le point sur ces expulsions : les événements sont complexes, méconnus, accessibles aux historiens par une documentation très inégale, et parfois même confondus entre eux.

4L’histoire est d’abord (étymologiquement) « enquête », et l’A. a mené une enquête rigoureuse pour que l’on y voie plus clair, dans la mesure où la documentation lacunaire du temps le permet. C’est une grande vertu, simple, fondamentale dans le métier d’historien : dire « ce qui s’est vraiment passé ». On se reportera à l’exposé succinct des faits dès l’introduction (p. 15-16), et au bon tableau des p. 239-241, qui synthétise les événements. Les choses sont présentées avec honnêteté et rigueur s’agissant aussi des données chiffrées, souvent surévaluées, et du moins très fragiles (fragilité extrême qui est reconnue et bien débattue par l’A.). Le livre, marqué par le souci d’être pédagogique, est aussi tout autre chose que l’histoire des expulsions : chemin faisant, le lecteur novice apprend beaucoup sur les Juifs de France au Moyen Âge (mais on note une imprécision p. 25, où le midrach semble confondu avec l’œuvre de Rachi, de plusieurs siècles postérieure), sur les progrès de la monarchie capétienne, et même sur les grandes évolutions de la chrétienté en matière de politique juive ou de contrôle de la société.

5Au-dessus de ce premier « étage » d’établissement des faits, s’en trouve un second. Pour décrire une série de faits complexes, ce livre n’en a pas moins une thèse, discutable et forte ; une thèse que, de surcroît, le livre nous présente aimablement dès son titre : Chasser les Juifs pour régner. Il faut lire : pour régner et non pas, du moins pas prioritairement, pour purifier le royaume, ou pour faire droit à l’antijudaïsme endémique des monarques voire de toute la société chrétienne, ou pour remplir les caisses de l’État, etc.

  • 4 R. Moore, La persécution. Sa formation en Europe (Xe-XIIIe siècle) [1987], traduction française Par (...)
  • 5 C. Roth, A History of the Jews in England [1941], 3e éd. Oxford, 1978, p. 38-67.

6Deux raisons sont couramment alléguées pour expliquer ces expulsions : premièrement, la haine religieuse des Juifs (qu’on l’appelle ou non « antisémitisme »), soit l’idée que, de plus en plus, les chrétiens ne supportent pas la présence de cette altérité religieuse, dans une société qui, de plus en plus, serait une « société de persécution », selon la formule fameuse de Robert Moore4. Et, deuxièmement, l’opportunité financière (à côté d’autres victimes, tels les templiers, les rois confisquent les biens à tout-va, afin de remplir les caisses, en ponctionnant notamment les Juifs, « vaches à lait » du roi selon la fameuse formule employée par Cecil Roth pour l’Angleterre5).

7Sans exclure ces deux explications, l’A. juge que les expulsions des Juifs du royaume, qui s’étalent sur les XIIe-XVIe siècles si l’on prend la fourchette chronologique la plus large, poursuivaient d’abord une finalité politique ; que leur signification première et leur motivation première sont politiques. L’expulsion serait « vecteur de puissance publique » (p. 19), s’inscrirait dans le processus de « construction du royaume et de la monarchie » (p. 20). La thèse est exposée de façon succincte dans la conclusion du livre : l’antijudaïsme n’explique pas les expulsions, d’autant que l’antijudaïsme du temps ne réclamait pas vraiment de telles mesures. On doit croire plutôt que les expulsions servent « les desseins de la Couronne ».

8La thèse est séduisante mais la présentation que nous en faisons ici semble un peu abstraite. Ce n’est nullement le cas dans le livre. À diverses reprises, l’A. donne des éléments pour l’illustrer et porter à la connaissance du lecteur ce que désigne concrètement cette idée d’une finalité politique. P. 45, ainsi, on lit que la politique contre l’usure permet au roi de mettre la main sur tout un champ de relations sociales qu’organise cette pratique. Ici la puissance publique avance au moyen de l’expulsion des Juifs : qu’on les expulse, et c’est la puissance royale qui, prenant aussitôt leur place, sera comme mécaniquement agrandie. La politique juive est versatile : elle résulte du rapport de force. En 1306, l’expulsion est un « indicateur » des « avancées de l’autorité royale » et le moyen de favoriser son « intrusion » dans les droits acquis des grands seigneurs. La discussion de l’expulsion de 1306 constitue peut-être le cœur du livre. Le roi, devenant créancier des sujets emprunteurs, tire d’elle un bénéfice politique bien plus qu’économique (p. 112). S’en trouvent augmentées l’aura religieuse du roi, sans doute, mais aussi « la puissance royale par des conquêtes juridictionnelles » (p. 116). Divers conflits à propos de l’expulsion opposent puissance royale et seigneurs du royaume (p. 119) : bel et bien inscrite dans des conflits de juridiction où les Juifs sont en fait assez absents, l’expulsion est voulue car elle permet de faire reconnaître le roi comme le « possesseur des biens du royaume en dernier ressort » (p. 120).

93. Voilà pour la thèse. Il faut pour la soutenir souscrire à un certain nombre de conditions, que l’A. remplit parfaitement : prêter une extrême attention à la « faisabilité » des expulsions, à leur temporalité et aux sources consentant aux historiens de les connaître.

10Premier point, un mérite du livre est d’envisager la question du coût et de la faisabilité de l’expulsion. De ce point de vue-là, un vrai tournant s’opère avec la royauté plus administrative (plus enquêteuse, par exemple) de Philippe IV (même s’il demeure à notre avis un petit mystère autour de l’attitude et de la politique réelle de Louis IX, dont il n’est pas sûr qu’il n’a pas prononcé d’expulsion). L’expulsion de 1306, dont la prise de décision précise (par une ordonnance) ne nous est pas directement connue, est en effet une grande opération administrative ; l’A. note en particulier qu’elle suscite le rejet des clercs, ou en tout cas une désapprobation voilée de leur part. Il est, à l’époque, des intellectuels pour la juger indéfendable pour des raisons théologiques et philosophiques (p. 105-106).

11Autre trait important, que la disposition chronologique de l’ouvrage rend de façon très convaincante : la différence entre les époques, la temporalité. On voit ainsi combien l’expulsion de 1182 diffère de celle de 1306. Il faut se garder de perdre de vue les fortes nuances que masque l’usage commun (et légitime) du concept d’« expulsion » : 1182 est modeste, 1306 est plus économique, il y a peut-être dans l’expulsion de 1394 une dimension religieuse plus marquée (si l’on en croit le Religieux de Saint-Denis). On aurait d’ailleurs aimé trouver une analyse plus fouillée du vocabulaire présent dans les sources pour décrire et effectuer l’expulsion – mais peut-être un tel travail aurait-il rendu l’ouvrage plus philologique et moins accessible.

12Sur les sources, enfin : avec rigueur, l’A. les analyse et les critique – notamment celles qui engagent fortement l’historien à faire une lecture religieuse des faits. C’est vrai en particulier de l’événement 1182, l’expulsion des Juifs du domaine royal par Philippe II : en ces temps où la sinistre accusation de meurtres rituels se répand, l’historiographie du temps, soit Rigord et Guillaume le Breton, y voit une opération salvatrice, essentiellement chrétienne. Contre cette lecture, l’A. propose une bonne critique (elle-même discutable, nous y reviendrons) des sources historiographiques et montre bien que, cléricaux et ecclésiaux au dernier degré, ces auteurs jugeaient et même comprenaient la politique de Philippe Auguste à cette seule aune.

134. On terminera cette recension en formulant des réflexions critiques et en posant un certain nombre de questions. Manière de prolonger le dialogue et la discussion avec ce livre dont les qualités, l’utilité et la fécondité nous paraissent tout à fait évidentes.

14Premièrement, on aura beau jeu de juger que la lecture « politique » trouve parfois ses limites. On a l’impression que, étonnamment, en contrôlant les Juifs, le roi augmente son pouvoir, mais qu’il y parvient en les excluant aussi : n’y a-t-il pas là quelque chose de paradoxal ? Les Juifs, décrits comme un des moyens de l’affaiblissement des grands par le roi (p. 52), comme « auxiliaires de l’affirmation de la puissance publique » (p. 53), ont donc toute leur place dans le royaume. Pourquoi alors les expulser ? Sans doute le roi profite-t-il de toute possibilité qui s’offre à lui dans sa « politique juive » pour devenir plus fort, mais de là à déduire que l’expulsion fait sa puissance, il y a un pas.

  • 6 P. Veyne, préface à P. Brown, Genèse de l’Antiquité tardive [1978], Paris, 1983, p. i-xxii, p. viii (...)

15Deuxièmement, une remarque sur l’interprétation : quand le roi vient châtier les Juifs en raison, écrit Guillaume le Breton, de « sa compassion pour la chrétienté », l’A. juge que, « en réalité », c’est pour « étendre son emprise sur le domaine de Blanche [de Champagne] et faire une démonstration de la transcendance de son autorité » (p. 49). Rien n’indique que l’affirmation est fausse, et l’on doit même reconnaître qu’une situation où elle serait fondée nous paraîtrait intellectuellement plus stimulante. Toutefois, il nous semble que l’on est ici dans le domaine de l’indécidable : par quel biais a-t-on accès à cette « réalité » (« en réalité ») supérieure, plus fiable que celle que prétend nous livrer Guillaume le Breton ? Et l’histoire des sociétés anciennes ne s’est-elle pas souvent heurtée au problème des explications religieuses (superstructurelles, aurait-on dit naguère) qu’il conviendrait de « dépasser » ? Sur cette question, nous renvoyons le lecteur aux pages ironiques de Paul Veyne dans sa préface à l’édition française du livre de Peter Brown, Genèse de l’Antiquité tardive (1983) : « […] aucun homme sensé ne pouvait croire qu’à travers les siècles chrétiens des foules se soient étripées pour d’obscures querelles théologiques : ces conflits avaient sûrement un enjeu plus sérieux6. »

  • 7 On renvoie ici le lecteur à l’histoire juive (une « histoire drôle » plutôt triste, au vrai), « Pou (...)

16Troisièmemement et enfin, sur ce que l’on pourrait appeler l’agencement des contextes : il y aurait donc, « au-delà » de l’hostilité aux Juifs, une « volonté politique » et du « pragmatisme » – deux notions fondamentales pour comprendre la politique royale. Rien n’interdit de penser les choses autrement : de dire par exemple que, « au-delà » de la volonté politique et du pragmatisme, il y a l’antisémitisme ; ou encore que l’hostilité aux Juifs est la toile de fond (le « contexte culturel », comme on disait autrefois) de ces actes hostiles. Quand on a soutenu que, si les Capétiens chassèrent les Juifs, c’était afin d’assurer leur pouvoir, on n’a fait que repousser la question : car aussitôt se pose la question du choix des Juifs comme véhicules de la puissance. Choix qui repose sur une construction culturelle et religieuse. On aurait pu « assurer le pouvoir de la monarchie » en décidant de chasser d’autres catégories7. Au lieu de quoi furent visés les Juifs, mais aussi les Lombards et les cahorsins, dont l’A. traite abondamment, et d’autres encore. À ce choix, il y avait bien sûr des raisons culturelles très profondes.

  • 8 S. Baron, « Nationalism and Intolerance. Babylon to the Seventeenth Century », The Menorah Journal, (...)
  • 9 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, et Ead., « La notion de nation en France au (...)

17On voudrait enfin poser deux questions. La première, ponctuelle, porte sur la nation. Quel est le sort de la vieille explication baronienne de l’expulsion des Juifs du fait de la construction de la nation et de l’État8 ? Réactivée aussi, quoique indirectement, par les travaux de Colette Beaune (Naissance de la nation France en 1985 et d’autres textes évoquant l’idée que le royaume serait une nation « où n’habite ni Juif ni païen »9), l’explication paraît convaincante et, de plus, parfaitement compatible avec la grande thèse ici développée. Or, p. 177, l’A. refuse le lien entre le nationalisme (naissant) et l’expulsion pour comprendre l’expulsion de 1394.

  • 10 Voir en particulier S. B. Siegmund, The Medici State and the Ghetto of Florence. The Construction o (...)

18Deuxième question : on ne trouve dans cet ouvrage rien qui relève de l’ostentation du pouvoir. Là encore, cette idée n’aurait-elle pas servi la thèse portée par le volume ? La protection accordée aux Juifs n’est-elle pas un moyen d’affirmer la puissance royale, par l’ostentation de ce que peut le souverain ? L’idée est moins développée et thématisée que dans certains travaux sur l’Italie10, mais elle gagnerait sans doute à être creusée, et elle renvoie, de façon ici aussi consonante à la perspective d’ensemble du livre, à une forme de pur exercice politique.

195. On l’aura compris : ces remarques et ces questions visent à poursuivre la réflexion engagée par ce volume remarquable, elles n’enlèvent rien à la valeur interprétative du livre qui, en clarifiant mais surtout en déplaçant la question, renouvelle profondément notre conception des expulsions des Juifs de France, de leur sens, de leur portée historique.

20Situons les expulsions dans un contexte et une chronologie plus vastes. Jamais l’expulsion n’a été abolie par la monarchie : pourtant, pour que la Révolution émancipât les Juifs, il fallait bien qu’il y eût des Juifs dans le royaume, à la fin du XVIIIe siècle. Le livre se termine bien après 1394, avec l’évocation de l’expulsion de Provence (1481-1501), nécessaire car, du fait de l’agrandissement du royaume, un bon nombre de Juifs résident de nouveau en France, à la fin du XVe siècle. L’A. conclut très justement en soulignant que des Juifs reviennent rapidement s’établir en France (Juifs d’origine séfarade, au cours du XVIe siècle). Au fond, l’absence de toute installation juive n’a guère été durable, en France. Voilà un fait intéressant, limitant encore le caractère inexorable des expulsions.

21On peut aussi inscrire l’expulsion dans un cadre spatial plus vaste : le ghetto, « expulsion intérieure » qui intervient en 1516 à Venise, peu après la période considérée par le livre donc, et les « expulsions imaginaires » (animalisation, diabolisation des Juifs) que phantasment les idéologies antijudaïques qui font florès à la même époque, permettent de mieux lire les expulsions réelles, celles dont il est question dans Chasser les juifs pour régner. Un vaste mouvement mène au retrait des Juifs des sociétés occidentales entre le XIIIe et le XVIe siècle, avant que les migrations et plus tard les pré-Lumières et l’âge de l’émancipation ne changent profondément la donne, ainsi qu’on vient de le rappeler. Comprendre le sens de ce mouvement pour la monarchie française passe désormais par la lecture de Chasser les juifs pour régner.

Notes

1 Évoquons notamment G. Dahan (dir.), L’expulsion des Juifs de France : 1394, Paris, 2004, et D. Iancu-Agou (dir.), L’expulsion des Juifs de Provence et de l’Europe méditerranéenne (XVe-XVIe siècles). Exils et conversions, Paris-Louvain, 2005.

2 C. Balasse, 1306. L’expulsion des juifs du royaume de France, Bruxelles, 2008.

3 J. Cornette (dir.), Histoire de France, Paris, 2009-2012, 13 vol. (voir en particulier les vol. 3-5, soit : J.-C. Cassard, L’âge d’or capétien : 1180-1328, 2011 ; B. Bove, Le temps de la guerre de Cent ans : 1328-1453, 2009 ; et P. Hamon, Les Renaissances : 1453-1559, 2009).

4 R. Moore, La persécution. Sa formation en Europe (Xe-XIIIe siècle) [1987], traduction française Paris, 1991.

5 C. Roth, A History of the Jews in England [1941], 3e éd. Oxford, 1978, p. 38-67.

6 P. Veyne, préface à P. Brown, Genèse de l’Antiquité tardive [1978], Paris, 1983, p. i-xxii, p. viii-ix.

7 On renvoie ici le lecteur à l’histoire juive (une « histoire drôle » plutôt triste, au vrai), « Pourquoi les coiffeurs ? ».

8 S. Baron, « Nationalism and Intolerance. Babylon to the Seventeenth Century », The Menorah Journal, 16, 1929, p. 503-515 ; voir aussi B. Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 481, 1967, p. 17-30, repris dans Id., Politique et histoire au Moyen Âge. Recueil d’articles sur l’histoire politique et l’historiographie médiévale (1956-1981), Paris, 1981, p. 151-164. Ces deux articles sont cités par M. Kriegel, « Mobilisation politique et modernisation organique. Les expulsions de Juifs au Bas Moyen Âge », Archives de sciences sociales des religions, 46, 1978, p. 5-20, p. 9.

9 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, et Ead., « La notion de nation en France au Moyen Âge », Communications, 45, 1987, p. 101-116.

10 Voir en particulier S. B. Siegmund, The Medici State and the Ghetto of Florence. The Construction of an Early Modern Jewish Community, Stanford, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Savy, « Juliette Sibon, Chasser les juifs pour régner. Les expulsions par les rois de France au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2016, mis en ligne le 28 mars 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/14129

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org