Navigation – Plan du site
La facétie sur les tréteaux (XVe-XVIIe siècle)

Une facétie matricielle

La porte dans la comédie française de la fin de la Renaissance
Goulven Oiry
p. 189-203

Résumés

Les comédies françaises, à la fin de la Renaissance, racontent la conquête d’une jeune fille en l’assimilant, par la métaphore, à la prise d’une ville fortifiée. Le théâtre comique est sous-tendu par de constantes allusions facétieuses à la « porte » qui renvoient, en un jeu de cercles concentriques, à la ville, à la maison ou au sexe de la jeune première. Cette poétique humoristique de la porte est fondée sur le phallocentrisme – que cette lecture critique s’attachera à déconstruire

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

La porte, une ville concentrée
La porte, une fille concentrée
La porte au cœur du siège de ville Burlesque
Les équivoques facétieuses

Aperçu du texte

La comédie savante d’inspiration grecque et transalpine est introduite dans le champ dramatique français dans la première moitié du xvie siècle. Ce vaste mouvement de « naturalisation » passe par des traductions puis donne lieu à des créations originales. Si l’on en croit les déclarations d’intention des auteurs, cette comédie nouvelle, forte de ses mérites littéraires et didactiques, doit supplanter la farce, dénigrée pour sa part comme un genre fruste et grossier. Dans les faits, pour s’imposer sur les scènes théâtrales parisiennes, la noble Thalie doit composer avec sa rivale qui, certes, sait se montrer ordurière, mais n’en reste pas moins fort populaire auprès du public. Le théâtre comique nouveau accorde donc une importance inédite au second degré et aux sous-entendus, qui masquent de franches obscénités. Nous montrerons que les références équivoques à la porte constituent une facétie matricielle, à tous égards, de la comédie de la fin de la Renaissance. En érigeant la porte e...

Pour citer cet article

Référence papier

Goulven Oiry, « Une facétie matricielle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 32 | 2016, 189-203.

Référence électronique

Goulven Oiry, « Une facétie matricielle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2019, consulté le 27 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/14103 ; DOI : 10.4000/crm.14103

Haut de page

Auteur

Goulven Oiry

Université Paris-Diderot – Paris 7 (CÉRILAC)
Goulven Oiry est un ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé de lettres modernes. Il a soutenu en 2012 une thèse sur le théâtre comique de la fin du xvie et du début du xviie siècle. Ce travail a été publié sous le titre La Comédie française et la ville (1550-1650) (Paris, 2015). Chercheur rattaché à l’université Paris-Diderot – Paris 7, il enseigne en classes préparatoires à Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org