Navigation – Plan du site
La facétie sur les tréteaux (XVe-XVIIe siècle)

La farce, genre noble aux prises avec la facétie ?

Jelle Koopmans
p. 147-163

Résumés

La farce a mauvaise presse. Pour certains hommes de théâtre, elle est noble. La Renaissance montre la supériorité de la comédie sur la farce et inscrit cette même farce dans l’Antiquité. La farce a un rapport étroit avec la facétie, sujette elle aussi à des dépréciations. Comme la farce (bon tour et pièce de théâtre), la facétie se conjugue entre le facete dictum et le facete factum. Farces et facéties sont les genres de l’intelligence, où rien n’est facile

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Noble ?
La farce dépréciée
La farce valorisée
Un genre facile ?
Farce et facétie
Pour conclure

Aperçu du texte

Noble ?

En 1958, Dario Fo faisait observer que l’on parle souvent de choses « tournant à la farce », quand, pour lui, la farce constituait un genre noble, éminemment théâtral, extrêmement riche, et peut-être le genre le plus noble du théâtre. Récemment, parlant des clichés, Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point à Paris depuis 2001, relevait encore à quel point – surtout dans la culture française – le comique est associé à la facilité, perspective selon lui erronée et déformante. La facétie, en tant que terme, recèle la même tension : pour les uns, la facétie se définit par rapport aux Facetiae du Pogge, la repartie brillante et l’ingenium de la Renaissance ; pour bien d’autres, la facétie est avant tout ce qui est facile, ou licencieux, ou simplement explicite sur le plan sexuel (ce qui n’est pas nécessairement la même chose). La raison d’être de ces oppositions est en elle-même hautement intéressante et mériterait bien, certes, une étude spéciale : ici, afin de pouvo...

Pour citer cet article

Référence papier

Jelle Koopmans, « La farce, genre noble aux prises avec la facétie ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 32 | 2016, 147-163.

Référence électronique

Jelle Koopmans, « La farce, genre noble aux prises avec la facétie ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2019, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/14100 ; DOI : 10.4000/crm.14100

Haut de page

Auteur

Jelle Koopmans

Université d’Amsterdam (ASH)
Jelle Koopmans enseigne la littérature française à l’université d’Amsterdam. Il a publié des éditions de textes, notamment dans le domaine du théâtre et s’est attaché à proposer une approche plus proprement historienne du théâtre français dit du Moyen Âge. Il a notamment fait paraître l’édition du Recueil de Florence (Orléans, 2011) et le Recueil des sotties françaises (Paris, 2014)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org